News – octobre 2020

30-10-2020 – OCDE: Publication d’une nouvelle méthodologie pour l’examen Peer Review of CbC Reporting

Cliquez ici pour en savoir plus

  29/10/2020 – L’OCDE a publié aujourd’hui la nouvelle méthodologie pour l’examen par les pairs des rapports pays par pays de l’action 13 du BEPS.

La norme de l’action 13 sur les rapports pays par pays est l’une des quatre normes minimales du BEPS. Chacune des quatre normes minimales du BEPS est soumise à un examen par les pairs afin de garantir une mise en œuvre précise et en temps voulu et de préserver ainsi l’égalité des conditions de concurrence. Tous les membres du Cadre inclusif sur le BEPS (Inclusive Framework) s’engagent à mettre en œuvre les normes minimales et à participer aux examens par les pairs.

En octobre 2019, le Cadre inclusif a prolongé le mandat de ces examens par les pairs au-delà de la date initiale de 2020. Les documents publiés aujourd’hui constituent la base sur laquelle les processus d’examen par les pairs de l’action 13 du BEPS seront poursuivis. Les compilations comprennent les termes de référence qui sont inchangés par rapport au mandat initial de 2017 et qui définissent les critères d’évaluation de la mise en œuvre de la norme minimale, et la méthodologie qui définit le mécanisme procédural par lequel les juridictions achèveront l’examen par les pairs à partir de 2020. Ce mécanisme comprend le processus de collecte des données pertinentes, la préparation et l’approbation des rapports, les résultats de l’examen et le processus de suivi.

L’examen plus large de la norme minimale de l’action 13 du BEPS (l’examen de 2020) est en cours et les résultats de cet examen devraient être publiés en 2021.

En savoir plus sur le processus d’examen par les pairs et de suivi de l’action 13 du BEPS.-source: Orbitax

30-10-2020 – Bahamas: Publication d’un communiqué sur l’application de la TVA sur les services numériques fournis par des entités étrangères

Cliquez ici pour en savoir plus

Le gouvernement des Bahamas a publié un communiqué le 27 octobre 2020 annonçant l’application de la collecte de la TVA sur les services numériques fournis par des entités étrangères et consommés aux Bahamas.

Le gouvernement met les gouvernements sur un pied d’égalité en matière d’application des taxes sur les médias numériques

Depuis plus d’un an, le gouvernement est en train de normaliser la collecte des recettes auprès des entités étrangères fournissant des services qui sont consommés aux Bahamas. L’annonce récente concernant la collecte et la remise de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) par le géant de la publicité en ligne Facebook s’inscrit dans cet effort d’application uniforme de la loi sur la TVA.

« Les pays du monde entier ont travaillé à l’établissement de règles internationales pour la taxation dans l’économie numérique et partagée. La grande question a été de savoir qui devrait avoir le droit de taxer les services et les biens commandés dans un pays et livrés dans un autre pays. La position généralement admise est que la taxe est due à l’État dans lequel le bien ou le service est consommé », a déclaré K. Peter Turnquest, vice-premier ministre et ministre des finances.

« Dans le cas de Facebook, et d’autres fournisseurs numériques comme Airbnb, ils sont tenus par la loi de collecter la TVA et de la remettre au gouvernement. Pourquoi un État étranger devrait-il percevoir des recettes fiscales sur les activités qui se déroulent aux Bahamas », a déclaré le ministre Turnquest.

Aux Bahamas, les lois fiscales exigent que tous les services consommés à l’intérieur du pays soient soumis à la TVA à condition que le vendeur atteigne le seuil minimum de 100 000 dollars par an pour les ventes à l’intérieur du pays. Cela inclut les services de publicité, quel que soit l’endroit où l’entreprise est physiquement située.

C’est le cas depuis la création de l’entreprise ; cependant, l’équipe du ministère des impôts travaille d’arrache-pied pour s’assurer que les lois sont appliquées de manière uniforme, conformément à la norme internationale en vigueur en matière de TVA ou d’autres taxes sur les ventes.

Grâce à cette initiative, Facebook et d’autres opérateurs en ligne sont désormais sur un pied d’égalité avec les entreprises bahamiennes qui proposent des services de marketing aux Bahamas. Ces entreprises doivent facturer la TVA sur les services de publicité.

« Si nous n’appliquons pas uniformément la loi, nous mettons les entreprises bahamiennes dans une position concurrentielle désavantageuse. Les journaux et télévisions locaux, par exemple, doivent facturer la TVA sur les services publicitaires. Nous uniformisons les règles du jeu, tout en faisant tout notre possible pour normaliser la perception des recettes », a déclaré le ministre Turnquest.-source: Orbitax

30-10-2020 – Chypre: Introduction d’une retenue à la source envisagée pour les juridictions non coopératives et un test de résidence basé sur la nouvelle constitution

Cliquez ici pour en savoir plus

Le ministère des finances chypriote a publié le projet de plan budgétaire pour 2021, qui a été présenté à la commission des finances du Parlement le 26 octobre 2020, après son approbation par le Conseil des ministres le 22 octobre. En ce qui concerne la fiscalité, le plan comprend deux mesures clés :

  • L’introduction d’une retenue à la source sur les paiements de dividendes, d’intérêts et de redevances aux pays figurant à l’annexe I de la liste de l’UE des juridictions non coopératives en matière fiscale ; et
  • L’introduction d’un critère de résidence aux fins de l’impôt sur les sociétés basé sur la constitution en société, en plus du critère de « gestion et contrôle » existant.

Selon le plan budgétaire, les projets de loi relatifs à ces deux mesures ont été envoyés au bureau du Procureur Général pour examen juridique et les mesures ont été convenues avec les parties prenantes concernées (Institut des experts-comptables de Chypre – ICPAC).-source: Orbitax

30-10-2020 – Chypre: Report d’un mois pour les déclarations fiscales des personnes physiques

Cliquez ici pour en savoir plus

Le département fiscal de Chypre a publié un avis annonçant une prolongation du délai de soumission de la déclaration d’impôt sur le revenu des personnes physiques (TD1) pour l’année fiscale 2019 et le paiement de tout impôt dû a été prolongé jusqu’au 30 novembre 2020. La date limite était précédemment fixée au 30 octobre 2020. Suite à cette prolongation, il est à noter que la déclaration d’impôt sur le revenu ne peut être soumise que par voie électronique par le biais du service TAXISnet – Fiscalité directe à l’adresse https://taxisnet.mof.gov.cy.-source: Orbitax

30-10-2020 – Italie/Uruguay: La convention fiscale entre l’Italie et l’Uruguay est entrée en vigueur

Cliquez ici pour en savoir plus

La convention fiscale entre l’Italie et l’Uruguay est entrée en vigueur le 9 octobre 2020. Cette convention, signée le 1er mars 2019, est la première du genre entre les deux pays.

Impôts couverts

La convention couvre l’impôt italien sur le revenu des personnes physiques, l’impôt sur le revenu des sociétés et l’impôt régional sur les activités productives. Elle couvre l’impôt uruguayen sur les activités économiques, l’impôt sur le revenu des personnes physiques, l’impôt sur le revenu des non-résidents et la taxe d’assistance à la sécurité sociale.

Résidence

Si une personne autre qu’une personne physique est considérée comme résidente dans les deux États contractants, les autorités compétentes détermineront d’un commun accord la résidence de la société aux fins de la convention. Si aucun accord n’est conclu, la société n’aura pas droit aux avantages ou exonérations fiscaux prévus par la convention, sauf dans la mesure et selon les modalités convenues par les autorités compétentes des États contractants.

Service PE (Etablissement Stable)

Le traité prévoit qu’un établissement stable est réputé constitué lorsqu’une entreprise fournit des services dans un État contractant par l’intermédiaire de salariés ou d’autres membres du personnel engagés pour le même projet ou un projet connexe pendant une ou des périodes totalisant plus de 183 jours au cours d’une période de douze mois.

Taux de la retenue d’impôt à la source

Dividendes – 5 % si le bénéficiaire effectif est une société détenant directement au moins 10 % du capital de la société payante ; sinon, 15

Intérêt – 10 %, bien qu’une exemption s’applique dans certains cas, notamment lorsque : le bénéficiaire effectif est un État contractant, une subdivision politique ou une collectivité locale de cet État, ou la Banque centrale ; le bénéficiaire effectif est une institution financière publique établie conformément à la législation de l’État contractant ; les intérêts sont payés à une institution financière sur un prêt d’au moins trois ans pour le financement de projets d’investissement ; les intérêts sont payés par l’État contractant d’où proviennent les intérêts ou par l’une de ses subdivisions politiques, l’une de ses collectivités locales ou l’un de ses organismes de droit public ; ou les intérêts sont payés au titre d’un prêt, d’une créance ou d’un crédit qui est dû à un État contractant ou qui est consenti, fourni, garanti ou assuré par un État contractant ou par l’une de ses subdivisions politiques, collectivités locales ou organismes de financement des exportations.

