News – juillet 2024

 

News fiscales dans le Monde

 

________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

 

22 juillet 2024 – Portugal / USA (litige fiscal) : La retenue à la source sur les dividendes versés à des OPCVM américains viole le principe de la libre circulation des capitaux

Cliquez ici pour en savoir plus

  La Cour administrative suprême du Portugal estime que la retenue à la source sur les dividendes versés à des OPCVM américains viole le principe de la libre circulation des capitaux

La Cour administrative suprême du Portugal a récemment publié un arrêt concernant l’application du principe communautaire de libre circulation des capitaux aux dividendes versés à un pays tiers (non membre de l’UE). L’affaire concernait le paiement de dividendes par un résident portugais à un OPCVM non-résident aux États-Unis en 2019, qui a été soumis à une retenue à la source au Portugal au taux de 15 % conformément aux dispositions de la convention fiscale entre le Portugal et les États-Unis. La retenue d’impôt a fait l’objet d’un recours, étant donné que les paiements de dividendes à un OPCVM résident ne sont pas soumis à une retenue d’impôt. L’appel était fondé sur l’argument selon lequel le traitement différent constituait une restriction à la libre circulation des capitaux, ce qui n’est pas autorisé par l’article 63 du traité sur le fonctionnement de l’UE (TFUE). Dans son arrêt, la Cour administrative suprême a reconnu que la différence de traitement constituait une restriction à la libre circulation des capitaux. source: Orbitax

22 juillet 2024 – Pérou : Validité indéfinie aux certificats de résidence 

Cliquez ici pour en savoir plus

  L’administration fiscale péruvienne accorde une validité indéfinie aux certificats de résidence qu’elle délivre Le Pérou a publié au Journal officiel la résolution n° 000141-2024/SUNAT du 12 juillet 2024, qui modifie la résolution n° 230-2008-SUNAT relative à la forme, aux modalités et aux conditions de délivrance des certificats de résidence aux fins de l’application des dispositions des conventions fiscales.Afin de simplifier l’accréditation du statut des résidents du Pérou, la résolution n° 000141-2024/SUNAT prévoit que le certificat de résidence délivré par l’autorité fiscale (SUNAT) est valable indéfiniment à compter de la date à laquelle il est délivré au contribuable. La résolution n° 000141-2024/SUNAT entre en vigueur le 15 juillet 2024. source: ElPeruano
22 juillet 2024 – Hongrie : Augmentation de la taxe sur les transactions financières

Cliquez ici pour en savoir plus

  Selon des informations récentes, la Hongrie a augmenté la taxe sur les transactions financières. Le taux de la taxe sur les transactions financières passe de 0,3 % à 0,45 %, le plafond de la taxe par opération de paiement passant de 10 000 HUF à 20 000 HUF, et la taxe sur les transactions financières sur les retraits d’espèces passe de 0,6 % à 0,9 %, et s’applique à partir du 1er août 2024.En outre, une taxe supplémentaire sur les transactions financières est introduite à un taux de 0,45 %, soumise à un plafond de 20 000 HUF, qui s’applique à partir du 1er octobre 2024.
22 juillet 2024 – Turquie : Projet de loi sur la réforme fiscale incluant l’impôt minimum mondial 

Cliquez ici pour en savoir plus

   Le Parlement turc est saisi d’un projet de loi sur la réforme fiscale incluant l’impôt minimum mondial du deuxième pilier Le 16 juillet 2024, le Parlement turc a été saisi d’un projet de loi sur la réforme fiscale qui comprend, entre autres, des mesures pour la mise en œuvre de l’impôt minimum mondial du deuxième pilier. L’impôt minimum mondial sera conforme aux règles GloBE approuvées par le cadre inclusif BEPS et s’appliquera aux exercices fiscaux commençant à partir du 1er janvier 2024, les premières déclarations étant exigibles en 2025.Le projet de législation comprend également des mesures pour un impôt minimum de 10 % sur les sociétés nationales, ainsi qu’un taux d’imposition sur les sociétés plus élevé de 30 % pour les sociétés réalisant des projets publics-privés, tels que des projets d’infrastructure.
22 juillet 2024 – Bengladesh : Loi de finances 2024, qui comprend des modifications des taux d’imposition sur le revenu des particuliers et des sociétés

