PRESSE FISCALE

Restez à l’écoute des derniers développements en matière de fiscalité dans le monde, en visitant tous les jours cette page.

_____________________________________________________________________________

Covid-19: brochure gratuite sur les Mesures Fiscales dans le Monde

Vous pouvez télécharger gratuitement notre brochure qui met en avant les mesures fiscales dans le monde durant la période covid-19 (version 15 avril 2020).

____________________________________________________________________
____________________________________________________________________
16-11-2020 – Russie: Le Service Fédéral des Impôts confirme l’assouplissement des conditions de résidence fiscale pour les particuliers en raison du COVID-19

Cliquez ici pour en savoir plus

Le Service fédéral des impôts (FTS) de Russie a récemment publié la lettre n ° VD-4-17 / 15732 du 29 septembre 2020 concernant la résidence fiscale individuelle pour 2020. La lettre confirme que, conformément à la loi fédérale n ° 265-FZ du 31 juillet 2020, des conditions s’appliquent pour la résidence fiscale des personnes qui n’ont pas pu entrer en Russie en raison des restrictions de voyage imposées en réponse à la pandémie COVID-19. Cela comprend que les particuliers peuvent choisir d’être traités comme des résidents fiscaux en Russie pour 2020 lorsqu’ils n’ont pas satisfait au test standard de présence physique de 183 jours mais ont été physiquement présents en Russie pendant au moins 90 à 182 jours au cours de la période du 1er janvier au 31 janvier. Décembre 2020.

Afin d’obtenir le statut de résident fiscal russe dans ce cas, une personne doit soumettre une demande à l’administration fiscale de son lieu de résidence ou d’enregistrement fiscal avant la date limite de la déclaration de revenus personnelle pour 2020 (c’est-à-dire avant le 30 avril 2021). . La demande peut être rédigée sous n’importe quelle forme et doit inclure des informations de base, notamment le prénom, le nom et le numéro d’identification fiscale (NIF). Un exemple de projet de lettre pour la candidature est fourni comme suit:

« I Ivan Ivanovich (date de naissance, NIF) a passé _____ jours sur le territoire de la Fédération de Russie en 2020.

Conformément à la clause 2.2 de l’article 207 du Code fiscal de la Fédération de Russie, je vous demande de me reconnaître en tant que résident fiscal de la Fédération de Russie au cours de la période fiscale 2020.

Je confirme l’exactitude et l’exhaustivité des informations spécifiées dans cette candidature.

Date

Signature » –source: Orbitax

16-11-2020 – Suède:  Le Parlement approuve l’introduction du concept d’employeur économique à partir de 2021

Cliquez ici pour en savoir plus

Le parlement suédois a annoncé son approbation de la proposition de loi du gouvernement pour l’introduction du concept d’employeur économique avec effet au 1er janvier 2021.

Actuellement, la Suède applique le concept formel d’employeur, ce qui signifie que l’employeur est considéré comme l’entreprise qui est légalement responsable de l’employé et qui paie la rémunération de l’employé. Avec le concept d’employeur économique, l’employeur est considéré comme l’entreprise pour laquelle le travail est effectivement effectué. Le changement de concept a une incidence sur l’application de la règle des 183 jours, qui prévoit généralement une exonération fiscale sur les rémunérations d’emploi perçues par un résident d’un pays partenaire de la convention au titre d’un emploi exercé dans l’autre pays, sous certaines conditions.

Selon le concept actuel d’employeur formel, la règle des 183 jours est généralement appliquée lorsqu’un employé étranger travaille en Suède pour une période temporaire et reçoit une rémunération d’un employeur étranger, qui n’est pas soumise à l’impôt suédois. Avec la modification approuvée du concept d’employeur économique, la règle des 183 jours ne s’appliquerait pas aux employés embauchés via une entreprise étrangère qui travaillent temporairement en Suède au profit d’une entreprise suédoise, auquel cas la rémunération du travail en Suède serait soumise à la taxe suédoise à compter de la date d’arrivée. Toutefois, l’obligation de payer des impôts ne s’appliquera pas lorsqu’un employé effectue un travail pendant un maximum de 15 jours consécutifs et que le nombre total de jours ouvrables en Suède ne dépasse pas 45 jours par année civile.

Avec ce changement, les entreprises étrangères sont tenues de s’enregistrer en Suède et de retenir et de verser les impôts dus pour un employé qui est imposable en Suède. Si la société étrangère n’est pas enregistrée, la société suédoise est tenue de retenir l’impôt sur les paiements effectués à la société étrangère s’ils sont imputables au travail effectué par l’employé étranger.-source: Orbitax

16-11-2020 – Royaume-Uni: Extension de l’allégement fiscal pour stimuler l’investissement dans le secteur manufacturier et d’autres mesures dans le cadre de la déclaration de mise à jour de la politique fiscale

Cliquez ici pour en savoir plus

Le gouvernement britannique a annoncé une prolongation d’un an de l’allocation d’investissement annuelle de 1 million de livres sterling afin de stimuler les investissements dans le secteur manufacturier britannique et prévoit de futures mesures.

Le gouvernement prolonge un allégement fiscal d’un million de livres sterling pour stimuler les investissements dans le secteur manufacturier britannique

Allocation d’investissement annuelle, le plafond temporaire de 1 million de livres sterling sera prolongé jusqu’au 1er janvier 2022.

  • de nouvelles mesures pour lutter contre les promoteurs de l’évasion fiscale, y compris des sanctions plus sévères et des pouvoirs supplémentaires du HMRC, à consulter au printemps prochain
  • intervient alors que le gouvernement publie un projet de législation fiscale sur une série de mesures, y compris la taxe sur les emballages en plastique

Un allégement fiscal d’un million de livres sterling destiné à stimuler les investissements dans le secteur manufacturier britannique et à soutenir la confiance des entreprises doit être prolongé, a annoncé HM Treasury.

Les entreprises, y compris les entreprises manufacturières, peuvent continuer à demander jusqu’à 1 million de livres sterling d’allégement fiscal la même année par le biais de la déduction annuelle pour investissement (AIA) pour les investissements en immobilisations dans des installations et des machines jusqu’au 1er janvier 2022. Prolongation de la prime temporaire de 1 million de livres sterling Le plafond devait initialement revenir à 200000 £ le 1er janvier 2021.

Cette décision vise à renforcer la confiance alors que les entreprises cherchent à surmonter la pandémie et à planifier l’avenir.

Le secrétaire financier au Trésor, Jesse Norman, a déclaré:

Il est essentiel que nous soutenions les entreprises pendant les mois difficiles à venir.

L’extension du plafond de 1 million de livres sterling de l’allocation annuelle d’investissement donnera aux entreprises la confiance dans laquelle elles ont besoin d’investir l’année prochaine, les aidant à se développer tout en bénéficiant également à l’économie dans son ensemble.

Dans le cadre des annonces d’aujourd’hui, le gouvernement tient également son engagement de contribuer à protéger les contribuables britanniques en réprimant les promoteurs de stratagèmes d’évasion fiscale.

Au printemps 2021, le gouvernement mènera des consultations sur:

  • rendre les partenaires britanniques également responsables des sanctions du régime anti-évitement encourues par les promoteurs offshore
  • donner aux contribuables plus d’informations sur les produits qui leur sont vendus par les promoteurs
  • veiller à ce que les promoteurs soient confrontés à des conséquences financières rapides et importantes pour la promotion de l’évasion fiscale afin qu’ils ne continuent pas à profiter pendant que le HMRC les enquête
  • donner au HMRC des pouvoirs supplémentaires pour fermer les promoteurs qui continuent de promouvoir des projets et les empêcher de créer des entreprises similaires

Le gouvernement a également annoncé qu’il lancerait une consultation sur une proposition visant à obliger les conseillers à détenir une assurance responsabilité civile professionnelle, ce qui donnera aux contribuables un plus grand recours contre les mauvais conseils fiscaux.

Le gouvernement publie également un projet de loi sur la taxe sur les emballages en plastique, comme initialement annoncé dans le budget de 2018. Cette taxe sera de 200 £ par tonne pour les emballages en plastique contenant moins de 30% de plastique recyclé et entrera en vigueur à partir d’avril 2022. Autres publications aujourd’hui inclure une réponse de consultation et des conseils techniques sur les incidences fiscales découlant du retrait du taux interbancaire offert à Londres (LIBOR) et une consultation sur la conception de Making Tax Digital for Corporation Tax.

Comme annoncé dans le budget de mars 2020, le gouvernement a également tenu sa promesse de relever les droits sur le tabac conformément à l’escalator des droits sur le tabac (RPI + 2%). Afin de réduire l’écart entre le tabac à rouler à la main (THS) et les taux de droit sur les cigarettes, le THS augmentera de RPI + 6%. Pour s’assurer que la taxe d’accise minimale continue d’être efficace sur le marché actuel, elle augmentera de RPI + 4%.-source: Orbitax

16-11-2020 – États-Unis: L’IRS et le Trésor publient des règlements définitifs et temporaires et des règlements proposés sur les crédits d’impôt étrangers

Cliquez ici pour en savoir plus

Le 12 novembre 2020, les règlements définitifs et temporaires (TD 9922) de l’IRS et du Trésor des États-Unis ont été publiés dans le Federal Register afin de fournir des orientations concernant l’attribution et la répartition des déductions et des impôts étrangers, les réductions d’impôts étrangers, le refus du crédit pour impôt étranger en vertu de l’article 965. g), les groupes consolidés, les arrangements hybrides et certains paiements en vertu de l’article 951A. Le règlement final met en œuvre certaines sections de l’Internal Revenue Code, y compris des sections ajoutées par la loi sur les réductions d’impôt et l’emploi (TCJA).

La TCJA a apporté plusieurs changements importants aux règles relatives au crédit pour impôt étranger et aux règles connexes d’attribution et de répartition des déductions pour déterminer la limite du crédit pour impôt étranger. En ce qui concerne les crédits pour impôt étranger, le règlement final aborde les questions suivantes:

  • L’attribution et la répartition des déductions en vertu des articles 861 à 865, y compris les règles sur l’affectation et la répartition des dépenses de recherche et d’expérimentation, la gérance, les dommages-intérêts juridiques et certaines déductions des compagnies d’assurance-vie;
  • L’affectation et la répartition des impôts sur le revenu étrangers;
  • L’interaction des règles de perte de succursale et de double récupération consolidée des pertes avec les sections 904 (f) et (g);
  • L’effet des redéterminations de l’impôt étranger des sociétés étrangères, y compris aux fins de l’application de l’exception d’imposition élevée décrite à l’article 954 (b) (4) (et aux fins de la détermination du revenu testé en vertu de l’article 951A (c) (2) ( A) (i) (III)), et les notifications requises en vertu de l’article 905 (c) à l’IRS des réexamens fiscaux étrangers et des dispositions relatives aux pénalités connexes;
  • La définition du revenu d’une société de portefeuille personnelle étrangère à l’article 954;
  • L’application du refus du crédit pour impôt étranger en vertu de l’article 965 (g); et
  • L’application de la limitation du crédit pour impôt étranger aux groupes consolidés.