Redevances – 10%

Gains en capital

Les plus-values suivantes, réalisées par un résident d’un État contractant, sont imposables dans l’autre État :

  • Les gains provenant de l’aliénation de biens immobiliers situés dans l’autre État ;
  • Les gains provenant de l’aliénation de biens mobiliers qui font partie de l’actif d’un établissement stable situé dans l’autre État ;
  • Les gains provenant de l’aliénation d’actions ou de droits comparables qui, à un moment quelconque au cours des 365 jours précédant l’aliénation, ont tiré directement ou indirectement plus de 50 % de leur valeur de biens immobiliers situés dans l’autre État ;
  • Les gains provenant de l’aliénation d’actions ou d’autres participations dans une société ou une fiducie qui donnent à leur propriétaire le droit de jouir de biens immobiliers situés dans l’autre État ; et
  • Les gains provenant de l’aliénation d’actions ou d’autres participations, autres que celles mentionnées ci-dessus, dans une société ou une fiducie résidente de l’autre État si, à un moment quelconque au cours des 365 jours précédant l’aliénation, le cédant avait une participation d’au moins 50% dans le capital de la société ou de la fiducie, sans que le taux d’imposition puisse excéder 12% et que cette imposition ne s’applique pas aux gains provenant de la cession ou de l’échange d’actions dans le cadre d’une réorganisation, d’une fusion, d’une scission de société ou d’une opération similaire.

Les gains provenant de l’aliénation d’autres biens par un résident d’un État contractant ne sont imposables que dans cet État.

Allègement de la double imposition

Les deux pays appliquent la méthode du crédit d’impôt pour l’élimination de la double imposition.

Clause d’arbitrage

L’article 24 (Procédure amiable) prévoit que si des questions relatives à une affaire ne peuvent être résolues dans le cadre de la procédure amiable dans un délai de deux ans, la personne qui a présenté l’affaire peut demander que celle-ci soit soumise à l’arbitrage. Les questions non résolues ne peuvent toutefois pas être soumises à l’arbitrage si une décision sur les questions a déjà été rendue par une cour ou un tribunal administratif de l’un ou l’autre des États contractants.

Droit aux prestations

L’article 28 (Droit aux prestations) prévoit qu’un avantage en vertu du traité ne sera pas accordé pour un élément de revenu s’il est raisonnable de conclure, compte tenu de tous les faits et circonstances pertinents, que l’obtention de cet avantage était l’un des principaux objectifs de tout arrangement ou de toute transaction ayant abouti directement ou indirectement à cet avantage, à moins qu’il ne soit établi que l’octroi de cet avantage serait conforme à l’objet et au but des dispositions pertinentes du traité.

L’article 28 (Droit aux avantages) comprend également la disposition selon laquelle les avantages du traité ne s’appliquent pas lorsqu’un résident d’un État contractant tire des revenus de l’autre État et : le premier État considère les revenus comme étant attribuables à un établissement permanent.-source: Orbitax

30-10-2020 – Suisse: Extension de l’exonération de l’impôt à la source aux instruments des banques trop importants pour être mis en faillite (Too-Big-to-Fail Instruments)

Cliquez ici pour en savoir plus

Le Conseil Fédéral suisse a annoncé sa décision de prolonger jusqu’en décembre 2026 l’exonération de l’impôt anticipé pour les intérêts sur les instruments trop grands pour faire faillite.

L’exonération de la retenue à la source sur les instruments des banques trop grands pour être mis en faillite doit être prolongée de cinq ans

Berne, 28.10.2020 – Afin de garantir la stabilité financière, le Conseil fédéral a décidé, lors de sa séance du 29 octobre 2020, d’exonérer de l’impôt anticipé les intérêts des instruments « too big to fail » (TBTF) jusqu’à fin 2026. Le message relatif à cette loi va maintenant être soumis au Parlement.

Les instruments TBTF sont un outil important utilisé par les banques pour satisfaire aux exigences en matière de fonds propres réglementaires. C’est pourquoi le Parlement a déjà exonéré les intérêts des instruments TBTF de la retenue à la source jusqu’à la fin de 2021. En prolongeant l’exonération pour une durée de cinq ans, le Conseil fédéral entend renforcer encore la stabilité financière.

Le Conseil fédéral estime qu’une réforme plus globale de l’impôt anticipé (pour renforcer le marché de la dette) devrait être une priorité à moyen terme. Le Conseil fédéral a déjà mené une consultation à ce sujet, dont les résultats sont controversés. Il ne sera donc pas possible que cette réforme entre en vigueur en 2022. La prolongation de l’exonération de l’impôt anticipé pour les instruments TBTF de 2022 à fin 2026 apporte aux banques des certitudes dans ce domaine. Cette approche a été saluée par la majorité des participants à la consultation.-source: Orbitax

30-10-2020 – Singapour: Mise à jour des directives sur le statut de résidence fiscale d’une société et d’un établissement permanent

Cliquez ici pour en savoir plus

L’Autorité fiscale intérieure de Singapour (IRAS) a publié des directives actualisées sur le statut de résidence fiscale des entreprises et des établissements permanents à la lumière de la pandémie COVID-19.

Statut de résidence fiscale d’une société et d’un établissement stable

Statut de résidence fiscale d’une société*.

Lorsqu’une société ne peut pas tenir son conseil d’administration à Singapour en raison des restrictions de voyage liées à COVID-19, l’IRAS est prête à considérer la société comme un résident fiscal de Singapour pour l’année d’imposition (Year of Assessment, YA) 2021, à condition qu’elle remplisse toutes les conditions suivantes :

  1. la société est résidente fiscale de Singapour pour l’année d’imposition YA 2020 ;
  2. il n’y a pas d’autres changements dans la situation économique de la société ; et
  3. les administrateurs de la société doivent assister à la réunion du conseil d’administration qui se tient en dehors de Singapour ou si la réunion se tient par des moyens électroniques (par exemple, par vidéoconférence, téléconférence, etc.) en raison de la restriction temporaire des déplacements des administrateurs à la suite de la COVID-19.

Inversement, lorsqu’une société n’est pas résidente fiscale de Singapour pour l’année fiscale 2020, l’IRAS continuera à considérer la société comme non-résidente pour l’année fiscale 2021, à condition qu’elle remplisse toutes les conditions suivantes :

  1. la société doit tenir la réunion de son conseil d’administration à Singapour en raison des restrictions de voyage liées à COVID-19 ; et
  2. il n’y a pas d’autres changements dans la situation économique de l’entreprise.

Pour étayer l’affirmation selon laquelle la société doit continuer à être traitée comme un résident ou un non-résident fiscal de Singapour, la société doit conserver les documents et les registres pertinents (par exemple, les procès-verbaux du conseil d’administration indiquant pourquoi les administrateurs assistent aux réunions du conseil depuis leur lieu de résidence respectif), et fournir les informations pertinentes à l’IRAS sur demande.

* Pour savoir comment le statut de résident fiscal d’une société est déterminé, veuillez vous reporter à la section Statut de résident fiscal d’une société.

Établissement permanent

Les employés d’une société étrangère peuvent être obligés de rester à Singapour en raison des restrictions de voyage liées à la COVID-19. L’IRAS considérera qu’une telle présence non planifiée n’entraîne pas la création d’un établissement permanent à Singapour pour la société étrangère, à condition qu’elle remplisse toutes les conditions suivantes :

  1. la société étrangère ne dispose pas d’un établissement permanent à Singapour pour la période YA 2020 ;
  2. il n’y a pas d’autres changements dans la situation économique de la société ;
  3. la présence imprévue des employés à Singapour est due à des restrictions de voyage liées à COVID-19 en 2020 et leur présence physique à Singapour jusqu’au 31 décembre 2020^ est temporaire ; et
  4. les activités exercées par les employés pendant la présence imprévue n’auraient pas été réalisées à Singapour si ce n’était des restrictions de voyage.

Pour étayer l’affirmation selon laquelle il n’y a pas d’établissement permanent à Singapour, l’entreprise doit conserver les documents et dossiers pertinents et fournir les informations pertinentes à l’IRAS sur demande.

^ Cette date est sujette à révision à mesure que la situation COVID-19 évolue.-source: Orbitax

29-10-2020 – Banques européennes:  Publication d’un rapport constatant l’utilisation répandue des paradis fiscaux et des transferts de bénéfices dans les banques européennes

Cliquez ici pour en savoir plus

Transparency International UE révèle les affaires fiscales troubles des plus grandes banques européennes

Une nouvelle étude menée par Transparency International EU (TI EU), l’organisme de surveillance de la lutte contre la corruption, sur les affaires fiscales de certaines des plus grandes banques européennes entre 2015 et 2019 suggère un recours généralisé aux paradis fiscaux et à la redistribution des bénéfices. Les résultats ont été publiés aujourd’hui sur la plateforme Corporate Tax Tracker de TI EU et analysés dans le nouveau rapport « Murky havens and phantom profits : the tax affairs of EU and UK banks« .