Cliquez ici pour en savoir plus

   Le Bangladesh publie la loi de finances 2024, qui comprend des modifications des taux d’imposition sur le revenu des particuliers et des sociétés L’Office national des recettes du Bangladesh (NBR) a publié la loi de finances 2024, qui contient les mesures du budget national pour 2024-25. Certaines des principales mesures fiscales concernent l’imposition des particuliers, notamment :

Le maintien des seuils de revenus non imposables pour les particuliers comme suit : – contribuable général – 350,000 BDT – femmes et personnes âgées de plus de 65 ans – 400 000 BDT – personnes souffrant d’un handicap physique – 475 000 BDT – combattants de la liberté blessés par la guerre – 500 000 BDT – Contribuables du troisième sexe – 475 000 BDT

L’introduction d’une nouvelle tranche supérieure de 30% et la révision de certains seuils de tranches inférieures comme suit avec le seuil général d’exonération d’impôt pour les contribuables (zéro) : – jusqu’à 350 000 BDT – Néant – au-delà de 350 000 BDT et jusqu’à 450 000 BDT (100 000 BDT suivants) – 5 %. – de 450 000 BDT à 850 000 BDT (400 000 BDT suivants) – 10 %. – de 850,000 à 1,350,000 BDT (500,000 BDT suivant) – 15 %. – de 1 350 000 BDT à 1 850 000 BDT (500 000 BDT suivants) – 20 %

– de 1 850 000 BDT à 1 350 000 BDT (500 000 BDT suivants) – 10 %. – de 1 850 000 à 3 850 000 BDT (BDT 2 000 000 suivant) – 25 %. – plus de 3 850 000 BDT – 30 %.

Maintien de la surtaxe pour les contribuables individuels fortunés, y compris le taux supérieur de 35 % si la valeur de l’actif net dépasse 500 millions de BDT.

Pour les entreprises, certaines des principales mesures fiscales comprennent des ajustements de certains taux de l’impôt sur les sociétés :

Une réduction du taux d’imposition pour les sociétés non cotées en bourse de 27,5 % à 25,0 % à condition que toutes les recettes et tous les revenus ainsi que toutes les dépenses et tous les investissements supérieurs à 3,6 millions BDT par an soient effectués par virement bancaire (plus de 0,5 million BDT par transaction individuelle) ; dans le cas contraire, le taux de 27,5 % s’applique, contre 30,0 % auparavant ;

– une réduction du taux d’imposition de 22,5 % à 20,0 % pour les sociétés unipersonnelles (OPC), sous réserve de la condition de transfert bancaire ; sinon, un taux de 22,5 % s’applique, au lieu de 25,0 % ; et – une augmentation du taux d’imposition pour les sociétés coopératives de 15,0 % à 20,0 % (condition de transfert bancaire non applicable).

La loi de finances 2024 comprend également diverses modifications de la TVA et des droits d’importation et d’exportation, ainsi que certaines autres mesures. Les mesures s’appliquent généralement à partir du 1er juillet 2024. source: Orbitax

22 juillet 2024 – Luxembourg : Le gouvernement propose d’importantes mesures d’allègement fiscal

Cliquez ici pour en savoir plus

  Le 17 juillet 2024, le gouvernement luxembourgeois a publié un projet de loi comprenant plusieurs mesures d’allègement fiscal pour les entreprises et les particuliers. Les principales propositions sont les suivantes :

Contribuables corporatifs

Le taux d’imposition des sociétés serait réduit d’un point de pourcentage et serait fixé à 16 % en général (contre 17 % actuellement) et à 14 % (contre 15 % actuellement) pour la partie des revenus n’excédant pas 175 000 euros. En conséquence, le taux consolidé combiné (tenant compte de la surtaxe de solidarité et de la taxe professionnelle locale) pour les sociétés établies à Luxembourg-Ville passerait de 24,94 % actuellement à 23,87 %. La réduction prendrait effet pour les exercices fiscaux commençant à partir du 1er janvier 2025. La taxe d’abonnement annuelle minimale pour les sociétés de gestion de patrimoine privé (SPF) serait portée à 1 000 euros (contre 100 euros actuellement). En outre, il est précisé que les autorités fiscales seraient habilitées à imposer des amendes allant jusqu’à 250 000 euros aux SPF en cas de manquement grave à leurs obligations légales. À l’issue d’une période de redressement de six mois, les autorités peuvent retirer le statut de SPF. Les organismes de placement collectif en valeurs mobilières négociés en bourse et gérés de manière active (OPCVM-ETF) seront exonérés de la taxe d’abonnement.