En outre, en ce qui concerne les accords hybrides et le revenu global immatériel à faible imposition (GILTI), le règlement final aborde les questions suivantes:

  • La réduction à un compte de déduction hybride en vertu de l’article 245A (e) en raison d’un montant inclus dans le revenu brut d’une société nationale en vertu de l’article 951 (a) ou 951A (a) à l’égard d’une société étrangère contrôlée («SFC») ;
  • Le traitement d’un instrument hybride comme une opération de financement aux fins des règles de financement par conduit en vertu de l’article 881; et
  • Le traitement en vertu de l’article 951A de certains paiements anticipés versés à une CFC liée après le 31 décembre 2017 et avant la première année d’imposition de la CFC commençant après le 31 décembre 2017.

Le règlement définitif entre en vigueur le 11 janvier 2021. Différentes dates d’application sont prévues pour le règlement final.

Outre les règlements définitifs et temporaires, des projets de règlement (REG-101657-20) de l’IRS et du Trésor américain ont également été publiés dans le Federal Register le 12 novembre 2020 en ce qui concerne le crédit pour impôt étranger, y compris des orientations sur:

  • Le refus d’un crédit ou d’une déduction pour impôts étrangers sur le revenu à l’égard des dividendes donnant droit à une déduction pour dividendes reçus;
  • L’affectation et la répartition des intérêts débiteurs, des charges d’impôts étrangers et de certaines déductions des sociétés d’assurance-vie;
  • La définition d’un impôt étranger sur le revenu et d’un impôt tenant lieu d’impôt sur le revenu;
  • Les règles de transition relatives à l’impact sur les comptes de pertes des reports en arrière de pertes d’exploitation nettes autorisées en raison de la loi sur l’aide, le soulagement et la sécurité économique contre le coronavirus;
  • La définition de la catégorie de succursale étrangère et des revenus des services financiers;
  • Le moment auquel les impôts étrangers s’accumulent et peuvent être réclamés à titre de crédit; et
  • Clarifier les règles relatives aux revenus incorporels dérivés étrangers (IDE).

Plus précisément, le règlement proposé fournit des conseils sur:

  • La détermination des impôts sur le revenu étrangers assujettis à la disposition de refus de crédit et de déduction de l’article 245A (d) de l’Internal Revenue Code;
  • La détermination des revenus d’extraction de pétrole et de gaz provenant de sources nationales et étrangères et des services fournis par voie électronique en vertu de la réglementation de l’article 250;
  • L’impact de l’abrogation de l’article 902 sur certains règlements émis en vertu de l’article 367 (b);
  • L’approvisionnement des inclusions en vertu des articles 951, 951A et 1293;
  • L’attribution et la répartition des déductions d’intérêts, y compris les règles d’attribution des intérêts débiteurs des succursales bancaires étrangères et de certaines sociétés de services publics réglementées, un choix de capitaliser les dépenses de recherche et d’expérimentation et les dépenses de publicité aux fins du calcul de l’assiette fiscale, et une révision de la société étrangère contrôlée (CFC) règle de compensation;
  • L’affectation et la répartition des dépenses de l’article 818 (f) des sociétés d’assurance-vie membres de groupes consolidés;
  • L’affectation et la répartition des impôts sur le revenu étrangers, y compris les impôts perçus à l’égard des paiements non pris en compte;
  • Les définitions d’un impôt étranger sur le revenu et d’un impôt tenant lieu d’impôt sur le revenu, y compris l’ajout d’une exigence de lien entre les juridictions et les changements à l’exigence de gain net, le traitement de certains crédits d’impôt, le traitement des choix en matière de droit fiscal étranger aux fins de: les règles de paiement non obligatoire et l’exigence de substitution en vertu de l’article 903;
  • La répartition du passif au titre des impôts sur le revenu étrangers dans le cadre de certains transferts ou réorganisations en milieu d’année;
  • Règles de transition pour tenir compte de l’effet sur les comptes de pertes des reports en arrière des pertes d’exploitation nettes sur les années d’imposition antérieures à 2018 qui sont autorisées en vertu de la loi sur l’aide, le soulagement et la sécurité économique contre le coronavirus;
  • Les règles de catégorie de succursale étrangère dans le règlement du Trésor §1.904-4 (f) et la définition d’une entité de services financiers aux fins de l’article 904; et
  • Le moment auquel les crédits d’impôts étrangers peuvent être demandés conformément aux articles 901 (a) et 905 (a).

Le règlement proposé a une incidence sur les contribuables qui demandent des crédits ou des déductions pour impôts étrangers sur le revenu ou qui demandent une déduction pour un revenu incorporel d’origine étrangère. Les commentaires écrits ou électroniques et les demandes d’audience publique doivent être reçus au plus tard le 10 février 2021.-source: Orbitax

16-11-2020 – Équateur: Publication d’une résolution sur les nouvelles règles de retenue de la TVA

Cliquez ici pour en savoir plus

L’Équateur a publié la Résolution NAC-DGERCGC20-00000061 du 29 septembre 2020 , qui établit de nouvelles règles de retenue à la source à des fins de TVA. La nouvelle résolution remplace la résolution n ° NAC-DGERCGC15-00000284 de 2015, y compris de nouvelles dispositions relatives à la retenue de la TVA sur l’importation de services numériques.

Aux fins de la retenue à la source, la nouvelle résolution prévoit que les agents chargés de la retenue comprennent, sous réserve de certaines conditions:

  • Les contribuables qualifiés d’agents de retenue à la source ou de contribuables spéciaux par l’Internal Revenue Service (SRI);
  • Les émetteurs de cartes de crédit ou de débit, qu’ils soient ou non classés comme agents de retenue ou contribuables spéciaux, pour les paiements à leurs fournisseurs de biens, de droits et de services, et pour les paiements effectués pour des services numériques importés pour le compte de clients à des non-résidents qui ont non enregistré à la TVA;
  • Les compagnies d’assurance et de réassurance, pour les paiements effectués à leurs fournisseurs de biens, de droits et de services, et pour les paiements effectués pour le compte de tiers en raison d’obligations contractuelles;
  • Les contribuables qui importent des services;
  • Les contribuables qui sont tenus de retenir la TVA par présomption conformément aux dispositions de la loi sur le régime fiscal interne et de ses règlements et règles édictés par le SRI;
  • Institutions financières, pour les paiements, les accréditations ou les crédits en compte couverts par des accords de recouvrement ou de débit; et
  • Les opérateurs de tourisme récepteur sont qualifiés de contribuables spéciaux ou d’agents de retenue lors de la facturation des forfaits touristiques entrants et dans certains autres cas.

La nouvelle résolution prévoit également que les contribuables suivants ne seront pas soumis à la retenue de TVA:

  • Contribuables spéciaux, sauf dans certains cas (voir ci-dessous);
  • Les institutions étatiques;
  • Entreprises publiques réglementées;
  • Compagnies aéronautiques;
  • Agences de voyages, uniquement pour la TVA sur la vente de billets d’avion;
  • Centres de distribution, distributeurs finaux et stations-service lors de la vente de carburant dérivé du pétrole;
  • Institutions financières, en ce qui concerne les services financiers imposés à un taux autre que 0%;
  • Les sociétés émettrices de cartes de crédit, en ce qui concerne les remises qu’elles accordent pour leur commission sur les paiements qu’elles effectuent à leurs établissements affiliés;
  • Annonceurs de journaux et magazines, et distributeurs de ces produits, uniquement dans l’acquisition de journaux et / ou de magazines; et
  • Les exportateurs habituels de biens et / ou de services qualifiés d’agents de retenue ou de contribuables spéciaux.

Le cas échéant, le pourcentage de TVA dû qui doit être retenu est le suivant:

  • Paiements aux contribuables qui ne sont pas qualifiés de contribuables spéciaux:
    • retenue de 30% de la TVA due:
      • pour la fourniture de biens taxés à un taux autre que 0%; et
      • pour les paiements effectués par les émetteurs de cartes de crédit ou de débit à des établissements commerciaux affiliés à leur système, en ce qui concerne le transfert de marchandises taxées à un taux autre que 0%;
    • retenue de 70% de la TVA due:
      • pour l’acquisition de services et de droits et pour le paiement de commissions pour les contrats d’intermédiation et de conseil taxés à un taux autre que 0%; et
      • pour les paiements effectués par les émetteurs de cartes de crédit ou de débit à des établissements commerciaux affiliés à leur système, en ce qui concerne la prestation de services, le transfert de droits et le paiement de commissions d’intermédiation taxées à un taux autre que 0%;
    • retenue de 100% de la TVA due:
      • pour l’acquisition de services professionnels fournis par des personnes titulaires d’un diplôme de l’enseignement supérieur, à l’exception des paiements effectués dans le cadre de contrats de conseil;
      • pour la location de biens immobiliers appartenant à des particuliers ou à des successions indivises non tenues de tenir des comptes;
      • pour l’importation de services;
      • pour l’importation de services numériques;
      • pour l’acquisition de biens par des exportateurs habituels de biens et de services qualifiés d’agents de retenue ou de contribuables spéciaux; et
  • Paiements aux contribuables qualifiés de contribuables spéciaux:
    • retenue de 10% de la TVA due:
      • pour la fourniture de biens taxés à un taux autre que 0%; et
      • pour les paiements effectués par les émetteurs de cartes de crédit ou de débit à des établissements commerciaux affiliés à leur système, en ce qui concerne le transfert de marchandises taxées à un taux autre que 0%;
    • retenue de 20% de la TVA due:
      • pour l’acquisition de services et de droits et pour le paiement de commissions pour les contrats d’intermédiation et de conseil taxés à un taux autre que 0%; et
      • pour les paiements effectués par les émetteurs de cartes de crédit ou de débit à des établissements commerciaux affiliés à leur système, en ce qui concerne la prestation de services, le transfert de droits et le paiement de commissions d’intermédiation taxées à un taux autre que 0%.

Les paiements aux opérateurs de tourisme réceptif éligibles sont soumis aux mêmes pourcentages de retenue que ci-dessus pour les contribuables spéciaux qualifiés, selon le cas.

La résolution est effective à partir du 30 septembre 2020.-source: Orbitax

16-11-2020 – Émirats Arabes Unis: L’autorité fiscale fédérale publie son communiqué sur le traitement TVA du commerce électronique

Cliquez ici pour en savoir plus

L’autorité fiscale fédérale des Émirats Arabes Unis a publié un communiqué le 11 novembre sur le traitement TVA du commerce électronique à la suite d’un atelier virtuel sur le sujet.