Parmi les 39 banques de l’UE et du Royaume-Uni étudiées dans l’étude, 31 utilisaient des paradis fiscaux à faible ou à taux zéro, tandis que 29 d’entre elles semblaient déclarer des bénéfices élevés dans des pays où elles n’employaient en fait aucun personnel. Ces « opérations fantômes » pourraient indiquer que les banques déplacent leurs bénéfices pour réduire leur facture fiscale. Il est impossible de se prononcer sur les opérations des banques dans les pays concernés sans disposer de tous les détails.

Plusieurs banques étudiées dans le cadre de cette étude, dont HSBC, Barclays, Deutsche Bank et Standard Chartered, ont été impliquées dans le récent scandale FinCEN, qui a mis en cause leur implication dans le transfert d’argent sale à travers le monde.

« Les pratiques douteuses mises en évidence par nos recherches échappent encore à l’examen du public », a déclaré Elena Gaita, responsable politique de Transparency International UE. « Par exemple, au cours des cinq dernières années, HSBC a déclaré 1,59 milliard d’euros de bénéfices en Arabie Saoudite, alors qu’il n’y avait pas un seul employé dans le pays. De même, la Deutsche Bank a réalisé 418 millions d’euros grâce à ses activités à Malte, qui sont sans personnel depuis 2016. Les économies européennes sont à genoux à cause de la pandémie, il est donc plus important que jamais que les banques et les autres multinationales paient leur juste part d’impôts ».

Depuis 2015, les banques de l’UE sont tenues de publier des rapports pays par pays sur leurs bénéfices, leurs impôts et le nombre de leurs employés pour chaque juridiction dans laquelle elles opèrent. Les secteurs bancaire et extractif sont les seuls à être soumis à cette réglementation.

Les chercheurs ont analysé ces rapports sur une période de cinq ans et ont utilisé les données pour créer une plateforme en ligne, le Corporate Tax Tracker, qui permettra au public d’examiner de plus près les grandes banques.

« Nous n’avons pu examiner le comportement fiscal des banques que parce qu’elles sont soumises aux règles européennes de déclaration fiscale publique pays par pays », a expliqué M. Gaita. « Ce n’est probablement que la partie visible de l’iceberg en matière de planification fiscale agressive, il est donc essentiel que ces règles soient étendues à d’autres secteurs de l’économie. Les États membres de l’UE qui bloquent encore cette législation devraient faire passer les intérêts de leurs citoyens et leur bien-être économique avant les intérêts des grandes entreprises, surtout en ces temps d’incertitude économique ».

« L’actuelle présidence allemande du Conseil de l’UE a l’occasion de faire en sorte que les États membres adoptent enfin une position sur les règles de notification publique pays par pays pour les grandes entreprises, nous les invitons donc à l’inclure dans la prochaine réunion du Conseil « Compétitivité » ».

Notes à l’éditeur :

  • Le site web du Corporate Tax Tracker est disponible ici.
  • Havres sombres et profits fantômes : L’affaire fiscale des banques de l’UE est également disponible en téléchargement ici.
  • TI EU a offert aux 39 banques la possibilité de faire des commentaires. 15 ont répondu et, le cas échéant, nous avons pris en considération leurs commentaires et procédé à des ajustements. Leurs réponses sont publiées dans leur intégralité ici.
  • Depuis 2015, le secteur bancaire de l’UE est tenu de publier des rapports financiers complets pays par pays (CBCR). Il s’agit d’une disposition prévue par la directive sur les fonds propres (CRD) IV (directive 2013/36/UE). En 2016, la Commission européenne a publié une proposition visant à imposer des exigences publiques en matière de CBCR à toutes les sociétés multinationales. Les États de l’UE qui semblent bloquer cette législation sont la Croatie, Chypre, la République tchèque, l’Estonie, l’Allemagne, la Hongrie, l’Irlande, la Lettonie, le Luxembourg, Malte, la Slovénie et la Suède.

Clause de non-responsabilité :

Il convient de noter que les données CBCR (country-by-country report) publiées par les banques ne sont pas exhaustives, car elles ne sont actuellement pas tenues par la législation européenne de donner tous les détails sur la nature de leurs activités dans chaque pays où elles opèrent. Elles donnent un aperçu du monde des flux financiers des banques, qui n’englobe nullement toute la complexité de la comptabilité fiscale. Les résultats de nos recherches ne doivent pas être interprétés comme un verdict sur le niveau des impôts payés par les banques européennes, mais plutôt comme un guide pour comprendre les schémas de planification fiscale dans le secteur au cours des cinq dernières années.-source: Orbitax

29-10-2020 – Espagne: Durcissement des impôts en 2021

Cliquez ici pour en savoir plus

Le 27 octobre 2020, le Conseil des ministres espagnol a annoncé son approbation du projet de loi sur le budget général de l’État pour 2021, qui comprend des mesures visant à accroître le recouvrement de l’impôt. Voici quelques-unes des principales mesures fiscales du projet de loi :

  • Une augmentation de 2 % de l’impôt sur le revenu des personnes physiques pour les revenus supérieurs à 300 000 euros par an (soit un taux d’imposition de 47 %), ainsi qu’une augmentation de 3 % de l’impôt sur les revenus du capital et sur l’épargne supérieure à 200 000 euros ;
  • Une réduction de l’exonération de la participation des entreprises sur les dividendes reçus des filiales de 100 % à 95 %, bien que les entreprises ayant un chiffre d’affaires inférieur à 40 millions d’euros continueraient à appliquer l’exonération de 100 % pendant les trois prochaines années ;
  • Une augmentation de l’impôt sur la fortune pour les montants supérieurs à 10 millions d’euros, de 2,5 % à 3,5 % ; une augmentation du taux de TVA sur les boissons sucrées et édulcorées à 21 % (le taux normal) pour lutter contre l’obésité infantile et les maladies associées, bien que ces boissons continueront à être soumises au taux de TVA de 10 % dans les bars et restaurants ; et
  • Une augmentation de la taxe sur les primes d’assurance de 6% à 8%.

L’annonce indique également que le budget tient compte de nouvelles taxes, notamment la taxe sur les services numériques et la taxe sur les transactions financières, dont la mise en œuvre a déjà été approuvée pour janvier 2021.-source: Orbitax

29-10-2020 – Luxembourg: Publication d’une mise à jour du règlement sur les rapports du CAD6

Cliquez ici pour en savoir plus

Le 28 octobre 2020, l’administration fiscale luxembourgeoise a publié des directives actualisées sur la déclaration des DAC6. Ces directives donnent un aperçu général des exigences en matière de déclaration et des informations à fournir sur les régimes à déclarer.

Les orientations couvrent également les délais de déclaration des régimes de déclaration, y compris les détails sur le report initial de la déclaration du CAD6 que le Luxembourg a adopté. La période standard de 30 jours pour la déclaration commence le 1er janvier 2021, y compris en ce qui concerne les accords à déclarer entre le 1er juillet 2020 et le 31 décembre 2020. Les délais pour la première déclaration périodique des accords négociables et des accords historiques entre le 25 juin 2018 et le 30 juin 2020 ont également été prolongés au 30 avril 2021 et au 28 février 2021, respectivement.

En ce qui concerne les délais prolongés, les directives prévoient également des extensions correspondantes pour les intermédiaires afin qu’ils notifient aux autres intermédiaires ou contribuables leur application de l’exemption de déclaration au titre du secret professionnel. Cela signifie notamment que le délai standard de 10 jours pour la notification commence le 1er janvier 2021, y compris pour les accords à déclarer entre le 1er juillet 2020 et le 31 décembre 2020. En ce qui concerne les accords historiques entre le 25 juin 2018 et le 30 juin 2020, il est seulement prévu que les intermédiaires appliquant l’exemption doivent remplir l’obligation de notification afin que les autres intermédiaires/contribuables puissent remplir les obligations de déclaration.

Enfin, les directives couvrent la soumission effective d’informations sur les accords à déclarer, qui peut être effectuée manuellement par un processus spécifique sur MyGuichet (disponible en anglais, français et allemand), ou par la soumission d’un fichier XML. À cette fin, un manuel d’utilisation et le schéma XML sont fournis à la fin de la page d’orientation. Les deux méthodes de déclaration devraient être disponibles le 1er janvier 2021.-source: Orbitax

29-10-2020 – Russie: Clarification de la détermination de la propriété des CFC

Cliquez ici pour en savoir plus

Le ministère russe des finances a publié la lettre n° 03-03-06/1/68011, concernant la détermination de la propriété d’une société étrangère contrôlée (CFC en anglais, SEC en français). L’un des points clés de la lettre est la clarification de la date à laquelle le seuil de propriété doit être atteint pour qu’un contribuable russe soit reconnu comme une personne contrôlant une CFC.