Contribuables individuels

Le régime spécial des expatriés existant serait entièrement remanié. Le régime actuel (initialement introduit par voie de circulaire et, depuis 2021, par voie législative) prévoit essentiellement l’exonération des avantages en nature énumérés et des primes d’expatriation. Il serait remplacé par un régime plus simple dans lequel une exonération de 50% s’applique à la rémunération annuelle des expatriés. Toutefois, l’exonération serait plafonnée à des rémunérations brutes annuelles n’excédant pas 400 000 euros. Les expatriés bénéficiant du régime actuel auraient la possibilité de choisir de passer au nouveau régime. Le plan d’intéressement (prime participative) introduit en 2021 serait encore amélioré. Premièrement, le montant maximum de l’intéressement (qui bénéficie d’une exonération fiscale de 50 %) serait porté de 25 % à 30 % de la rémunération annuelle. D’autre part, le montant total qu’un employeur peut distribuer sous forme de plan d’intéressement serait porté de 5 % à 7,5 % des bénéfices de l’employeur. Les barèmes de l’impôt sur le revenu pour 2025 seraient sensiblement ajustés pour refléter les taux d’inflation élevés de la période écoulée. En outre, un crédit d’impôt serait introduit au profit des salariés autres que les fonctionnaires qui sont rémunérés pour leurs heures supplémentaires. Il s’agit principalement de compenser l’imposition par l’Allemagne de la rémunération des heures supplémentaires des résidents allemands employés au Luxembourg (la rémunération des heures supplémentaires est exonérée d’impôt au Luxembourg, mais les salariés travaillant au Luxembourg et résidant en Allemagne sont généralement imposés sur cette rémunération). source: Orbitax

22 juillet 2024 – Chili: Comment sont traités les fonds d’investissement chiliens dans la convention avec les États-Unis ? 

Cliquez ici pour en savoir plus

  Le service des impôts chilien publie une décision sur l’éligibilité des fonds d’investissement chiliens aux avantages de la convention fiscale Chili-États-Unis Dans une décision publique Oficio No 1338 du 04 juillet 2024, l’administration fiscale chilienne (SII) a clarifié sa position sur la question de savoir si les fonds d’investissement et les fonds communs de placement chiliens sont éligibles aux avantages du taux réduit de retenue à la source sur les dividendes en vertu de la convention fiscale entre le Chili et les États-Unis d’Amérique. L’ISI a rappelé le principe de base selon lequel, pour qu’une personne puisse bénéficier des avantages d’une convention, elle doit d’abord être considérée comme une personne et un résident de l’un des États contractants et doit ensuite satisfaire à tous les critères de la LdB prévus par la convention concernée. À cet égard, la combinaison de l’art. 81 de la loi régissant les fonds d’investissement et les fonds communs de placement au Chili (LUF) et les dispositions de la loi relative à l’impôt sur le revenu permettent de conclure que les fonds d’investissement et les fonds communs de placement chiliens ne sont pas assujettis à l’impôt au Chili. Par conséquent, ces fonds ne sont pas considérés comme des résidents du Chili aux fins de l’application de la convention fiscale entre le Chili et les États-Unis et ne peuvent donc pas bénéficier du taux réduit de retenue à la source sur les dividendes prévu par cette convention.source: Orbitax
22 juillet 2024 – Kenya/France (litige fiscal): Pas de retenue à la source sur les frais de gestion et de services professionnels en vertu du traité entre le Kenya et la France 