L’Autorité fiscale fédérale des EAU organise son deuxième atelier virtuel pour 225 agents fiscaux sur le traitement fiscal du commerce électronique

  • SE Khalid Al Bustani: « Une augmentation de 10% du nombre d’agents fiscaux accrédités à 515, offre plus d’opportunités aux contribuables »

Abu Dhabi, Émirats Arabes Unis, 11 novembre 2020: l’ Autorité fiscale fédérale («FTA») a confirmé que plusieurs règles générales de taxe sur la valeur ajoutée (TVA) s’appliquent aux transactions de commerce électronique, en plus d’un certain nombre de règles spéciales de TVA spécifiquement appliquées à l’e- transactions commerciales. L’ALE a souligné que le commerce électronique se réfère généralement aux fournitures de biens et de services qui ont lieu sur des plates-formes numériques, où la fourniture de biens et de services est obtenue par voie électronique, y compris via des ordinateurs ou des téléphones mobiles pour achat sur des sites Web ou des applications électroniques.

Cette annonce a été faite lors de son deuxième atelier virtuel destiné aux agents fiscaux agréés, sur le traitement fiscal appliqué aux livraisons de biens et services effectuées par voie électronique, comme Internet et des plateformes électroniques similaires.

Lors de l’atelier, qui a vu la participation de 225 agents fiscaux accrédités et d’un certain nombre d’agents FTA, l’AFC a fait une présentation sur la manière d’appliquer la TVA sur les fournitures de biens et services effectuées dans le cadre du commerce électronique ces fournitures. L’ALE a également présenté un aperçu du commerce électronique, les principes de la TVA sur la fourniture de biens via le commerce électronique et la fourniture de services électroniques, et les effets de la TVA sur les marchés électroniques à l’aide d’exemples pratiques.

Son Excellence Khaled Ali Al Bustani, directeur général de la FTA, a souligné que le nombre d’agents fiscaux accrédités FTA augmente régulièrement, parallèlement à la croissance continue des assujettis au sein du système fiscal.

SEM Al Bustani a déclaré: « Le nombre d’agents fiscaux accrédités a augmenté au cours des 10 premiers mois de 2020 de plus de 10% pour atteindre 515, contre 468 pour la même période l’année dernière. Cette augmentation offre plus d’opportunités aux contribuables souhaitant faire face aux FTA par le biais d’agents fiscaux en leur offrant une liste complète et constamment mise à jour d’agents agréés sur le site Web de FTA.  »

Il a ajouté: «La FTA maintient la communication avec ses partenaires stratégiques du gouvernement et du secteur privé, dans le but de développer en permanence le système fiscal et de garantir que la performance est au plus haut niveau de qualité et d’efficacité. Ces ateliers servent de modèle d’une coopération efficace et d’un partenariat positif entre l’autorité et ses partenaires.  »

Il a également rappelé que l’ALE intensifie ses efforts pour garantir que tous les agents fiscaux adhèrent à ses normes professionnelles, qui ont été établies conformément aux meilleures pratiques internationales. Il a également souligné le rôle important joué par les agents fiscaux, car ils représentent un facteur essentiel du succès du système fiscal.

Au cours de l’atelier, des experts de l’ALE ont répondu aux questions des participants sur le traitement fiscal du secteur du commerce électronique. Les participants ont également été informés des aspects techniques de la fiscalité liés au secteur du commerce électronique et de leurs principes juridiques, avec de nombreux exemples pratiques de leurs applications. Plusieurs des questions des participants ont reçu une réponse dans le but ultime d’augmenter le niveau d’exactitude et de facilité de conformité fiscale.

La présentation a indiqué que tous les biens et services achetés via des sites d’achat en ligne sont généralement soumis à une TVA de 5% si le lieu de livraison est aux EAU. La taxe est également appliquée à la plupart des marchandises vendues aux EAU; sous réserve de certaines exceptions en vertu de la législation sur la TVA (comme les médicaments vendus sur les sites Web). De plus, l’importation de marchandises est soumise à la TVA.

La présentation a également précisé que les biens exportés par le biais du commerce électronique pouvaient être éligibles à la TVA au taux zéro, à condition que certaines conditions soient remplies. Le traitement fiscal varie selon la partie contractuellement responsable de la livraison des marchandises. Les exportations vers les pays du CCG sont actuellement également éligibles à la TVA détaxée. Les preuves officielles et commerciales de l’exportation doivent être obtenues et conservées.

La présentation a confirmé que la comptabilité de la TVA relève de la responsabilité du fournisseur assujetti, cependant, le mécanisme d’autoliquidation («RCM») est appliqué si le destinataire est enregistré à la TVA et que le fournisseur n’a pas de domicile aux EAU et n’est pas une personne immatriculée à la TVA. Dans le cas où une fourniture est effectuée par une personne qui n’est pas un résident des EAU à une personne non enregistrée aux EAU, la MRC n’est pas applicable et le fournisseur non-résident est tenu de s’inscrire à la TVA et de comptabiliser pour la TVA sur ses fournitures.

Selon la présentation, la MRC vise à réduire la conformité et le fardeau administratif liés à l’enregistrement et à la conformité des fournisseurs non résidents. Le MRC se traduit également par une équivalence entre les fournitures effectuées par un fournisseur résident et les fournitures effectuées par un non-résident, garantissant ainsi que les fournisseurs locaux du pays sont protégés de tout effet négatif pouvant résulter des achats à l’étranger.

La présentation a également abordé le traitement fiscal de la fourniture de services électroniques, qui sont fournis directement (c’est-à-dire automatiquement) sur Internet, un réseau électronique ou un marché électronique, y compris la fourniture de noms de domaine, l’hébergement Web et la maintenance à distance de programmes. et l’équipement, les logiciels, les images, les textes et les informations fournis par voie électronique tels que les économiseurs d’écran, les livres électroniques, les documents et autres fichiers numérisés, la musique, les films et jeux à la demande et les magazines en ligne.

Les experts de l’ALE ont indiqué que les fournitures de biens et de services sont souvent effectuées via des plates-formes, des portails ou des marchés électroniques, ce qui indique que le traitement fiscal dépend du fait que le marché électronique fonctionne en tant que mandant ou agent. Si le marché électronique agit en tant que mandant, le marché en ligne est traité comme un fournisseur de biens ou de services et est responsable de la comptabilisation de la TVA. Si le marché en ligne fonctionne en tant qu’agent agissant pour le compte d’un autre fournisseur, le traitement fiscal dépend entièrement du fait que le marché en ligne agit en tant qu’agent divulgué ou non.

Les experts de l’Autorité ont également abordé le traitement fiscal des fournitures effectuées par l’intermédiaire d’agents et les exigences relatives à une facture fiscale dans les transactions de commerce électronique.-source: Orbitax

13-11-2020 – Andorre/ Belgique:  Conclusion des négociations de conventions fiscales envisagée

Cliquez ici pour en savoir plus

Le 6 novembre 2020, des responsables d’Andorre et de Belgique se sont réunis par vidéoconférence pour discuter des relations bilatérales, y compris de la conclusion de négociations de conventions fiscales, qui sont en cours depuis plusieurs années. Tout traité qui en résulterait serait le premier du genre entre les deux pays et devait être finalisé, signé et ratifié avant d’entrer en vigueur.-source: Orbitax

13-11-2020 – Allemagne: Le Ministère des Finances publie un guide sur la fiscalité de la propriété intellectuelle enregistrée en Allemagne

Cliquez ici pour en savoir plus

Le 6 novembre 2020, le ministère fédéral allemand des Finances a publié une lettre d’orientation sur l’obligation de soumettre des déclarations fiscales pour une responsabilité fiscale limitée en ce qui concerne les droits de propriété intellectuelle (PI) enregistrés dans les registres allemands.

La brève orientation prévoit que, selon le droit fiscal allemand, les revenus nationaux conduisant à une obligation fiscale limitée peuvent résulter d’un transfert temporaire ou indéfini de droits de propriété intellectuelle lorsque ces droits sont enregistrés dans un registre national allemand (IP nexus allemand). Aucune autre condition ne doit être remplie, ce qui signifie que le transfert des droits de propriété intellectuelle enregistrés en allemand peut être imposable en allemand, quelle que soit la résidence fiscale du payeur ou du bénéficiaire des droits de licence pour les droits de propriété intellectuelle.

Dans le cas d’un transfert de droits de propriété intellectuelle pour une période limitée, le payeur doit déduire (retenir) l’impôt dû, remettre l’impôt à l’Office central fédéral des impôts et soumettre une déclaration. Cependant, pour les paiements jusqu’au 31 décembre 2013, la taxe doit être payée et une déclaration doit être soumise au bureau des impôts compétent (local). S’il y a un transfert pour une durée illimitée et qu’il y a, par conséquent, une vente de droits qui n’est pas soumise à une retenue à la source, le bénéficiaire de la redevance doit déposer une déclaration fiscale auprès du bureau des impôts compétent pour d’éventuelles plus-values. Imposition.-source: Orbitax

13-11-2020 – Russie: Le Service Fédéral des Impôts confirme les obligations fiscales d’une entreprise étrangère qui ouvre un compte bancaire en Russie

Cliquez ici pour en savoir plus

Le Service fédéral des impôts (FTS) de Russie a récemment publié la lettre n ° SD-4-3 / 17982 @ du 3 novembre 2020 concernant les obligations fiscales des entreprises étrangères qui ouvrent des comptes bancaires en Russie. La lettre répond à une question d’une société étrangère qui prévoyait d’ouvrir un compte bancaire russe, qui nécessite une inscription auprès des autorités fiscales russes. La société étrangère a demandé des éclaircissements sur la question de savoir si l’enregistrement auprès des autorités fiscales entraînerait des obligations de dépôt de déclarations ou de déclarations fiscales annuelles, même s’il n’a pas d’établissement stable imposable ou de revenu de source russe imposable.

La lettre confirme que lorsqu’une société étrangère s’enregistre auprès de l’administration fiscale uniquement dans le but d’ouvrir un compte bancaire et n’a pas d’établissement ou de revenu imposable en Russie, la société étrangère n’aura aucune obligation de soumettre une déclaration de revenus annuelle ou un rapport annuel.-source: Orbitax

13-11-2020 – Brésil: Le Congrès National annule le veto présidentiel à l’extension des exemptions de taxes sur les salaires

Cliquez ici pour en savoir plus

Selon un communiqué de la Chambre des députés, les deux chambres du Congrès national brésilien ont voté le 4 novembre 2020 pour annuler le veto du président Jair Bolsonaro d’une prolongation des exonérations de la taxe sur les salaires jusqu’en 2021. Les exonérations de la taxe sur la masse salariale sont disponibles pour 17 secteurs à forte intensité de main-d’œuvre en Brésil, y compris les entreprises de communication, de technologie de l’information, de transport routier et de métro urbain, de construction civile et de textile, entre autres. Bien que l’extension des exonérations soit estimée coûter au gouvernement 10 milliards de BRL en pertes de revenus, le vote pour annuler le veto a été jugé nécessaire pour éviter un chômage accru, ce qui entraînerait une plus grande perte de recettes fiscales. Si le veto n’avait pas été annulé, les exemptions auraient expiré à la fin de 2020.-source: Orbitax

13-11-2020 – Taïwan: Obligation d’émettre des factures uniformes lors de la vente de biens ou de services via des boutiques en ligne

Cliquez ici pour en savoir plus

Le ministère des Finances de Taïwan a annoncé un communiqué sur l’obligation d’émettre des factures uniformes lors de la vente de biens ou de services via des magasins en ligne.