Selon les règles relatives aux SEC, un contribuable russe est considéré comme une personne contrôlant une SEC s’il détient directement ou indirectement plus de 25 % de celle-ci, ou plus de 10 % de celle-ci si la participation russe totale dans la SEC dépasse 50 %. La lettre note que la date à laquelle la détermination de la propriété doit être faite aux fins des règles sur les CFC n’est pas clairement établie dans le code fiscal russe mais, de l’avis du ministère des finances, les dates spécifiées au paragraphe 3 ou à l’article 25.15 doivent être utilisées.

Le paragraphe 3 concerne le moment où les bénéfices d’une SEC doivent être pris en compte dans la détermination de l’assiette fiscale d’une personne de contrôle, c’est-à-dire la date de la décision de distribution des bénéfices qui est prise au cours de l’année civile suivant la période d’imposition de la personne de contrôle au cours de laquelle l’exercice de la SEC se termine. Si aucune décision de ce type n’est prise, la date est alors réputée être le 31 décembre de l’année civile suivant la période d’imposition de la personne de contrôle au cours de laquelle l’exercice financier de la SEC se termine..-source: Orbitax

29-10-2020 – Argentine:  Publication d’une résolution prolongeant le délai pour le bénéficiaire effectif et les autres exigences de divulgation

Cliquez ici pour en savoir plus

L’Argentine a publié la Résolution Générale 4839/2020 du 22 octobre 2020, qui prolonge le délai pour se conformer aux obligations de propriété effective (bénéficiaire effectif) et autres obligations de divulgation introduites par la résolution générale 4697/2020 du 14 avril 2020. La résolution générale 4697/2020 prévoit que les informations sur la propriété effective doivent être déclarées à l’administration fiscale argentine (AFIP) sur une base annuelle entre le 28 et le 30 juillet, en fonction du dernier chiffre du code d’identification fiscale, bien qu’un délai initial ait été prévu pour la déclaration entre le 28 et le 30 octobre 2020.

En vertu de la résolution générale 4839/2020, le délai de déclaration initiale est prolongé entre le 14 et le 16 décembre 2020, en fonction du dernier chiffre du code d’identification fiscale. Les informations à déclarer avant cette date limite comprennent les informations pour 2019 et, en ce qui concerne les sociétés étrangères à revenus passifs, les informations pour 2016, 2017 et 2018. Les délais de déclaration des fiducies financières et non financières, prévus par la résolution générale 3312/2012, sont également prolongés par la résolution générale 4839/2020 entre le 14 et le 16 décembre 2020.-source: Orbitax

29-10-2020 – Grèce: Le Parlement examine un projet de loi pour un nouveau système de règlement de la dette fiscale

Cliquez ici pour en savoir plus

Le Parlement grec examine actuellement un projet de loi qui contient des mesures proposées par le ministère des finances, notamment un nouveau système de règlement de la dette fiscale. Ce régime prévoit que les contribuables ayant des dettes fiscales certifiées pour lesquelles un délai de paiement a été accordé peuvent demander un paiement en 24 versements mensuels au maximum, sous réserve d’une augmentation mensuelle de 5 %. Le régime prévoit également un taux d’intérêt annuel de 2,5 % au lieu des intérêts standard et des surcharges pour retard de paiement prévus par les lois sur le recouvrement des recettes et les procédures fiscales, bien que ces intérêts ne s’appliquent pas lorsque les dettes fiscales sont réglées en douze mois au maximum. Si le régime est approuvé, les contribuables seront tenus d’effectuer le premier versement avant le 31 mai 2021, les versements ultérieurs étant dus au plus tard le dernier jour ouvrable des mois suivants.-source: Orbitax
27-10-2020 – Pays-Bas: La Cour suprême hollandaise se prononce sur l’éligibilité des OPCVM allemands à demander le remboursement de la retenue à la source néerlandaise sur les dividendes

Cliquez ici pour en savoir plus

Le 23 octobre 2020, la Cour suprême des Pays-Bas a rendu une décision concernant l’éligibilité d’un fonds d’investissement allemand à demander le remboursement de la retenue à la source néerlandaise sur les dividendes.

L’affaire concerne un fonds d’investissement contractuel établi en Allemagne qui se conforme aux exigences de la directive européenne 2009/65/CE concernant les Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières (OPCVM). Au cours de la période 2002-2008, l’OPCVM allemand a reçu des dividendes de sociétés néerlandaises, qui étaient soumis à une retenue à la source de 15 ou 25 %, selon l’année. L’OPCVM allemand a ensuite demandé le remboursement de l’impôt retenu sur la base de l’égalité de traitement en vertu du droit communautaire, ce qui lui a été refusé.

En vertu du droit néerlandais, les OPCVM résidents et non résidents sont soumis à une retenue à la source sur les dividendes. Toutefois, les OPCVM résidents, sous réserve de remplir certaines conditions, peuvent choisir d’être traités comme des institutions d’investissement fiscal (Fiscale Beleggingsinstelling – FBI) et demander le remboursement de l’impôt retenu. Un tel choix n’est pas possible pour les OPCVM non résidents, ce qui, selon l’OPCVM allemand, constitue une restriction à la libre circulation des capitaux.

Dans sa décision, la Cour suprême néerlandaise a fait référence aux arrêts de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) dans les affaires C 156/17 et C 480/16, qui concernent le traitement des OPCVM aux Pays-Bas et au Danemark, respectivement. Dans les deux cas, il a été constaté que des restrictions potentielles à la libre circulation des capitaux existaient.

Sur la base de ces arrêts, la Cour suprême néerlandaise a décidé que l’OPCVM allemand devait pouvoir bénéficier d’un remboursement de l’impôt retenu sur les dividendes, à condition que certaines conditions soient remplies, notamment les conditions relatives aux actionnaires et à la distribution, conformément au régime du FBI. En ce qui concerne les distributions, cela inclut que le produit disponible pour la distribution doit être distribué aux investisseurs de l’OPCVM dans les huit mois suivant l’exercice financier, ce qui est considéré comme rempli si le produit est réputé être distribué ou est autrement inclus dans la base d’imposition de l’investisseur, comme c’est le cas en vertu des règles allemandes d’inclusion des revenus. Toutefois, il est exigé que le revenu imposable de l’investisseur soit déterminé sur la base des règles néerlandaises, plutôt que sur la base des règles allemandes, ce qui signifie qu’un OPCVM allemand peut ne pas bénéficier d’un remboursement si le revenu imposable recalculé selon les règles néerlandaises est supérieur au revenu imposable calculé selon les règles allemandes.

En outre, il est exigé que l’OPCVM déduise un paiement en lieu et place de la retenue à la source néerlandaise sur les dividendes égal à la retenue à la source que l’OPCVM aurait été tenu de retenir sur les distributions si l’OPCVM et ses investisseurs étaient résidents aux Pays-Bas. Ce paiement dit « de remplacement » est égal à 15 % x les bénéfices mondiaux moins l’impôt étranger payé. Il est donc essentiellement prévu qu’un remboursement soit accordé dans la mesure où la retenue à la source néerlandaise sur les dividendes imposée à l’OPCVM dépasse le montant du paiement de remplacement.

Il est à noter que la décision de la Cour suprême porte sur le régime du FBI en vigueur jusqu’en 2008, bien qu’il soit prévu qu’une approche similaire soit appliquée au régime actuel du FBI.-source: Orbitax

27-10-2020 – Royaume-Uni: Le gouvernement britannique publie une mise à jour des directives sur l’importation et l’exportation de biens après la période de transition Brexit

Cliquez ici pour en savoir plus

Le Gouvernement britannique a publié des directives actualisées sur l’importation et l’exportation de biens à l’issue de la période de transition de Brexit, qui se termine le 31 décembre 2020. Il s’agit notamment de conseils sur la manière d’importer des biens de l’UE vers le Royaume-Uni à partir de janvier 2021 et sur la manière d’exporter des biens du Royaume-Uni vers l’UE à partir de janvier 2021.

Détails

À partir du 1er janvier 2021, le processus d’importation et d’exportation de marchandises entre la Grande-Bretagne et l’UE va changer.

Si vous faites du commerce avec l’UE, les 2 documents de cette page vous aideront à vous préparer à ces changements afin de pouvoir continuer à commercer.

Que vous remplissiez vous-même les déclarations en douane ou que vous fassiez appel à un intermédiaire, ces guides vous guideront à travers chaque étape et vous présenteront les options qui s’offrent à vous.