Cliquez ici pour en savoir plus

  Haute Cour du Kenya : Pas de retenue à la source sur les frais de gestion et de services professionnels en vertu du traité entre le Kenya et la France Le 4 juillet 2024, la Haute Cour du Kenya a rendu sa décision dans l’affaire E044 – Commissioner of Domestic Taxes vs. Total Kenya Limited. L’affaire portait sur la question de savoir si le Kenya pouvait ou non prélever une retenue à la source sur les frais de gestion technique et de services professionnels payés par une filiale kenyane à sa société mère française, la major pétrolière Total. L’administration fiscale kenyane a estimé que les frais de gestion technique et de services professionnels ne relevaient pas de l’article 7 (bénéfices d’entreprise), mais plutôt de l’art. 21 (autres revenus) de la convention fiscale entre le Kenya et la France. Sur la base de cette classification et du double fait que (a) l’art. 7(7) de la convention préserve l’application de clauses conventionnelles plus spécialisées en vertu du principe « lex specialis derogat legi generali », et (b) l’Art. 21(4) permet au Kenya, en tant qu’État de la source, d’imposer les éléments de revenu qui ne sont pas couverts par d’autres dispositions de la convention, le Revenue Service a prétendu que la retenue à la source devait être déduite au Kenya des paiements effectués à la société mère française. Après avoir été débouté par le Tax Appeals Tribunal (TAT), le Revenue Service a fait appel devant la High Court.

Dans son arrêt, la Haute Cour s’est ralliée aux conclusions du TAT et a confirmé que les honoraires pour la gestion technique et les services professionnels sont des bénéfices d’entreprise couverts par l’article 7 de la convention. Ils ne peuvent être imposés au Kenya que s’ils sont attribuables à un établissement permanent (EP) du bénéficiaire au Kenya. Étant donné que le bénéficiaire n’avait pas d’établissement permanent au Kenya, il n’y a pas d’obligation de retenir l’impôt à la source sur ces paiements. La Haute Cour a fondé ses conclusions sur l’interprétation quasi universelle de ce principe, telle qu’elle ressort également des commentaires des modèles de convention des Nations unies et de l’OCDE, de la suppression de l’ancien article 14 (services personnels dépendants) du modèle de l’OCDE et le fait que l’art. 21 (Autres revenus) doit être compris comme traitant des « revenus divers » plutôt que des frais de gestion et de services professionnels. La Haute Cour a reconnu le droit du Kenya à vouloir prélever une taxe sur les frais de gestion technique et de services professionnels, mais a indiqué que le Kenya, dans ce cas, devait simplement inclure une formulation spécifique – telle qu’une clause spécifique traitant des frais de services techniques – dans la convention concernée, comme il l’a fait avec succès dans plusieurs de ses conventions fiscales.source: Orbitax

02 juillet 2024 – Union européenne : Meta accusé d’enfreindre les règles de l’UE

Cliquez ici pour en savoir plus

  L’Union européenne a déclaré que le modèle publicitaire « payer ou consentir » (pay or consent) de Meta viole les nouvelles lois sur la concurrence numérique et ne donne pas assez de choix aux utilisateurs, selon une conclusion préliminaire. La politique de Meta exige que les utilisateurs paient un abonnement pour Instagram et Facebook sans publicité ou qu’ils fournissent des données pour des publicités ciblées. Meta affirme que son modèle publicitaire est conforme aux règles de l’UE. Si les conclusions préliminaires de l’UE sont confirmées, Meta pourrait se voir infliger une amende pouvant aller jusqu’à 10 % de son chiffre d’affaires global, voire 20 % en cas de récidive. Au premier trimestre, Meta a généré 35 milliards de dollars de recettes publicitaires, dont 23 % provenaient d’Europe.

Compte tenu de la position de l’UE, Meta pourrait se voir infliger une lourde amende allant jusqu’à 10 % de son chiffre d’affaires annuel mondial si les régulateurs confirment leurs conclusions actuelles. Cette amende pourrait s’élever à 13,5 milliards de dollars sur la base des résultats de l’entreprise en 2023. Meta n’est pas la seule à faire l’objet d’un examen minutieux. La semaine dernière, la Commission a accusé Apple d’avoir violé le DMA en empêchant les développeurs d’applications de diriger les utilisateurs vers des solutions moins coûteuses. Alphabet, la société mère de Google, fait également l’objet d’une enquête des régulateurs de l’UE en vertu de la même loi.

En fin de compte, ce n’est qu’un début pour les grandes entreprises technologiques, car l’UE prend des mesures sévères. Cela signifie probablement que la collecte de données sur les consommateurs dans l’UE n’est plus une activité habituelle. 

01 juillet 2024 – USA / Allemagne : Liquidation massive de BTC par l’Allemagne et les USA

Cliquez ici pour en savoir plus

  Le 1er juillet, le gouvernement allemand a transféré 1 500 BTC, d’une valeur d’environ 95 millions de dollars, vers plusieurs bourses de crypto-monnaies, incluant Bitstamp, Coinbase et Kraken.