Les entités commerciales qui vendent des biens ou des services via des boutiques en ligne doivent émettre des factures uniformes

Le Bureau national des impôts de Kaohsiung, ministère des Finances, a déclaré qu’en raison de la prévalence de l’économie au domicile et des diverses opportunités d’achat en ligne, les entités commerciales qui vendent des marchandises en ligne doivent toujours émettre des factures uniformes honnêtement, et les consommateurs doivent également se rappeler de demander factures uniformes.

Le Bureau national des impôts de Kaohsiung, ministère des Finances, a expliqué qu’il avait récemment reçu des informations du public selon lesquelles les marchands en ligne n’émettaient pas de factures lorsqu’ils vendaient des marchandises, et le Bureau a renforcé son plaidoyer sur le site Web du Bureau national des impôts. Les particuliers qui vendent des biens ou des services sur Internet à des fins de recherche de bénéfices doivent immédiatement demander une inscription fiscale lorsque les ventes mensuelles atteignent le seuil d’imposition minimum pour la taxe professionnelle (80000 NT $ pour les ventes de biens et 40000 NT $ pour les ventes de services) .

Le Bureau a en outre souligné que si une entreprise ne demande pas d’enregistrement fiscal et que ses ventes mensuelles atteignent le seuil de facturation uniforme (200000 NT $), il y a des lacunes fiscales et des pénalités pour ne pas avoir émis des factures conformément à la réglementation, omettre le rapport des ventes, et le défaut d’obtenir des preuves documentaires d’entrée. Afin de saisir les informations fiscales, le Bureau national des impôts envoie de manière irrégulière des lettres aux exploitants de sites Web pour leur demander de fournir des détails sur les transactions en ligne pertinentes à des fins d’inspection.

Le Bureau a une fois de plus rappelé que, sur la base du principe de la fiscalité, il exhorte les commerçants en ligne à faire automatiquement une déclaration supplémentaire et à payer les déficits fiscaux à la succursale ou au bureau local du Bureau national des impôts avant qu’ils ne soient pénalisé.-source: Orbitax

13-11-2020 – Lituanie: Abolition de l’exonération de la TVA pour les envois à bas prix

Cliquez ici pour en savoir plus

Le parlement lituanien a approuvé une loi abolissant l’actuelle exonération de TVA pour les envois à bas prix (importations) en provenance de pays tiers non membres de l’UE dont la valeur est inférieure à 22 EUR avec effet au 1er juillet 2021. La suppression de l’exonération fait partie de la mise en œuvre de nouvelles Règles de commerce électronique de TVA de l’UE qui devaient être mises en œuvre à partir du 1er janvier 2021, mais prorogées jusqu’au 1er juillet 2021 en raison de la pandémie COVID-19. Pour la Lituanie en particulier, la suppression de l’exemption vise à uniformiser les règles du jeu pour les détaillants nationaux, qui sont désavantagés par rapport aux détaillants en ligne de pays tiers en raison de l’exemption.source: Orbitax

13-11-2020 – Croatie: Le Parlement envisage de réduire l’impôt sur le revenu des particuliers et l’impôt sur les sociétés pour les PME

Cliquez ici pour en savoir plus

Le parlement croate a publié un communiqué annonçant la soumission de projets de loi de réforme fiscale prévoyant des modifications de l’impôt sur le revenu des personnes physiques, de l’impôt sur les sociétés (sur les bénéfices) et de la TVA. Les principales mesures comprennent:

  • Une réduction des taux d’imposition sur le revenu des particuliers à deux tranches de 36% et 24% à 30% et 20%;
  • Une réduction du taux d’imposition des sociétés pour les PME de 12% à 10%, qui s’applique aux PME dont le chiffre d’affaires annuel peut atteindre 7,5 millions de HRK; et
  • L’abrogation de l’exonération de la TVA pour les biens importés de faible valeur (22 EUR) en provenance de pays tiers non membres de l’UE.

Bien que cela ne soit pas indiqué dans le communiqué, les projets de loi de réforme incluraient également une réduction du taux de retenue à la source sur les dividendes de 12% à 10%.

Sous réserve d’approbation, les réductions de taux d’imposition s’appliqueront à partir du 1er janvier 2021, tandis que la suppression de l’exonération de TVA s’appliquera à partir du 1er juillet 2021.-source: Orbitax

12-11-2020 – Russie: Publication d’une loi modifiant les règles CFC, y compris l’imposition fixe des CFC pour les particuliers

Cliquez ici pour en savoir plus

La Russie a publié la loi fédérale n ° 368-FZ du 9 novembre 2020 , qui modifie le code des impôts en ce qui concerne les sociétés étrangères contrôlées (CFC).

L’une des principales mesures de la loi est la possibilité pour les particuliers de choisir une imposition simplifiée de leurs CFC, comme annoncé plus tôt dans l’année, afin de promouvoir le développement des activités commerciales à l’étranger. Lorsqu’un particulier choisit l’option et avise l’administration fiscale, il est autorisé à être imposé sur la base d’un montant de profit CFC fixe. De plus, les personnes qui font le choix sont exemptées de certaines exigences de soumission de documents concernant leurs CFC et sont dispensées de soumettre certaines informations avec leur notification des CFC. À cette fin, le montant du bénéfice fixe est fixé à 38 460 000 RUB pour 2020 et à 34 000 000 RUB pour 2021 et les années suivantes, quel que soit le nombre de CFC dont l’individu détient le contrôle.

La notification du choix doit être soumise au plus tard le 31 décembre de l’année pour laquelle le contribuable a l’intention de payer l’impôt sur le bénéfice fixe des CFC. Cependant, la date limite est le 1er février 2021 par rapport à la période fiscale 2020. Une fois élue, la méthode du profit fixe doit généralement être utilisée pendant au moins cinq ans.

D’autres mesures importantes de la loi comprennent des modifications concernant l’exemption de CFC pour les holdings et les sous-holdings étrangers actifs. Cela comprend la modification des conditions pour qu’une société étrangère soit reconnue comme une société holding étrangère active comme suit:

  • La participation directe russe dans la société holding s’élève à au moins 75% du capital de la société;
  • La société holding détient une participation directe d’au moins 50% dans au moins une société étrangère active;
  • La société holding a une participation directe d’au moins 15% dans d’autres sociétés étrangères (le cas échéant); et
  • Les conditions de pourcentage de détention ci-dessus doivent être remplies pendant au moins 365 jours consécutifs.

Les mêmes conditions sont également prévues pour les sous-holdings étrangères.

Des révisions sont également apportées aux conditions d’exemption pour les holdings et sous-holdings étrangers actifs, bien que les conditions soient globalement les mêmes. Cela comprend que pour que l’exemption s’applique, le revenu passif déterminé ne peut pas dépasser 5% du revenu total selon les états financiers. A cet effet, certains types de revenus ne sont pas pris en compte, notamment:

  • Dividendes des sociétés étrangères actives et (ou) des sous-holdings étrangères actives
  • Dividendes de certaines organisations étrangères déterminées, y compris des organisations à but non lucratif, des sociétés constituées et résidant dans un État membre de l’Union économique eurasienne, des sociétés soumises à un taux d’imposition effectif égal à au moins 75% du taux de la Russie, des banques agréées ou des organismes d’assurance , et certains autres; et
  • Revenus provenant de la vente ou de toute autre cession d’actions (participations) dans des sociétés étrangères actives, des sous-holdings étrangères actives et (ou) des organisations étrangères mentionnées ci-dessus.

L’exclusion des dividendes nécessite une participation directe d’au moins 50% pendant au moins 365 jours consécutifs.

La loi prévoit également de nouvelles règles sur les exigences en matière de documentation et de notification. En ce qui concerne la documentation, de nouvelles dispositions sont introduites concernant la capacité de l’administration fiscale à demander des documents supplémentaires à des fins de CFC. En ce qui concerne les notifications, il est prévu que les entreprises doivent soumettre la notification des CFC au plus tard le 20 mars de l’année suivante et les particuliers doivent en faire la notification avant le 30 avril de l’année suivante.

Enfin, les pénalités sont portées de 100 000 RUB à 500 000 RUB en cas de non-présentation de documents confirmant le profit (perte) d’un CFC ou en cas de soumission d’informations délibérément inexactes et en cas de non-soumission de la notification ou de fourniture d’informations inexactes dans la notification. Une pénalité de 500 000 RUB est également introduite en relation avec les nouvelles dispositions concernant la capacité de l’administration fiscale à demander des documents supplémentaires.-source: Orbitax

12-11-2020 – Suisse: Le Conseil fédéral suisse approuve l’ordonnance modifiée sur l’échange automatique international d’informations en matière fiscale

Cliquez ici pour en savoir plus

Le Conseil fédéral suisse a annoncé son approbation de l’ordonnance modifiée sur l’échange automatique international d’informations en matière fiscale et sa décision de la mettre en vigueur avec effet au 1er janvier 2021, ainsi que la modification de la loi fédérale sur l’échange automatique international d’informations en matière fiscale.

Échange automatique international d’informations en matière fiscale: le Conseil fédéral met en vigueur la loi et l’ordonnance

Berne, 11.11.2020 – Lors de sa réunion du 11 novembre 2020, le Conseil fédéral a approuvé l’ordonnance modifiée sur l’échange automatique international d’informations en matière fiscale (AEOIO) et a décidé de la mettre en vigueur à partir du 1er janvier 2021, ainsi que l’amendement à la loi fédérale sur l’échange automatique international d’informations en matière fiscale (AEOIA).

Le Forum mondial sur la transparence et l’échange d’informations à des fins fiscales (Forum mondial) évalue régulièrement la mise en œuvre nationale de la norme pour l’échange automatique international d’informations en matière fiscale (norme AEOI). Dans le cadre de la procédure d’évaluation, le Forum mondial a présenté à la Suisse des recommandations que le pays mettra en principe en œuvre d’ici fin 2020.

Le Parlement avait déjà approuvé les amendements à l’AEIOA le 19 juin 2020. Ceux-ci impliquent l’abrogation de la clause d’exemption pour les associations de copropriétaires et un ajustement des exigences de diligence raisonnable applicables. En outre, les montants seront exprimés en dollars américains et une obligation de conservation des documents sera introduite pour les établissements financiers suisses déclarants.

Par sa décision du 11 novembre 2020, le Conseil fédéral aligne l’OEAIO sur l’AEOIA modifié. Les modifications de l’AEOIA et de l’AEOIO entreront en vigueur le 1er janvier 2021.-source: Orbitax

10-11-2020 – Malte: Publication des réglementations sur les mécanismes de règlement des différends

Cliquez ici pour en savoir plus

Le Commissaire aux recettes de Malte a publié une note d’orientation du FC – Le règlement sur les mécanismes de règlement des différends . La note d’orientation se veut un aperçu général du règlement de mise en œuvre de la directive de l’ Union européenne sur les mécanismes de règlement des différends , qui est entré en vigueur le 1er juillet 2019. Le règlement établit des règles sur un mécanisme de règlement des différends entre Malte et d’autres États membres lorsque ces différends surviennent. de l’interprétation et de l’application des accords et conventions prévoyant l’élimination de la double imposition du revenu (et du capital le cas échéant), ainsi que des droits et obligations des personnes concernées lorsque de tels litiges surviennent.