Les documents présentent les informations sous la forme d’un « trajet », afin que vous puissiez voir clairement chaque étape à franchir pour assurer le bon déroulement du transport de vos marchandises.-source: Orbitax

27-10-2020 – Cambodge: Report à 2022 de la mise en place d’un nouvel impôt sur les plus-values

Cliquez ici pour en savoir plus

L’agence de presse gouvernementale du Cambodge a publié un communiqué annonçant que la mise en œuvre du nouvel impôt sur les plus-values du pays sera retardée d’un an. Précédemment prévu pour le 1er janvier 2021, l’impôt sur les plus-values sera désormais appliqué à partir du 1er janvier 2022. Comme indiqué précédemment, l’impôt sur les plus-values sera prélevé à un taux forfaitaire de 20 % sur les revenus provenant de la vente ou du transfert de capital imposable, moins les déductions autorisées, et s’appliquera aux personnes physiques résidentes et aux personnes physiques et morales non résidentes.

Cliquez sur le lien suivant pour accéder à la notification sur le retard (en langue khmère) émise par le Département général des impôts le 22 octobre 2020.-source: Orbitax

27-10-2020 – Costa Rica: Publication d’une résolution sur les demandes d’augmentation des plafonds de déduction des intérêts

Cliquez ici pour en savoir plus

Le Costa Rica a publié la Résolution DGT-R-0032-2020, qui définit les procédures de traitement des demandes des contribuables pour une augmentation du plafond de déduction des frais d’intérêt nets. Ces demandes peuvent être faites en relation avec la restriction de la déduction des frais d’intérêt qui a été introduite dans le cadre de la loi n° 9635 du 3 décembre 2018. En vertu de cette restriction, l’intérêt sur les prêts non bancaires est limité à 20 % de l’EBITDA, bien qu’une limite transitoire de 30 % ait été prévue, qui est réduite de 2 % par an jusqu’à atteindre la limite de 20 %.

Comme le prévoit la résolution, les demandes d’augmentation des plafonds de déduction doivent être déposées auprès de l’administration fiscale où le contribuable est enregistré, au plus tard 15 jours civils après la fin de la période fiscale concernée. Les exigences relatives à la demande sont les suivantes :

  • Les demandes doivent être adressées au responsable de l’administration fiscale correspondante ;
  • Les demandes doivent être signées par le représentant légal du contribuable ;
  • Les informations et documents pertinents doivent être présentés sous forme numérique, sur un disque non réinscriptible ou par tout autre moyen électronique, et doivent être livrés dans une enveloppe scellée ;
  • Les documents doivent être présentés en espagnol, avec des traductions officielles pour les documents non espagnols ;
  • Les demandes doivent inclure une adresse électronique pour la réception des notifications relatives à la demande ;
  • Les demandes doivent inclure une déclaration sous serment qui contient :
    • les raisons justifiant la demande d’augmentation du plafond de déduction ; des informations sur les investissements qui ont été financés à partir de passifs entraînant des charges d’intérêt dans la période à laquelle correspond la demande, y compris le pourcentage qui a été financé par des ressources propres (capital) et le pourcentage financé par des ressources de tiers (passif) ;
    • la confirmation que les conditions de toutes les opérations de financement avec des sociétés affiliées qui restent en vigueur sont conformes au « Principe de libre concurrence » (principe de pleine concurrence) ;
    • si le contribuable fait partie d’un groupe économique, l’endettement (ratio d’endettement) de sa société mère au cours de la période précédente en termes d’EBITDA ;
    • le ratio d’endettement du contribuable demandeur en termes d’EBIDTA ; et
    • la confirmation que les charges financières découlant des obligations contractées par le contribuable demandeur sont nécessaires, utiles et pertinentes pour générer des revenus imposables ;
  • Les états financiers doivent être présentés pour la période correspondant à la demande ; et
  • Les états financiers consolidés de la société mère doivent être présentés pour la période correspondant à la demande.

Une demande d’augmentation du plafond de déduction des intérêts peut être approuvée lorsque :

  • Les informations et les documents requis indiqués ci-dessus sont présentés ; En ce qui concerne les investissements financés par le passif au cours de la période à laquelle correspond la demande, le pourcentage financé par des ressources de tiers est inférieur ou égal à 75 % ; et
  • Le ratio d’endettement du demandeur est inférieur ou égal au ratio d’endettement de la société mère.

Une demande d’augmentation du plafond de déduction des intérêts sera refusée dans les cas suivants:

    • Les informations et documents requis ne sont pas présentés, y compris toute information supplémentaire permettant de déterminer la conformité aux exigences ;
    • L’administration fiscale détermine que le demandeur a fourni des informations inexactes, erronées ou trompeuses ; En ce qui concerne les investissements financés par des passifs au cours de la période à laquelle correspond la demande, le pourcentage financé par des ressources de tiers est supérieur à 75 % ; ou Le ratio d’endettement du demandeur est supérieur au ratio d’endettement de la société mère. La résolution DGT-R-0032-2020 est en vigueur à partir du 15 octobre 2020.-source: Orbitax
26-10-2020 – Géorgie: Régime des sociétés internationales étendu aux secteurs des technologies de l’information et du transport maritime

Cliquez ici pour en savoir plus

Le gouvernement géorgien a publié l’ordonnance n° 219, qui élargit le champ d’application du régime des sociétés internationales pour inclure les secteurs des technologies de l’information (IT) et du transport maritime à compter du 12 octobre 2020. Avec l’élargissement du champ d’application, les entreprises de ces secteurs peuvent bénéficier des avantages du régime, notamment un taux réduit de 5 % pour l’impôt sur le revenu des sociétés, un taux réduit de 5 % pour l’impôt sur le revenu des personnes physiques pour les employés, une exonération d’impôt sur les dividendes et une exonération partielle de l’impôt sur la propriété. Pour bénéficier des incitations, une demande de statut de société internationale doit être soumise au gouvernement pour approbation..-source: Orbitax
26-10-2020 – OCDE: Publication d’un résumé de l’analyse d’impact de la solution à deux piliers proposée pour relever les défis fiscaux de la numérisation

Cliquez ici pour en savoir plus

L’OCDE a publié un résumé des principales conclusions de l’évaluation de l’impact économique des propositions pour une solution globale à deux piliers afin de relever les défis fiscaux de la numérisation. En outre, l’OCDE a mis à disposition la vidéo complète de son webcast du 20 octobre sur l’analyse d’impact.

Les défis fiscaux de la numérisation : Une solution globale à deux piliers pourrait augmenter les recettes fiscales et soutenir l’activité économique

Par David Bradbury, Tibor Hanappi, Pierce O’Reilly, Ana Cinta González Cabral (Centre de politique et d’administration fiscales de l’OCDE), Åsa Johansson, Stéphane Sorbe, Valentine Millot, Sébastien Turban (Département d’économie de l’OCDE)

Le système international d’imposition des sociétés est confronté à des défis croissants. Alors que le projet OCDE/G20 sur l’érosion de l’assiette et le déplacement des bénéfices (BEPS) a représenté un effort multilatéral sans précédent pour s’attaquer au déplacement des bénéfices, de nombreuses questions sur l’attribution des droits d’imposition restent sans réponse. La numérisation et la mondialisation ont mis en évidence certaines vulnérabilités du cadre existant, qui attribue les droits d’imposition principalement sur la base de la présence physique. En outre, certaines questions relatives au BEPS subsistent. Dans ce contexte, un nombre croissant de juridictions prennent des mesures non coordonnées et unilatérales (par exemple, les taxes sur les services numériques), ce qui contribue à une augmentation des litiges fiscaux et commerciaux et à une incertitude fiscale croissante.

La crise COVID-19 exacerbe ces tensions en accélérant la numérisation de l’économie et en augmentant les pressions sur les finances publiques. Le fait que de nombreuses entreprises ont bénéficié d’un soutien direct ou indirect du gouvernement pendant la crise est également susceptible d’intensifier le mécontentement du public face à l’évasion fiscale des entreprises multinationales (EMN).

Vers une solution globale à deux piliers

Dans ce contexte, le Cadre inclusif sur le BEPS (Inclusive Framework) de l’OCDE/G20, qui réunit 137 juridictions membres, examine des propositions de réforme des règles fiscales internationales fondées sur le consensus afin de relever les défis fiscaux découlant de la numérisation de l’économie. Les propositions s’inscrivent dans le cadre de deux piliers, qui sont décrits dans les rapports Blueprint du premier et du deuxième pilier publiés la semaine dernière (OCDE, 2020a ; OCDE, 2020b). Dans leur dernier communiqué, les ministres des finances du G20 ont confirmé qu’ils restaient déterminés à réaliser de nouveaux progrès sur les deux piliers et ont demandé instamment au cadre inclusif de traiter les questions restantes en vue de parvenir à une solution mondiale et consensuelle d’ici la mi-2021 (G20, 2020).

Le premier pilier vise à adapter le système international d’imposition des sociétés à l’ère numérique en apportant des modifications importantes aux règles applicables aux bénéfices des entreprises afin de garantir que l’attribution des droits d’imposition sur les bénéfices des entreprises ne soit plus exclusivement déterminée par référence à la présence physique.