Ce n’est pas la première fois que l’Allemagne effectue de tels mouvements : au cours des deux dernières semaines, 2 700 BTC ont été envoyés vers divers échanges.

Ces transactions soulèvent des questions sur les intentions du gouvernement allemand. Pourquoi liquider une telle quantité de BTC ? Serait-ce une tentative de profiter des prix actuels ou une préparation à de nouvelles régulations ?

Selon les données de la plateforme d’analyse onchain Arkham Intelligence, le gouvernement allemand détient encore 44 692 BTC, valorisés à environ 2,82 milliards de dollars. De quoi faire rêver plus d’un investisseur.

Cependant, ces transferts massifs pourraient aussi signaler une stratégie de diversification ou de réduction de l’exposition aux fluctuations du marché. En effet, la volatilité du Bitcoin, bien que potentiellement lucrative, représente également un risque considérable pour les détenteurs de grandes quantités.

Le gouvernement américain a par ailleurs secoué le marché en transférant 3 375 ETH, équivalant à 11,75 millions de dollars, vers une adresse inconnue. Ce transfert, effectué à partir de fonds saisis, notamment ceux des entrepreneurs crypto estoniens Potapenko et Turogin, suscite de nombreuses spéculations.

Pourquoi transférer ces fonds vers une adresse non identifiée ? Ce mouvement pourrait indiquer une stratégie de réallocation des actifs ou une préparation à une vente future.

Une autre hypothèse serait une tentative de renforcer la sécurité en déplaçant les fonds hors de la portée immédiate des menaces potentielles.

D’après les services de renseignement d’Arkham, ce n’est pas le premier transfert de ce genre. Le 30 juin, le gouvernement américain avait déjà déplacé 11,84 BTC, d’une valeur d’environ 743 000 dollars, à partir d’une autre adresse de fonds saisis.

Ces transferts massifs et fréquents par les gouvernements allemand et américain indiquent une gestion stratégique des fonds. Pour l’Allemagne, il est possible que ces ventes massives soient en préparation à l’entrée en vigueur du règlement sur les marchés des crypto-actifs (MiCA) récemment adopté par l’Union européenne.

Le MiCA pourrait influencer la façon dont les pays de l’UE gèrent et réglementent les actifs numériques, poussant ainsi l’Allemagne à ajuster sa stratégie.

De l’autre côté, le transfert des fonds du gouvernement américain vers une adresse inconnue pourrait signaler un changement de cap dans la gestion des ETH saisis. Ces mouvements pourraient également refléter une réponse aux pressions réglementaires croissantes aux États-Unis, où les discussions sur la régulation des crypto-monnaies sont de plus en plus intenses. source: Cointribune

01 juillet 2024 – Union européenne : La Hongrie prend la présidence du Conseil de l’UE

Cliquez ici pour en savoir plus

  Le 1er juillet 2024, la Hongrie a succédé à la Belgique à la présidence du Conseil de l’UE. Selon le programme de la présidence hongroise, les priorités de la présidence semestrielle sont les suivantes :

-Un nouvel accord sur la compétitivité européenne ; -Le renforcement de la politique européenne de défense ; -Une politique d’élargissement cohérente et fondée sur le mérite ; -L’endiguement de l’immigration clandestine ; -Façonner l’avenir de la politique de cohésion ; -Une politique agricole de l’UE centrée sur l’agriculteur ; et -Relever les défis démographiques.

En ce qui concerne la fiscalité, le programme est assez limité et se contente d’indiquer ce qui suit :

En ce qui concerne la fiscalité, notre objectif est de faire avancer efficacement les discussions sur les dossiers fiscaux et les questions internationales actuellement à l’ordre du jour, en réalisant des progrès qui répondent aux besoins posés par les nouveaux modèles d’entreprise, la coopération internationale et les recettes fiscales. Les domaines prioritaires sont la lutte contre l’évasion fiscale, la sécurité juridique pour les contribuables et le soutien à l’engagement international de l’Union européenne. Dans le domaine de la fiscalité, nous voyons une opportunité de renforcer la compétitivité des entreprises européennes grâce à la numérisation, à l’utilisation efficace de l’information et à la simplification.

 

 

 

________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Les News antérieures

 

Recommended
error: Ce contenu est protégé !