Certains des principaux points de la note d’orientation comprennent:

  • Une personne touchée par un différend peut déposer une plainte auprès du commissaire au revenu (CfR) pour demander sa résolution, la plainte devant être déposée dans les 3 ans à compter de la date à laquelle cette personne reçoit la première notification d’une action qui donne monter au différend;
  • Dans un délai de 6 mois à compter de la réception d’une réclamation, et de toute autre information que le plaignant aurait pu être invité à produire, le CfR doit se prononcer sur sa recevabilité, et si aucune décision n’est rendue dans les 6 mois, le CfR sera réputé avoir a accepté la plainte comme recevable;
  • Lorsqu’une plainte est admise (par les autorités fiscales directement ou suite à une décision de la commission consultative), le CfR est tenu de chercher à résoudre le problème d’un commun accord avec les autres États membres de l’UE concernés, qui doit être achevé dans un délai de 2 ans avec une prolongation possible d’un an;
  • Si les États membres de l’UE concernés ne parviennent pas à un accord mutuel dans le délai imparti, le plaignant peut demander la mise en place d’une commission consultative pour donner un avis sur le bien-fondé de la plainte;
  • Une commission consultative doit adopter un avis sur le bien-fondé d’une plainte dans un délai de 6 mois à compter de sa mise en place, qui peut être prolongé de 3 mois supplémentaires; et
  • Une fois l’avis rendu, le CfR et les autres autorités fiscales doivent tenter de s’entendre sur une décision finale, qui peut être différente de l’avis de la commission consultative, mais si l’administration fiscale ne parvient pas à un tel accord dans les 6 mois, le l’avis de la commission consultative devient une décision définitive.

Les orientations couvrent également diverses autres questions, y compris la possibilité de renvoyer les différends à une commission de règlement extrajudiciaire des différends (ADRC) plutôt qu’à une commission consultative. Cette procédure alternative peut être adoptée pour autant que les États membres impliqués dans le litige en conviennent. La composition d’une ADRC et les processus qu’elle adopte pour la résolution d’un litige seront déterminées par accord des États membres concernés et peuvent être différentes des dispositions qui régissent la commission consultative.-source: Orbitax

06-11-2020 – France: Publication du texte de synthèse de la convention fiscale avec l’Islande telle qu’affectée par le BEPS MLI (CML)

Cliquez ici pour en savoir plus

La Direction générale des finances publiques française a publié le texte de synthèse de la convention fiscale de 1990 avec l’Islande, impactée par la Convention multilatérale pour la mise en œuvre des mesures liées aux conventions fiscales pour prévenir l’érosion de la base d’imposition et le transfert de bénéfices (CML). Le texte ne se substitue pas aux textes authentiques respectifs du traité et de la CML, qui restent les seuls instruments juridiques applicables.

Comme prévu dans le texte de synthèse, la CML s’applique à la convention fiscale France-Islande de 1990 :

  • en ce qui concerne les impôts retenus à la source sur les montants payés ou crédités à des non-résidents, lorsque l’événement donnant lieu à ces impôts survient à compter du 1er janvier 2020;
  • pour tous les autres impôts perçus par la France, pour les impôts perçus au titre des périodes imposables ouvertes à compter du 1er juillet 2020; et
  • en ce qui concerne tous les autres impôts perçus par l’Islande, pour les impôts perçus au titre des périodes imposables ouvertes à compter du 1er janvier 2021.

Cliquez sur le lien suivant pour accéder à la page des conventions fiscales de la Direction générale des finances publiques, qui comprend les textes synthétisés CML.-source: Orbitax

06-11-2020 – Panama: Instrument de ratification des dépôts du Panama pour BEPS MLI

Cliquez ici pour en savoir plus

Selon une mise à jour de l’OCDE, le Panama a déposé le 5 novembre 2020 son instrument de ratification de la Convention multilatérale pour la mise en œuvre des mesures liées aux conventions fiscales pour prévenir l’érosion de la base d’imposition et le transfert de bénéfices (MLI, ou CML en français). Sur la base de la date de dépôt, la CML entrera en vigueur pour le Panama le 1er mars 2021, bien que son entrée en vigueur pour les accords couverts du Panama (conventions fiscales) dépendra de la ratification de la CML par la contrepartie à un accord couvert particulier.

La CML entrera généralement en vigueur pour un accord visé particulier le premier jour du mois suivant une période de trois mois après que les deux parties à l’accord visé auront déposé leur instrument de ratification. Une fois en vigueur, les dispositions de la CML s’appliqueront généralement à un accord couvert à partir du 1er janvier de l’année suivant son entrée en vigueur en ce qui concerne les retenues à la source, et à toutes les autres taxes relatives aux périodes imposables commençant à ou après l’expiration du une période de 6 mois suivant la date d’entrée en vigueur.

Cliquez sur le lien suivant pour accéder à la liste définitive des réserves et notifications formulées par le Panama lors du dépôt de l’instrument de ratification.-source: Orbitax

06-11-2020 – Singapour:  Simplification du dépôt de l’impôt sur les sociétés pour les entreprises

Cliquez ici pour en savoir plus

L’Inland Revenue Authority de Singapour (IRAS) a publié un communiqué annonçant la simplification du dépôt de l’impôt sur les sociétés pour les entreprises.

Dépôt de l’impôt sur les sociétés simplifié pour les entreprises

5 novembre 2020

  • Déclaration de revenus des sociétés simplifiée pour les petites entreprises
  • Nouvelles solutions numériques pour les entreprises

Les entreprises bénéficieront d’une expérience de déclaration de revenus plus simple au cours de la saison 2020 de déclaration de revenus des sociétés. L’Autorité fiscale de Singapour (IRAS) a lancé une nouvelle déclaration simplifiée de l’impôt sur le revenu des sociétés (IS, ou ISOC) appelée Form CS (Lite) qui permet aux petites entreprises de gagner du temps et de déposer facilement leurs impôts. De nouvelles solutions numériques telles que les transferts de fonds via PayNow, le dépôt direct à partir d’un logiciel de comptabilité et les avis numérisés pour les entreprises sont également en cours de déploiement.

Déclaration de revenus des sociétés simplifiée

Cette année, environ 60 000 petites et moyennes entreprises (PME) peuvent bénéficier du nouveau formulaire de déclaration CS (Lite) simplifié d’IRAS. Le formulaire CS (Lite) est introduit à partir de YA 2020 pour rendre la déclaration de revenus plus facile et plus rapide pour les petites entreprises. Le formulaire CS (Lite) exige que les entreprises ayant des questions fiscales simples ne remplissent que six champs essentiels (tels que leurs revenus et leur bénéfice / perte net), soit une réduction des deux tiers par rapport au formulaire CS. Pour se qualifier pour e-File Form CS (Lite), les entreprises doivent uniquement remplir les critères actuels pour e-File Form CSet avoir un revenu annuel de 200 000 $ S ou moins. À l’instar du formulaire CS, les entreprises qui déposent le formulaire CS (Lite) ne sont pas tenues de soumettre leurs états financiers et leurs calculs fiscaux à l’IRAS. Cependant, les entreprises doivent continuer à préparer ces documents et être prêtes à les soumettre au cas où l’IRAS en ferait la demande.

Nouvelles solutions numériques pour les entreprises

Pour améliorer encore l’expérience de paiement des impôts des entreprises, l’IRAS a également accéléré les plans de numérisation de l’impôt sur les sociétés.

  • Paiements d’impôt sur les sociétés et virements de fonds via PayNow pour la première fois

Les entreprises peuvent désormais payer leurs impôts de manière transparente via PayNow QR, le dernier ajout à la liste des modes de paiement disponibles sur le portail myTax d’IRAS. Outre la commodité offerte par la fonction Scan and Pay, ils bénéficieront également d’un règlement instantané et de mises à jour en temps réel de leur solde fiscal impayé.

À partir de la mi-2021, IRAS introduira également PayNow Corporate en tant que nouvelle option de remboursement électronique permettant aux entreprises de recevoir des remboursements de l’IS, en plus des transferts GIRO et télégraphiques. En sélectionnant PayNow Corporate comme mode de remboursement préféré, les entreprises pourront recevoir leurs remboursements dans les 7 jours suivant le crédit. Pour être éligible à ce mode de remboursement, les entreprises doivent associer leur numéro d’entité unique à leur compte bancaire d’entreprise via Internet Banking. Les personnes intéressées à postuler pour PayNow Corporate peuvent demander l’aide de leurs banques respectives.

Pour la liste des banques participantes dans les services PayNow, s’il vous plaît se référer à l’ annexe A .

  • Première solution de classement transparente par IRAS et ACRA

Cette année, IRAS introduit une solution numérique qui intègre les exigences légales de dépôt dans un logiciel comptable, en collaboration avec l’Autorité de régulation de la comptabilité et des entreprises (ACRA). Co-créé avec 5 développeurs de logiciels, le logiciel de comptabilité amélioré automatise la préparation des calculs fiscaux et permet aux PME de déposer leurs déclarations IS (formulaire CS) directement à l’IRAS. Au cours de la même session de dépôt, les entreprises peuvent également déposer les déclarations annuelles avec les états financiers au format XBRL simplifié à l’ACRA directement à partir du logiciel via la technologie API.

Actuellement, la solution s’adresse aux sociétés de négoce éligibles soumises au formulaire CS et peut potentiellement bénéficier à 200 000 PME dont le chiffre d’affaires annuel est inférieur ou égal à 5 ​​millions de dollars. Les PME éligibles sont encouragées à déposer en ligne via cette solution pour bénéficier d’un gain de temps de plus de 90% ainsi que pour minimiser les erreurs de déclaration dans leurs déclarations. En numérisant leurs dossiers financiers grâce à un logiciel de comptabilité, les PME peuvent également s’assurer d’avoir un accès pratique aux informations essentielles nécessaires pour prendre des décisions commerciales efficaces.

Veuillez vous reporter à l’ annexe B (PDF, 30 Ko) pour la liste des régimes de soutien sur lesquels les PME peuvent recourir pour financer le logiciel de comptabilité amélioré.

  • Avis numérisés pour les entreprises à partir de mai 2021

À partir de mai 2021, la plupart des avis d’IRAS seront numérisés et les avis papier seront progressivement supprimés. Avec les avis numérisés, les entreprises bénéficieront d’une plus grande commodité des manières suivantes:

  • Accès rapide – Accès pratique et instantané aux avis, à tout moment et en tout lieu.
  • Notifications en temps opportun – Recevez des notifications par e-mail en temps opportun lorsqu’un avis est prêt à être consulté dans myTax Portal.
  • Gestion facile – Affichez jusqu’à 3 ans d’avis précédents sans fouiller dans les fichiers physiques.
  • Sûreté et sécurité – Accédez aux avis d’IRAS dans myTax Portal, une plateforme sûre et sécurisée.