Le deuxième pilier vise à relever les défis restants du BEPS et est conçu pour garantir que les grandes entreprises opérant à l’échelle internationale paient un niveau minimum d’impôt, quel que soit le lieu de leur siège ou les juridictions dans lesquelles elles opèrent.

Ce billet de blog résume les principales conclusions de l‘évaluation de l’impact économique des propositions réalisée par le secrétariat de l’OCDE (OCDE, 2020c). Il s’agit d’une évaluation « ex ante », qui repose sur un certain nombre d’hypothèses illustratives concernant la conception et les paramètres des propositions, sans préjudice des décisions finales du cadre inclusif.

Les propositions augmenteraient les recettes fiscales mondiales

Le premier et le deuxième pilier pourraient augmenter les recettes mondiales de l’impôt sur les sociétés (IS) d’environ 50 à 80 milliards de dollars par an. En tenant compte de l’effet combiné de ces réformes et du régime américain GILTI, l’effet total pourrait représenter 60 à 100 milliards de dollars par an, soit jusqu’à environ 4 % des recettes mondiales de l’impôt sur le revenu des sociétés.

  • Le premier pilier impliquerait un changement significatif dans la manière dont les droits d’imposition sont répartis entre les juridictions, car les droits d’imposition sur environ 100 milliards de dollars de bénéfices pourraient être réattribués aux juridictions du marché. Cela entraînerait une modeste augmentation des recettes fiscales mondiales. En moyenne, les économies à faibles, moyens et hauts revenus bénéficieraient toutes d’une augmentation des recettes, tandis que les « centres d’investissement » auraient tendance à perdre des recettes fiscales.
  • Le deuxième pilier entraînerait une augmentation significative des recettes de l’impôt sur les sociétés et réduirait considérablement les incitations des multinationales à transférer leurs bénéfices vers des juridictions à faible fiscalité, ce qui générerait des gains de recettes en plus des gains directs résultant de la mise en œuvre des nouvelles règles.
  • Les gains de revenus combinés des deux piliers sont estimés être largement similaires – en tant que part des revenus actuels de l’IS – dans les juridictions à faibles, moyens et hauts revenus

Une solution consensuelle favoriserait l’investissement et la croissance économique

Une solution multilatérale basée sur le consensus et impliquant les premier et deuxième piliers conduirait à un environnement plus favorable à l’investissement et à la croissance que ce ne serait probablement le cas en l’absence d’un accord par le cadre inclusif :

  • Les deux piliers entraîneraient une augmentation relativement faible des coûts d’investissement moyens (après impôt) des EMN (Hanappi et González Cabral, 2020). L’effet négatif qui en résulterait sur l’investissement mondial est estimé très faible, car les propositions toucheraient surtout les EMN très rentables dont l’investissement est moins sensible aux impôts (Millot et al., 2020). Dans l’ensemble, l’effet négatif sur le PIB mondial découlant de l’augmentation prévue des recettes fiscales associées aux propositions est estimé à moins de 0,1 % à long terme.
  • En revanche, l’absence de solution consensuelle entraînerait probablement une prolifération de mesures fiscales non coordonnées et unilatérales (par exemple, les taxes sur les services numériques) et une augmentation des litiges fiscaux et commerciaux préjudiciables. Cela compromettrait la sécurité fiscale et l’investissement et entraînerait également des coûts supplémentaires de mise en conformité et d’administration. L’ampleur des conséquences négatives dépendrait de l’étendue, de la conception et de la portée de ces mesures unilatérales, ainsi que de l’ampleur des éventuelles représailles commerciales qui en découleraient. Dans le « pire des cas », ces différends pourraient réduire le PIB mondial de plus de 1%.

La crise COVID-19 a accru le besoin de réforme

  • L’impact total de la crise COVID-19 reste très incertain à ce stade, mais quelques implications probables pour l’évaluation de l’impact du premier et du deuxième pilier ressortent déjà :
  • La crise COVID-19 réduira probablement les gains de revenus attendus des propositions, du moins à court terme, car la crise pèse sur la rentabilité de nombreuses multinationales, même si certaines multinationales à forte intensité numérique ont réussi à maintenir ou à améliorer leur rentabilité depuis le début de la crise. La crise a accéléré la numérisation de l’économie, augmentant la nécessité de relever les défis fiscaux découlant de la numérisation.-source: Orbitax
22-10-2020 – Allemagne: Le Cabinet allemand approuve la base de revenu maximale pour les cotisations de sécurité sociale pour 2021

Cliquez ici pour en savoir plus

Le 14 octobre 2020, le Cabinet Fédéral allemand a approuvé la base de revenu annuel maximum pour les cotisations de sécurité sociale pour 2021. Pour l’assurance retraite et l’assurance chômage, la base maximale sera

  • 85 200 euros pour les États Fédéraux Occidentaux (anciens États) ; et
  • 80 400 euros pour les États Fédéraux de l’Est (nouveaux États).

Pour l’assurance maladie et l’assurance dépendance pour l’invalidité et la vieillesse, la base annuelle maximale sera de 58 050 euros pour tous les États fédéraux.

En attendant l’approbation finale du Conseil Fédéral allemand (Chambre Haute du Parlement – Bundesrat), les modifications s’appliqueront à partir du 1er janvier 2021.-source: Orbitax

22-10-2020 – France: La Cour Administrative Suprême française maintient la retenue à la source sur les plus-values réalisées par une société italienne lors de la vente d’actions françaises, qui doivent être intégralement remboursées

Cliquez ici pour en savoir plus

Le 14 octobre 2020, le Conseil d’État français a rendu sa décision dans une affaire concernant la retenue à la source sur les plus-values de cession d’actions détenues par un non-résident dans une société résidente française. En général, lorsqu’une société non-résidente détient plus de 25 % des droits aux bénéfices d’une société française à un moment quelconque au cours des cinq années précédant une cession, la plus-value de cession est soumise à une retenue à la source.

L’affaire concernait une société italienne, AVM International Holding, qui avait demandé le remboursement intégral de l’impôt retenu à la source sur une plus-value résultant de la vente de ses parts dans une société française. Toutefois, sur la base de ses propres directives, l’autorité fiscale n’a accordé qu’un remboursement partiel. Conformément à ces directives, lorsqu’une société non résidente est résidente d’un autre État membre de l’UE et aurait pu bénéficier du régime français de participation, si elle avait été résidente de France, la société est autorisée à demander un remboursement partiel de l’impôt retenu, qui est égal à la différence entre le montant de la retenue à la source et le montant de l’impôt français qui s’appliquerait, compte tenu de l’exonération de 88 % de la participation aux bénéfices.

Insatisfaite du remboursement partiel, la société italienne a fait appel de la position de l’autorité fiscale, arguant que l’approche adoptée pour imposer les plus-values sur la vente d’actions violait le principe de liberté d’établissement de l’UE. Elle a notamment fait valoir que la liberté d’établissement était violée parce qu’une base d’imposition différente était appliquée en l’espèce, à savoir une base d’imposition de 100 % pour la société italienne et une base d’imposition de 88 % pour une société française au titre de l’exonération de participation.

L’affaire a d’abord été entendue par le tribunal administratif de Cergy-Pontoise, qui a accepté qu’un remboursement intégral soit effectué, mais sur appel de l’administration fiscale, la décision a été annulée par la cour administrative d’appel de Versailles. Si la Cour administrative d’appel a reconnu que la différence d’assiette fiscale était contraire au droit communautaire, elle a estimé que l’administration fiscale avait eu raison de ne pas rembourser le montant de l’impôt qui serait dû par un résident français. La société italienne a ensuite fait appel de cette décision.

Dans sa décision, la Cour administrative suprême s’est prononcée en faveur de la société italienne. La Cour a estimé que, les différentes bases d’imposition étant incompatibles avec le droit communautaire, cela devait conduire à un remboursement intégral de l’impôt retenu sur la plus-value de la société italienne. En outre, la Cour a estimé que l’autorité fiscale ne peut pas se fonder sur ses propres directives pour accorder un remboursement partiel. En conséquence, la décision de la juridiction inférieure est annulée et un remboursement intégral doit être effectué.-source: Orbitax

22-10-2020 – Hongrie: Le Parlement envisage de modifier les règles relatives aux CFC et aux PE

Cliquez ici pour en savoir plus

Un projet de loi a été soumis au Parlement hongrois le 13 octobre 2020, qui comprend des mesures d’aide supplémentaire pour les entreprises à la lumière de la pandémie COVID-19. Outre la mesure annoncée, le projet de loi comprend également certaines mesures importantes en matière d’impôt sur les sociétés concernant les sociétés étrangères contrôlées (CFC) et les établissements permanents (EP).