À partir de janvier 2021, les entreprises qui doivent mettre à jour leur adresse e-mail pour recevoir les notifications électroniques d’IRAS peuvent le faire en ligne via le service électronique «Préférences de notification de mise à jour» dans myTax Portal. Par le biais du même service électronique, les entreprises qui ne sont pas prêtes à recevoir des avis numérisés peuvent également indiquer leur préférence pour continuer à recevoir des avis papier.

Les entreprises recevront une lettre de l’IRAS au début de 2021 avec les détails sur les communications numériques.

Dépôt électronique obligatoire avant le 15 décembre 2020; Date limite de dépôt unique à partir de YA 2021

IRAS rappelle à toutes les entreprises, y compris celles qui n’ont aucune activité commerciale ou celles qui sont en situation de perte, de déposer par voie électronique leurs déclarations YA 2020 CIT (formulaire CS / C) avant le 15 décembre 2020 .

À partir de l’AJ 2020, le dépôt électronique des déclarations IS (CIT) est obligatoire pour toutes les entreprises et le dépôt papier n’est plus accepté. Le dépôt électronique obligatoire des déclarations IS a commencé en 2018 et a été mis en œuvre en trois phases. Cette année, plus de 170 000 entreprises qui ne faisaient pas partie des anciens groupes de dépôt électronique obligatoire doivent déposer un fichier électronique.

L’extension de la date d’échéance de la déclaration de revenus du 15 décembre, initialement introduite pour inciter les entreprises à déposer leurs déclarations de revenus par voie électronique, ne sera plus disponible à partir de YA 2021. Toutes les entreprises seront tenues de déposer par voie électronique leur YA 2021 CIT Rapports avant le 30 novembre 2021. IRAS rappellera aux entreprises cette date d’échéance de dépôt plus proche de l’AJ 2021.source: Orbitax

06-11-2020 – Jersey:  L’Assemblée des États approuve la modification de la base de paiement de l’impôt pour l’année en cours

Cliquez ici pour en savoir plus

Le 4 novembre 2020, le gouvernement de Jersey a annoncé que l’Assemblée des États avait approuvé la modification de la base de paiement de l’impôt de l’année en cours pour tous les contribuables.

Proposition PYB approuvée par l’Assemblée des États

Les États membres ont approuvé aujourd’hui la loi d’amendement permettant aux contribuables de la base de l’année précédente (PYB) de passer à la base de l’année en cours (CYB) à partir de l’année prochaine.

Les membres ont voté 41 en faveur de la proposition, deux contre et il y a eu une abstention.

Les contribuables PYB n’ont pas besoin de prendre de mesures, et les contribuables PYB qui paient leurs impôts «en acompte» n’ont pas à effectuer leur paiement habituel de novembre.

Revenue Jersey transférera automatiquement les paiements que les contribuables PYB ont effectués cette année pour couvrir leur facture fiscale 2020 au lieu de leur facture fiscale 2019. Tous les contribuables PYB verront leur facture fiscale 2019 gelée et n’auront pas besoin de commencer à la payer avant 2025.

À partir de 2021, les contribuables PYB deviendront des contribuables CYB, et ils commenceront à payer des impôts sur les revenus qu’ils gagnent. Les factures fiscales exactes pour 2020 seront calculées et confirmées une fois que les contribuables PYB auront rempli et soumis leur déclaration de revenus 2020.

La ministre du Trésor et des Ressources, la sous-ministre Susie Pinel, a déclaré: «Je suis ravie que ma proposition ait été approuvée. Ce changement se fait attendre depuis longtemps et met tous les contribuables de l’île sur un pied d’égalité.

« Nous écrirons à tous les contribuables PYB dans les jours à venir pour leur présenter le calendrier des modifications et leur confirmer qu’ils n’ont rien à faire maintenant. Pour les clients » payant sur compte « , cela signifie également qu’ils n’ont pas à faire leur paiement de novembre, qui aurait été dû à la fin de ce mois.

«J’encouragerais cependant les contribuables PYB à remplir leur déclaration de revenus 2020 le plus tôt possible l’année prochaine afin que Revenue Jersey puisse les évaluer plus rapidement et les informer de leur situation fiscale à jour.

«Bien que le règlement sur les paiements n’ait pas encore été finalisé, les contribuables PYB peuvent commencer à réfléchir à la façon dont ils pourraient vouloir payer leur facture fiscale bloquée pour 2019 à partir de 2025. Cela pourrait se faire par le biais de paiements réguliers jusqu’en 2042, ou en totalité lorsqu’ils prendront leur retraite en utilisant un régime de retraite ou autre investissement financier.  »

Le règlement décrivant la manière dont les contribuables PYB paieront leur facture fiscale de 2019 est en cours d’élaboration, à la suite des commentaires de l’enquête, des groupes de discussion et des États membres. Revenue Jersey publiera le projet de règlement en décembre et l’Assemblée des États en discutera au début de 2021.

De plus amples informations sur la proposition sont disponibles sur le site Web du gouvernement de Jersey .-source: Orbitax

06-11-2020 – Hongrie / Russie: L’ASS entre la Hongrie et la Russie entre en vigueur

Cliquez ici pour en savoir plus

L’accord de sécurité sociale entre la Hongrie et la Russie entrera en vigueur le 1er décembre 2020. L’accord, signé le 30 octobre 2019, s’applique généralement à compter de la date de son entrée en vigueur et remplace l’accord de sécurité sociale de 1962 entre la Hongrie et l’ex-Union soviétique.-source: Orbitax

06-11-2020 – Corée du Sud: Annulation de son projet d’abaisser le seuil de l’impôt sur les plus-values ​​sur les actions en 2021

Cliquez ici pour en savoir plus

Selon de récents rapports, le ministre sud-coréen des finances a annoncé le 3 novembre la décision d’annuler les plans visant à abaisser le seuil de l’impôt sur les plus-values ​​sur les actions en redéfinissant le terme «grand actionnaire» à compter du 1er janvier 2021. Actuellement, seules les personnes dont les actions valent plus de Un milliard de KRW dans une seule société sont considérés comme de grands actionnaires et sont donc soumis à l’impôt sur les plus-values ​​de cession d’actions à des taux allant de 22% à 33%. Comme prévu précédemment, le seuil pour les grands actionnaires devait être abaissé à 300 millions de KRW à partir du 1er janvier 2021, mais cela a été annulé en grande partie en raison d’une forte opposition du public, y compris des investisseurs de détail.

Bien que le seuil inférieur ait été annulé en 2021, il est toujours possible qu’il soit abaissé ou supprimé en 2023 parallèlement à l’introduction prévue d’un impôt progressif sur les plus-values ​​de titres cotés dépassant 50 millions de KRW. Des détails supplémentaires sur les développements dans la mise en œuvre de ce plan seront publiés dès qu’ils seront disponibles.-source: Orbitax

06-11-2020 – Canada: Mesures de soutien supplémentaires pour le COVID-19 présentées au Parlement

Cliquez ici pour en savoir plus

Le ministère des Finances du Canada a annoncé la présentation au Parlement du projet de loi C-9, Loi modifiant la Loi de l’impôt sur le revenu (subvention canadienne d’urgence au loyer et subvention canadienne d’urgence salariale) . Le projet de loi comprend des mesures visant à fournir un soutien ciblé aux entreprises durement touchées par le COVID-19 et à les aider à traverser la deuxième vague du virus. Les principales mesures selon l’annonce sont les suivantes:

  • La nouvelle subvention au loyer d’urgence du Canada, qui offrirait un soutien direct et facile d’accès au loyer et aux intérêts hypothécaires aux locataires et aux propriétaires jusqu’en juin 2021 pour les organisations admissibles touchées par le COVID-19. La nouvelle subvention au loyer aiderait les entreprises, les organismes de bienfaisance et les organismes sans but lucratif qui ont subi une baisse de revenus en fournissant un soutien jusqu’à concurrence de 65% des dépenses admissibles jusqu’au 19 décembre 2020. Le gouvernement propose d’autoriser les demandes rétroactivement pour la période qui a commencé le 27 septembre et s’est terminé le 24 octobre 2020.
  • Le nouveau soutien au verrouillage, qui fournirait 25% supplémentaires par le biais de la subvention canadienne au loyer d’urgence pour les organisations admissibles qui sont assujetties à un verrouillage et doivent fermer leurs portes ou limiter considérablement leurs activités en vertu d’une ordonnance de santé publique émise en vertu des lois du Canada, un province ou territoire (y compris les ordonnances rendues par une municipalité ou une régie régionale de la santé en vertu d’une de ces lois). Ensemble, cela signifierait que les entreprises durement touchées soumises à un verrouillage pourraient recevoir une aide au loyer pouvant atteindre 90%.
  • La prolongation de la subvention salariale d’urgence canadienne jusqu’en juin 2021, qui continuerait de protéger les emplois en aidant les employeurs à maintenir leurs employés sur la liste de paie et à réembaucher leurs travailleurs. La subvention salariale resterait au taux actuel de 65% maximum des salaires éligibles jusqu’au 19 décembre 2020.

Des fiches techniques seront publiées pour fournir des détails supplémentaires sur la nouvelle subvention canadienne au loyer d’urgence, la nouvelle aide au verrouillage et la subvention salariale d’urgence prolongée du Canada, y compris des détails sur l’admissibilité.source: Orbitax

06-11-2020 – Inde: Publication des modifications aux règles de la taxe de péréquation

Cliquez ici pour en savoir plus

L’Inde a publié la notification n ° 87/2020 sur les règles relatives au prélèvement de péréquation (modification), 2020. Les règles modifient les règles relatives au prélèvement de péréquation, 2016 en ce qui concerne le prélèvement de péréquation de 2% qui a été introduit avec effet au 1er avril 2020 sur le commerce électronique les fournitures ou les services, qui sont distincts de la taxe de péréquation initiale de 6% sur les services de publicité.

Les modifications adaptent essentiellement les règles existantes pour la taxe de 6%, de sorte qu’elles s’appliquent également pour la nouvelle taxe de 2% sur les fournitures ou services de commerce électronique. Cela comprend les exigences pour les évaluateurs et les opérateurs de commerce électronique de déduire et de payer la taxe et de déposer par voie électronique une déclaration annuelle au plus tard le 30 juin suivant immédiatement l’exercice financier. À cette fin, le formulaire n ° 1 a été modifié pour être utilisé à la fois par les évaluateurs pour le prélèvement de 6% et les opérateurs de commerce électronique pour le prélèvement de 2%. Les nouveaux formulaires n ° 3 et n ° 4 sont également fournis aux fins d’appel.