En ce qui concerne les CFC, il est prévu que certaines exonérations des règles relatives aux CFC ne peuvent pas être appliquées aux sociétés étrangères établies dans une juridiction non coopérative. Les juridictions non coopératives à cette fin seront publiées par un décret, qui devrait suivre la liste des juridictions non coopératives de l’UE. En ce qui concerne les établissements stables, la définition des établissements stables est mise à jour afin de se conformer aux dernières normes de l’OCDE sur la définition des établissements stables aux fins des conventions fiscales.-source: Orbitax

22-10-2020 – Turquie: Réduction du taux d’imposition des sociétés envisagée en 2021

Cliquez ici pour en savoir plus

Le gouvernement turc a publié un projet de loi contenant des modifications fiscales pour 2021. En ce qui concerne la proposition de réduction du taux d’imposition des sociétés mentionnée précédemment, le projet de loi modifie la loi sur l’impôt sur les sociétés afin d’autoriser le président turc à réduire le taux d’imposition standard des sociétés de 5 points de pourcentage maximum (jusqu’à 15 %). En outre, le projet de loi prévoit l’introduction d’un taux d’imposition des sociétés réduit de 2 % qui s’appliquerait pendant cinq ans aux sociétés qui cotent au moins 20 % des actions à la Bourse d’Istanbul lors d’une première offre publique. Certains types de sociétés sont toutefois exclus, notamment :

  • Les banques ;
  • Les sociétés de crédit-bail ;
  • Les sociétés d’affacturage ;
  • Les sociétés de financement ;
  • Les établissements de paiement et de monnaie électronique ;
  • Établissements de change autorisés ;
  • Sociétés de gestion d’actifs ;
  • Les institutions du marché des capitaux ;
  • les sociétés d’assurance et de réassurance ; et
  • Les sociétés de retraite.

Outre les modifications relatives à l’impôt sur les sociétés, le projet de loi comprend également diverses modifications de la loi sur l’impôt sur le revenu des personnes physiques et de la loi sur la taxe sur la valeur ajoutée, notamment des mesures visant à apporter un soutien en rapport avec la pandémie de COVID-19. Des mesures sont également prévues pour un régime de divulgation volontaire de certains actifs jusqu’au 30 juin 2021, notamment les espèces, l’or, les devises, les titres ou autres instruments du marché des capitaux détenus à l’étranger, les montants divulgués étant exonérés de toute obligation fiscale supplémentaire.-source: Orbitax

22-10-2020 – Russie / Malte : (Mise à jour) – Signature du protocole à la convention fiscale entre Malte et la Russie

Cliquez ici pour en savoir plus

Le protocole d’amendement à la convention fiscale de 2013 entre Malte et la Russie a été signé le 1er octobre 2020. Ce protocole est le premier à modifier la convention et comprend les changements suivants :

  • Le paragraphe 2 de l’article 10 (Dividendes) est remplacé, prévoyant un taux de retenue à la source standard de 15 % ;
  • Le paragraphe 3 de l’article 10 (Dividendes) est remplacé, prévoyant un taux de retenue à la source réduit de 5 % si le bénéficiaire effectif des dividendes :
    • est une entreprise d’assurance ou un fonds de pension ;
    • est une société dont les actions sont cotées sur une bourse de valeurs enregistrée, à condition qu’au moins 15 % des actions avec droit de vote de cette société soient en circulation libre et qui détient directement au moins 15 % du capital de la société qui verse les dividendes pendant une période de 365 jours qui inclut le jour du versement des dividendes ;
    • est le gouvernement d’un État contractant ou l’une de ses subdivisions politiques ou collectivités locales ; ou
    • est la banque centrale d’un État contractant ;
  • Le paragraphe 2 de l’article 11 (Intérêts) est remplacé, prévoyant un taux normal de retenue à la source de 15 % ;
  • Un nouveau paragraphe 3 est ajouté à l’article 11 (Intérêts), prévoyant un taux réduit de retenue à la source de 5% sur les intérêts si :
    • le bénéficiaire effectif est :
      • une entreprise d’assurance ou un fonds de pension ;
      • le gouvernement d’un État contractant ou l’une de ses subdivisions politiques ou collectivités locales ;
      • la Banque centrale d’un État contractant ; une banque ; ou
    • une société dont les actions sont cotées sur une bourse de valeurs enregistrée, à condition qu’au moins 15 % des actions avec droit de vote de cette société soient dans le flottant et qui détient directement au moins 15 % du capital de la société qui paie les intérêts pendant une période de 365 jours qui inclut le jour du paiement des intérêts ; ou
    • l’intérêt est payé pour les titres suivants cotés en bourse :
      • les obligations d’État ;
      • obligations de sociétés ; ou
      • Les euro-obligations ;
  • Les références faites à l’article 23 (Non-discrimination) aux paragraphes de l’article 11 (Intérêts) sont ajustées pour tenir compte des changements dans la numérotation des paragraphes ; et
  • L’article 25 (Échange d’informations) est mis à jour.

Le protocole entrera en vigueur après l’échange des instruments de ratification et s’appliquera à partir du 1er janvier 2021, comme spécifié dans le protocole..-source: Orbitax

22-10-2020 – Australie / Tchéquie: L’Australie publie le texte synthétisé de la convention fiscale avec la République tchèque telle qu’elle est affectée par l’IML du BEPS

Cliquez ici pour en savoir plus

L’Office Australien des Impôts (ATO) a publié le texte synthétisé de la convention fiscale de 1995 avec la République tchèque, telle qu’elle est affectée par la Convention Multilatérale pour la mise en œuvre des Mesures liées aux Conventions fiscales visant à prévenir l’Erosion de la Base et le Transfert de Bénéfices (MLI). Le texte synthétisé a été préparé sur la base des réserves et notifications (positions de l’IML) fournies par l’Australie et la République tchèque à la date du dépôt de leurs instruments de ratification de l’IML. Le seul but du texte est de faciliter la compréhension de l’application de l’accord IML et il ne constitue pas une source de droit. Les textes juridiques authentiques de l’Accord et de l’IML prévalent et restent les textes juridiques applicables.

L’IML s’applique à la convention fiscale entre l’Australie et la République tchèque de 1995 :

en ce qui concerne les impôts retenus à la source sur les montants payés ou crédités à des non-résidents, lorsque le fait générateur de ces impôts se produit le 1er janvier 2021 ou après à l’égard de tous les autres impôts perçus par chaque État contractant, pour les périodes imposables commençant le 1er mars 2021 ou après cette date.

Nonobstant ce qui précède, l’Article 16 de l’IML (Procédure amiable) s’applique à l’égard d’un cas présenté à l’autorité compétente d’un État contractant le 1er septembre 2020 ou après cette date, sauf pour les cas qui ne pouvaient pas être présentés à cette date en vertu du traité avant sa modification par l’IML, sans égard à la période imposable à laquelle le cas se rapporte.

Cliquez sur le lien suivant pour accéder à la page web de l’ATO sur l’IML BEPS pour plus d’informations.-source: Orbitax

21-10-2020 – Bulgarie: Le Parlement envisage une exonération fiscale pour les salariés au salaire minimum

Cliquez ici pour en savoir plus

Le Parlement bulgare examine un projet de loi présenté le 14 octobre 2020 qui prévoit un allègement fiscal pour les employés au salaire minimum. Ce projet prévoit notamment une exonération de l’impôt sur le revenu des personnes physiques lorsque deux conditions sont remplies :

  • Le particulier ne tire des revenus d’un emploi que pendant l’année
  • Les revenus perçus au cours de l’année ne dépassent pas 12 salaires mensuels minimums pour l’année en question.