Les règles modifiées entrent en vigueur le 28 octobre 2020.-source: Orbitax

05-11-2020 –  Singapour: Publication d’un résumé de la décision sur l’utilisation des revenus d’intérêts non versés d’origine étrangère dans le cadre d’un exercice de réduction de capital

Cliquez ici pour en savoir plus

L’administration fiscale de Singapour a publié le Advance Ruling Summary No. 11/2020, concernant la question de savoir si l’utilisation de revenus d’intérêts de source étrangère non versés dans le cadre d’une réduction de capital constitue un versement réputé à Singapour en vertu de l’article 10(25) de la Loi sur l’Impôt sur le Revenu (Income Tax Act, ITA). Les principales parties du résumé de la décision sont les suivantes :

Contexte et faits pertinents :

Contexte

La société est constituée et résidente fiscale à Singapour. Elle exerce une activité commerciale à Singapour. C’est une filiale à 100 % d’ABC, une société constituée et résidente fiscale du pays A.

Prêts accordés par la société à des entités liées

Pour répondre aux besoins de financement au sein du groupe ABC, la société peut utiliser ses liquidités excédentaires, qui peuvent être conservées à l’intérieur ou à l’extérieur de Singapour, pour accorder des prêts à ses parties liées à des taux d’intérêt de pleine concurrence.

La société ne se considère pas comme un véhicule de financement et n’exerce pas d’activité d’emprunt et de prêt.

La société a accordé des prêts à ses parties liées, DEF, une société constituée et résidente fiscale dans le pays B et GHI, une société constituée et résidente fiscale dans le pays C.

La société représentait cela :

  • Les accords de prêt ont été négociés et signés en dehors de Singapour ;
  • Les fonds des prêts ont été mis à la disposition de ses parties liées par la société entièrement hors de Singapour ; les fonds ayant été transférés par la société de son compte bancaire à Singapour ou hors de Singapour, vers les comptes bancaires de ses parties liées hors de Singapour ;
  • Les frais d’intérêt sur le prêt ne sont pas déductibles des revenus imposables à l’impôt sur le revenu de Singapour ; et
  • Les fonds provenant des prêts ont été entièrement utilisés en dehors de Singapour par ses parties liées et n’ont pas été introduits ou utilisés à Singapour.

La société avait tenu des comptes bancaires séparés dans le pays B pour faciliter le service des prêts au DEF et à la GHI. Les comptes bancaires dans le pays B ont été tenus pour recevoir les remboursements du principal et les paiements d’intérêts effectués par le DEF et le GHI à la société.

Certaines parties du prêt accordé à la GHI par la société ont été financées par les intérêts perçus par la société sur le prêt au DEF.

Les intérêts perçus par la société sur le prêt à la DEF et utilisés pour l’octroi du prêt à la GHI ont été entièrement transférés du compte bancaire de la société dans le pays B vers le compte bancaire de la GHI dans le pays C.

Les intérêts perçus par la société sur le prêt à la DEF n’ont été rapatriés à Singapour à aucun moment par la société avant d’être octroyés sous forme de prêt à la GHI.

Exercice de réduction du capital proposé

En raison de ses besoins internes en fonds de roulement et d’autres exigences du groupe ABC, la société envisage de procéder à une réduction de capital en vertu de la loi sur les sociétés afin de restituer l’excédent de capital à son actionnaire, ABC.

La réduction de capital sera effectuée en utilisant des fonds provenant des remboursements du capital des prêts et/ou des revenus d’intérêts des prêts au DEF et au GHI.

Lors de la réduction du capital, la société ne recevra, ne transmettra ni n’apportera jamais à Singapour les intérêts perçus à l’étranger, car ces fonds seront transférés directement des comptes bancaires de la société à l’étranger vers le compte bancaire d’ABC à l’étranger.

La décision :

L’utilisation par la société des intérêts créditeurs d’origine étrangère non versés du compte bancaire de la société à l’étranger en vue de l’exercice de réduction de capital proposé en vertu de la loi sur les sociétés sur le compte bancaire de son actionnaire à l’étranger ne constitue pas une remise réputée en vertu de la section 10(25) de la LIR (ITA).

La décision est soumise aux conditions suivantes :

  • Les revenus de source étrangère constituent effectivement des revenus de source étrangère de la société aux fins de l’impôt sur le revenu à Singapour ;
  • Le transfert de fonds du compte bancaire de la société à l’extérieur de Singapour vers le compte bancaire d’ABC à l’extérieur de Singapour est effectivement effectué aux fins de l’exercice de réduction du capital directement à ABC sans impliquer de transfert physique ou de transmission de fonds par la société à Singapour ; et
  • Les intérêts perçus à l’étranger ne sont pas des montants :
    • appliqués en ou vers le règlement de toute dette contractée dans le cadre d’un commerce ou d’une activité commerciale exercée à Singapour par la société ;
    • appliqués par la société pour l’achat de tout bien meuble qui est introduit à Singapour ; ou
    • constituant des revenus de source étrangère de la société, qui ont déjà été remis, transmis ou apportés à Singapour depuis le moment où les revenus de source étrangère ont été perçus par la société jusqu’au moment où ils ont été transmis sur le compte bancaire offshore d’ABC.

Motifs de la décision :

L’utilisation de revenus d’origine étrangère non versés aux fins d’une réduction de capital lorsque les fonds affectés à la réduction de capital sont transférés directement du compte bancaire de la société à l’étranger vers le compte bancaire offshore de son actionnaire ne relève pas des dispositions de la section 10(25) de l’ITA. –source: Orbitax

05-11-2020 –  Grèce: Publication d’une Circulaire sur les exigences en matière de taxe de sortie, y compris les exigences de garantie

Cliquez ici pour en savoir plus

 L’autorité grecque des recettes publiques a publié la Circulaire A. 1231 du 20 octobre 2020 concernant les exigences en matière de taxe de sortie, y compris les exigences en matière de déclaration de taxe de sortie et les exigences en matière de report de la taxe de sortie. Conformément au droit communautaire (ATAD), la Grèce autorise le report de l’impôt de sortie par le biais de paiements échelonnés sur cinq ans lorsque les actifs, la résidence fiscale ou l’activité d’un contribuable sont transférés vers un autre État membre de l’UE/EEE.

Comme le prévoit la circulaire, une lettre de garantie est requise pour le report de l’impôt de sortie lorsqu’il existe un risque avéré et réel de non-recouvrement de l’impôt qui doit être payé par versements échelonnés. On considère que c’est le cas lorsque le ratio de l’actif circulant par rapport au passif total de l’entité juridique est inférieur à un (1) sur la base des états financiers officiels du dernier exercice fiscal. Lorsqu’une lettre de garantie est requise, la garantie doit être égale à deux versements et doit expirer au plus tôt 3 mois et 2 jours ouvrables après la date de paiement du dernier versement. Si le montant est inférieur ou si la durée de la lettre est plus courte, l’impôt de sortie doit être payé en une seule fois.

La Circulaire prévoit également qu’une lettre de garantie est requise en ce qui concerne l’exonération de la taxe de sortie qui est prévue pour certains transferts d’actifs lorsque les actifs reviendront à la Grèce dans un délai de 12 mois. Dans ce cas, la garantie doit être égale au montant total de la taxe de sortie qui serait due et doit expirer au plus tôt 6 jours ouvrables après la période de 12 mois.

La Circulaire s’applique aux transferts effectués à partir du 1er janvier 2020.-source: Orbitax

05-11-2020 – États-Unis /Allemagne: Les États-Unis signent un accord d’échange de CbC avec l’Allemagne

Cliquez ici pour en savoir plus

 Selon une mise à jour du 3 novembre 2020 du tableau de l‘IRS sur le statut des juridictions déclarantes pays par pays, les États-Unis ont signé un accord sur l’échange de rapports pays par pays (CbC) avec l’Allemagne le 14 août 2020. L’accord prévoit que les rapports CbC seront automatiquement échangés, mais que les conditions d’échange seront définies dans un accord séparé entre les autorités compétentes. L’échange dans le cadre de l’accord commencera après que l’accord séparé entre les autorités compétentes sera entré en vigueur.

Il convient de noter que pour les exercices fiscaux commençant avant le 1er janvier 2019, les États-Unis ont accepté l’échange spontané de déclarations de CbC avec l’Allemagne. Il est prévu que l’accord entre les autorités compétentes sera finalisé pour l’échange de déclarations de CbC pour les exercices fiscaux de déclaration commençant le 1er janvier 2019 ou après et, si ce n’est pas le cas, l’échange spontané sera de nouveau accepté.-source: Orbitax

04-11-2020 – Singapour / Oman: Singapour publie l’impact de la Convention Multilatérale (CML)  pour la convention fiscale avec Oman

Cliquez ici pour en savoir plus

L’Autorité Fiscale de Singapour (IRAS) a publié l’impact de la Convention Multilatérale pour la Mise en Œuvre des Mesures de Prévention de l’Erosion de la Base et du Transfert des Bénéfices (CML) pour la convention fiscale de 2003 avec Oman. Plutôt que d’inclure les impacts de l’IM directement dans le texte de la convention comme l’ont fait certains pays (textes dits de synthèse), les impacts sont fournis dans une nouvelle annexe A de la convention.

Les effets de la CML sur la convention s’appliquent à Singapour :

  • Pour la modification de l’article 24 (Procédure amiable), pour une affaire présentée le 1er novembre 2020 ou après cette date, sans tenir compte de la période de base à laquelle l’affaire se rapporte, bien que cela ne s’applique pas à une affaire qui ne pouvait pas être présentée immédiatement avant le 1er novembre 2020 ;
  • Pour toutes les autres incidences de la CML :
    • en ce qui concerne les impôts retenus à la source, pour les montants payés, réputés payés ou susceptibles d’être payés (selon la première éventualité), à compter du 1er janvier 2021 ; et
    • en ce qui concerne les impôts autres que ceux qui sont retenus à la source, lorsque les revenus sont perçus ou obtenus au cours d’une période de base commençant le 1er mai 2021 ou après cette date.

Cliquez sur le lien suivant pour consulter le texte de la convention fiscale Singapour-Oman de 2003 ayant une incidence sur la CMLsource: Orbitax

04-11-2020 – Pays-Bas / Pologne: Signature du protocole d’amendement à la convention fiscale entre les Pays-Bas et la Pologne

Cliquez ici pour en savoir plus

  Le Ministère des Finances polonais a annoncé la signature d’un protocole d’amendement à la convention fiscale de 2002 avec les Pays-Bas. Ce protocole est le premier à modifier la convention et, selon le ministère, comprend

  • L’introduction d’un critère général de finalité principale ;
  • L’introduction d’une clause sur les biens immobiliers (pour l’imposition des gains d’actions provenant de la valeur de biens immobiliers dans un État contractant) ;
  • L’introduction de nouvelles règles sur l’établissement permanent ;
  • L’introduction d’une clause de transparence des entités ; et
  • L’extension des règles de détermination de la résidence fiscale des personnes autres que les personnes physiques ayant une double résidence fiscale.
  • Le protocole entrera en vigueur après l’échange des instruments de ratification. Des détails supplémentaires seront publiés dès qu’ils seront disponibles.-source: Orbitax
03-11-2020 – Ile Maurice: nouveau Visa d’un an pour nomades digitaux

Cliquez ici pour en savoir plus

  Avis aux voyageurs en manque de soleil. L’île Maurice lance un nouveau visa premium, valable durant un an (et renouvelable). Le but ? Relancer l’attractivité du pays et attirer les télétravailleurs.