Le respect de ces conditions et la possibilité de bénéficier de l’exonération seront déclarés dans le cadre de la déclaration d’impôt annuelle..-source: Orbitax

21-10-2020 – Malte: Le budget pour 2021 présenté au Parlement

Cliquez ici pour en savoir plus

Le 19 octobre 2019, le ministre des finances de Malte a prononcé le discours du budget pour 2021 devant la Chambre des représentants. Les principales mesures fiscales du budget pour 2021 sont les suivantes:

  • Des remboursements d’impôt de 45 à 95 euros seront accordés aux contribuables individuels en fonction de leur niveau de revenu et de leur statut fiscal (célibataire, marié ou parent) ;
  • Le montant des revenus annuels de pension exonérés sera porté à 14 058 euros, et les contribuables qui demandent des taux mariés auront droit à un montant supplémentaire de 3 600 euros exonérés d’impôt pour les revenus provenant d’autres sources ;
  • Les auteurs et coauteurs seront soumis à une retenue à la source finale de 15 % sur les revenus de redevances provenant de la publication d’œuvres littéraires ;
  • L’exonération des droits de timbre pour les acheteurs d’un premier logement passera de 175 000 à 200 000 euros ;
  • La valeur maximale de la propriété éligible au taux réduit de 3,5 % du droit de timbre passera de 175 000 euros à 200 000 euros pour les personnes physiques qui héritent ou achètent une propriété dans laquelle elles résident ;
  • Un remboursement des droits de timbre à hauteur de 3 000 euros (ou 5 000 euros dans le cas des personnes ayant des besoins particuliers) sera accordé aux personnes qui vendent leur première propriété résidentielle pour acheter leur deuxième propriété résidentielle ; La réduction des droits de timbre sera étendue à l’achat d’une maison résidentielle à Gozo (2 % au lieu de 5 %) et dans les zones de conservation urbaine (2,5 % au lieu de 5 %) ;
  • Le taux réduit du droit de timbre de 5 % à 1,5 % sur les premiers 400 000 euros de la valeur du bien immobilier en cas d’achat d’un bien immobilier, et de 8 % à 5 % sur les premiers 400 000 euros de la valeur du bien immobilier en cas de vente d’un bien immobilier sera prolongé pour les promesses de vente qui sont enregistrées jusqu’au 31 mars 2021 et pour lesquelles les contrats sont conclus avant le 31 décembre 2021 ;
  • Le droit de timbre de 3,5 % sera exonéré sur les premiers 250 000 euros (augmenté de 200 000 euros) de dons de biens immobiliers des parents à leurs enfants lorsque le bien est utilisé à des fins de résidence des enfants ;
  • Un taux réduit de 15 % s’appliquera à la totalité des gains ou des bénéfices (au lieu des 100 000 premiers euros) qui découlent du transfert de tout droit acquis par le biais d’un contrat de promesse de vente ; et
  • Le seuil de chiffre d’affaires annuel pour qu’une petite entreprise s’enregistre en tant que personne exonérée de TVA passera de 20 000 à 30 000 euros.-source: Orbitax
20-10-2020 – Chypre / Malte: La Commission européenne lance des procédures d’infraction contre Chypre et Malte pour avoir « vendu » la citoyenneté de l’UE

Cliquez ici pour en savoir plus

La Commission européenne a annoncé le lancement de procédures d’infraction contre Chypre et Malte concernant leurs systèmes de citoyenneté des investisseurs « golden passport ».

Programmes de citoyenneté des investisseurs : La Commission européenne ouvre des procédures d’infraction contre Chypre et Malte pour avoir « vendu » la citoyenneté de l’UE

Aujourd’hui, la Commission européenne lance des procédures d’infraction contre Chypre et Malte en émettant des lettres de mise en demeure concernant leurs systèmes de citoyenneté des investisseurs, également appelés « golden passport ». La Commission considère que l’octroi par ces États membres de leur nationalité – et donc de la citoyenneté de l’UE – en échange d’un paiement ou d’un investissement prédéterminé et sans lien véritable avec les États membres concernés, n’est pas compatible avec le principe de coopération sincère inscrit à l’article 4, paragraphe 3, du traité sur l’Union européenne. Cela porte également atteinte à l’intégrité du statut de la citoyenneté de l’UE prévu à l’article 20 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne. La Commission considère que l’octroi de la citoyenneté de l’UE pour des paiements ou des investissements prédéterminés, sans lien véritable avec les États membres concernés, porte atteinte à l’essence même de la citoyenneté de l’UE.

Les gouvernements chypriote et maltais ont deux mois pour répondre aux lettres de mise en demeure. Si les réponses ne sont pas satisfaisantes, la Commission peut émettre un avis motivé à ce sujet.

Le communiqué de presse complet est disponible en ligne.-source: Orbitax

20-10-2020 – Italie: Le Conseil des Ministres approuve le projet de budget pour 2021 et des mesures urgentes en matière de recouvrement des impôts

Cliquez ici pour en savoir plus

Le 18 octobre 2020, le Conseil des ministres italien a publié un communiqué annonçant son approbation du projet de loi contenant le budget pour 2021. Les mesures fiscales du budget sont principalement axées sur une stimulation et un soutien supplémentaires. Cela comprend une extension de la réduction de 30 % des cotisations de sécurité sociale pour soutenir l’emploi dans les régions du sud, ainsi que l’extension du crédit d’impôt régional pour les investissements dans les régions du sud et du crédit d’impôt pour les investissements dans les PME. Une aide supplémentaire sera également accordée aux secteurs fortement touchés par la pandémie COVID-19, notamment le tourisme, la restauration et les transports, et une exonération des cotisations de sécurité sociale sera accordée pour l’emploi des personnes de moins de 35 ans dans toute l’Italie.

Outre le projet de loi de finances, le Conseil des ministres a également approuvé un décret-loi sur les mesures urgentes en matière de recouvrement des impôts. Ces mesures prévoient une prolongation jusqu’au 31 décembre 2020 de la suspension des activités de collecte des impôts. Les conditions assouplies pour la résiliation des plans de paiement par acomptes ont également été prolongées jusqu’au 31 décembre 2020, ce qui permet le non-paiement de 10 acomptes au maximum, au lieu de 5.

Des détails supplémentaires sur les mesures budgétaires et le décret-loi seront publiés dès qu’ils seront disponibles.-source: Orbitax

19-10-2020 – L’IRS américain publie un communiqué sur la résiliation de l’accord de transport maritime avec Hong Kong

Cliquez ici pour en savoir plus

Annonce 2020-40 : Les États-Unis ont notifié par écrit, le 18 août 2020, au gouvernement de la Région administrative spéciale de Hong Kong la résiliation d’un accord réciproque visant à exonérer de l’impôt sur le revenu certains revenus provenant de l’exploitation internationale de navires. Cette annonce prévoit que la résiliation prendra effet le 1er janvier 2021 et s’appliquera aux années d’imposition commençant à cette date ou après..-source: Orbitax
19-10-2020 – Anguilla / Guernesey: Entrée en vigueur de l’accord d’échange d’informations fiscales

Cliquez ici pour en savoir plus

L’accord d’échange d’informations fiscales entre Anguilla et Guernesey entrera en vigueur le 1er novembre 2020. L’accord, signé par Guernesey le 13 février 2020 et par Anguilla le 19 février 2020, est le premier de ce type entre les deux juridictions. Il s’appliquera aux questions fiscales de nature pénale à la date de son entrée en vigueur, s’appliquera à l’échange automatique d’informations pour les périodes fiscales commençant le 1er janvier 2019 ou après cette date, et s’appliquera aux autres questions fiscales pour les périodes fiscales commençant à la date de son entrée en vigueur ou après cette date.-source: Orbitax
13-10-2020 – Australie: L’ATO publie un avis concernant les réductions de l’impôt des personnes physiques pour 2020-21

Cliquez ici pour en savoir plus

L’Office australien des impôts (ATO) a publié un avis concernant les réductions de l’impôt sur les personnes physiques pour 2020-21, qui ont été approuvées dans le cadre du budget 2020-21 et rétroactives au 1er juillet 2020.

2020-21 : réduction de l’impôt des personnes physiques

Le 6 octobre 2020, le gouvernement australien a introduit des réductions de l’impôt sur le revenu des personnes physiques dans le cadre du budget 2020-21. Ces réductions d’impôt anticipent les réductions d’impôt sur le revenu des personnes physiques prévues par la loi du 1er juillet 2022 au 1er juillet 2020.

Vous et vos clients employeurs pouvez utiliser les tableaux d’imposition 2020-21 sur le site ato.gov.au/taxtables pour retenir sur leur prochaine paie le montant d’impôt approprié pour les paiements des employés.

Les employeurs doivent maintenant procéder à des ajustements dans leurs processus et systèmes de paie afin que les réductions d’impôts se reflètent dans le salaire net de l’employé. Les employeurs doivent s’assurer qu’ils retiennent le montant correct sur les traitements ou salaires versés aux employés pour tout cycle de paie traité dans leur système à partir du 16 novembre au plus tard.

Certains salariés constateront les réductions d’impôt sur leur salaire net dans les jours ou les semaines qui suivent. Pour d’autres, ce délai peut être plus long.

Faites savoir à vos clients employeurs qu’ils n’ont pas besoin de procéder à d’autres ajustements ou remboursements pour leurs employés. Toute retenue excessive effectuée avant les mises à jour des logiciels ou des processus de paie sera appliquée comme crédit lorsque les employés déposeront leur déclaration de revenus 2020-21.

Nous travaillons en étroite collaboration avec les fournisseurs de logiciels de paie qui s’efforcent de mettre à jour leur logiciel d’ici le 16 novembre 2020 pour tenir compte de la réduction de la retenue à la source associée aux modifications des seuils d’imposition sur le revenu. Votre fournisseur de logiciel vous tiendra informé de ces changements.

Voir aussi la publication officielle : « Il est temps pour les employeurs de mettre à jour leurs processus de paie afin d’appliquer les réductions d’impôts« .-source: Orbitax

News antérieures