Vous en avez marre de télétravailler depuis la grisaille de votre fenêtre ? Le froid et la pluie vous mettent le moral dans les chaussettes ? Et si vous vous envoliez au bout du monde pendant un an, le soleil et la mer à la clé ? Si cela semble complétement irréel, ce rêve pourrait pourtant bien devenir votre quotidien. C’est en effet ce que propose l’île Maurice, qui vient d’annoncer la mise en place d’un nouveau Visa Premium, valable pendant une période d’un an et renouvelable. Ça donne des idées, non ? Nous, on a déjà préparé notre passeport et notre valise.

Télétravailler à l’île Maurice 

Ce nouveau visa exceptionnel se destine tout particulièrement aux personnes capables de travailler depuis n’importe quel endroit, et plus précisément en cette période de confinement, aux télétravailleurs qui cherchent un coin magique d’où travailler avec les pieds dans le sable. Le visa vous permettra effectivement de rejoindre l’île sans devoir intégrer son marché du travail ; votre source de revenu restera celle de votre lieu d’activité habituel. Ce qui changera : le cadre depuis lequel vous relèverez vos mails tous les matins… Une île idyllique qui pourrait bien devenir votre nouveau chez vous.

Le Visa Premium ne s’adresse cependant pas uniquement aux personnes en télétravail. L’archipel souhaite également accueillir les retraités qui cherchent un petit paradis où couler des jours paisibles sans se soucier du Covid-19, les touristes habituels qui avaient prévu d’émigrer sur l’île avant la pandémie, ou encore les parents ayant des enfants qui étudient là-bas.

Une destination sûre 

En cette période de crise sanitaire, qui ne nous pousse pourtant pas à voyager, l’île Maurice se trouve être une destination sûre. L’archipel se vante effectivement d’être « Covid-safe ». Selon les données de l’OMS, et sur ses 1.265.000 habitants, l’archipel ne comptabilise effectivement que dix morts liés au coronavirus, et 441 cas confirmés. Un petit coin de paradis qui semble donc avoir été épargné par l’agitation qui secoue notre planète depuis presqu’un an maintenant.

Comment faire ?

Si vous êtes intéressés, et pour espérer obtenir le visa, il faudra présenter les preuves de votre projet de long séjour sur l’archipel. Vous devrez également prouver que vos principaux revenus ne proviendront pas de l’île. Enfin, vous devrez bien évidemment être en possession d’une assurance voyage et maladie pour tout le long de la période en question. Grâce à ce visa, l’île Maurice espère notamment relancer son attractivité et procéder à la réouverture progressive du pays. Prêt à plier bagage ? -source: LeSoir

03-11-2020 – Canada/Barbade: La Cour suprême du Canada accepte d’entendre l’affaire concernant l’admissibilité à l’exclusion des revenus gagnés par une filiale bancaire étrangère

Cliquez ici pour en savoir plus

  Le 29 octobre 2020, la Cour suprême du Canada a publié un communiqué pour annoncer qu’elle avait fait droit à la demande d’autorisation d’appel de l‘arrêt de la Cour d’appel fédérale, numéro A-321-18, 2002020 CAF 79, daté du 23 avril 2020 dans l’affaire Sa Majesté la Reine c. Gestion financière Loblaw Inc. (C.F.) (Civil) (Par autorisation) (39220).

Au cours des années d’imposition en cause, le contribuable était une société canadienne qui était la société mère d’une filiale basée à la Barbade. Cette filiale était une banque agréée à la Barbade et était initialement financée par les investissements de ses filiales. La filiale a gagné des revenus principalement en concluant des transactions d’investissement avec des personnes sans lien de dépendance. La filiale gérait également, dans une certaine mesure, des investissements pour ses personnes liées.

La question en litige est de savoir si les revenus de la filiale étaient des revenus étrangers accumulés, tirés de biens (FAPI), qui devaient être inclus dans le revenu du contribuable en vertu des dispositions relatives au FAPI. Le revenu RÉATB comprend les revenus gagnés par une société étrangère affiliée contrôlée dans le cadre d’une « entreprise d’investissement ». La définition d’une entreprise d’investissement, cependant, exempte une entreprise d’une banque étrangère réglementée ayant plus de cinq employés à plein temps, autre qu’une entreprise menée principalement avec des personnes ayant un lien de dépendance.

La Cour fiscale a estimé que la filiale ne pouvait pas bénéficier de l’exonération parce qu’elle exerçait principalement des activités avec des personnes liées. La Cour fiscale a estimé que l’activité d’une banque comportait nécessairement deux volets – la réception et l’utilisation de fonds – et que la quasi-totalité des fonds de la filiale avaient été reçus de personnes ayant un lien de dépendance.

La Cour d’appel a par la suite annulé la décision de la Cour fiscale au motif que le RÉATB de la filiale se compose uniquement des revenus provenant de services d’investissement fournis à des parties ayant un lien de dépendance. La Cour d’appel a estimé que l’aspect recettes bancaires ne devait pas être pris en compte pour déterminer si l’activité d’investissement était principalement menée avec des parties ayant un lien de dépendance, car les investissements en capital effectués par le groupe du contribuable ne faisaient pas partie de l’activité de la filiale.

Le gouvernement canadien a demandé à la Cour suprême d’entendre l’affaire, et la Cour suprême a accédé à cette demande..-source: Orbitax

03-11-2020 –Europe: Paquet d’infractions de la Commission européenne pour octobre 2020

Cliquez ici pour en savoir plus

 La Commission européenne a publié la décision clé de son paquet d’infractions du mois d’octobre. En matière de fiscalité, cela comprend, entre autres, des lettres de mise en demeure à la Belgique et à la France, un avis motivé à l’Espagne et la saisine de la Cour de justice de l’Union européenne par la Grèce. Ces décisions clés sont résumées ci-dessous :

Lettres de mise en demeure

Fiscalité: la Commission demande au LUXEMBOURG d’aligner sur le droit de l’Union ses règles en matière de réduction des droits de succession

La Commission européenne a décidé aujourd’hui d’envoyer une lettre de mise en demeure au Luxembourg, par laquelle elle l’invite à modifier ses règles relatives à la taxation des successions comportant des actions d’entreprises. Les héritiers bénéficient actuellement d’une réduction des droits de succession pour les actions de sociétés établies au Luxembourg, qui sont soumises à la taxe d’abonnement, mais pas pour les actions de sociétés étrangères comparables. La Commission estime que ces règles sont contraires à la liberté d’établissement (articles 49 du TFUE et 31 de l’accord EEE) et à la libre circulation des capitaux (articles 63 du TFUE et 40 de l’accord EEE). En l’absence de réponse satisfaisante du Luxembourg dans un délai de deux mois, la Commission pourrait lui adresser un avis motivé.https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/?uri=CELEX%3A12012E%2FTXThttps://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/ALL/?uri=CELEX%3A21994A0103%2801%29

Fiscalité: la Commission demande à la BELGIQUE d’aligner sur le droit de l’Union ses règles en matière d’exonération des revenus des dépôts d’épargne

La Commission européenne a décidé aujourd’hui d’envoyer une lettre de mise en demeure à la Belgique, par laquelle elle l’invite à modifier ses règles relatives à l’exonération des revenus provenant des dépôts d’épargne. En droit belge, les intérêts sur les dépôts d’épargne sont, jusqu’à un certain montant, exonérés de l’impôt sur le revenu des personnes physiques si les dépôts remplissent certains critères. Dans l’arrêt rendu dans l’affaire C-580/15, Van der Weegen e.a., la Cour de justice de l’Union européenne a considéré que ces critères étaient contraires à l’article 56 du TFUE et à l’article 36 de l’accord EEE. En l’absence de réponse satisfaisante de la Belgique dans un délai de deux mois, la Commission pourrait lui adresser un avis motivé.

Fiscalité: la Commission demande à la BELGIQUE de cesser de taxer les dividendes sur les actions détenues par les compagnies d’assurances vie établies à l’étranger plus lourdement que les dividendes perçus par les compagnies d’assurance belges

La Commission a décidé aujourd’hui d’envoyer une lettre de mise en demeure à la Belgique, par laquelle elle l’invite à modifier ses règles en vertu desquelles les compagnies d’assurance vie belges sont, dans les faits, exonérées ou presque entièrement exonérées de l’impôt sur les revenus provenant de dividendes, d’intérêts et de biens immobiliers, y compris les plus-values. Et ce alors que, dans le même temps, les dividendes sortants et les intérêts ou revenus versés aux compagnies d’assurance vie établies dans d’autres pays de l’UE/EEE sont soumis à des retenues à la source allant généralement de 15 % à 30 %, et que les revenus sortants de biens immobiliers sont soumis à l’impôt des sociétés. Par analogie avec les affaires C-342/10, Commission/Finlande, et C-641/17, College Pension Plan of British Columbia, la Commission considère que l’imposition plus lourde des compagnies d’assurance étrangères est incompatible avec la libre circulation des capitaux garantie par les articles 63 du TFUE et 40 de l’accord EEE. La Belgique dispose à présent de deux mois pour apporter une réponse satisfaisante. À défaut, la Commission pourrait décider de lui adresser un avis motivé.

Fiscalité: la Commission demande au LUXEMBOURG de modifier ses règles en matière d’imposition des intérêts perçus par les particuliers

La Commission a décidé aujourd’hui d’envoyer une lettre de mise en demeure au Luxembourg, par laquelle elle l’invite à modifier sa législation fiscale relative aux intérêts perçus par les particuliers. Selon ces règles, les particuliers non résidents assujettis à l’impôt qui ont choisi d’être traités comme les résidents sont imposés sur leurs intérêts au taux progressif, de 42 % maximum, alors que les contribuables résidents peuvent choisir que les intérêts qu’ils perçoivent soient imposés sous la forme d’une retenue à la source définitive, au taux forfaitaire de 20 %. La Commission estime que ces règles pourraient porter atteinte à la libre circulation des personnes et à la libre circulation des travailleurs salariés ou indépendants (articles 21, 45 et 49 du TFUE — articles 28 et 31 de l’accord EEE). Le Luxembourg dispose de deux mois pour répondre aux arguments soulevés par la Commission. À défaut, la Commission pourrait décider de lui adresser un avis motivé.

Fiscalité: la Commission demande à la FRANCE de modifier sa législation relative à l’imposition des plus-values réalisées par des fonds d’investissement étrangers

La Commission européenne a décidé aujourd’hui d’envoyer une lettre de mise en demeure à la France, par laquelle elle l’invite à adapter sa législation en matière d’imposition des plus-values réalisées par des fonds d’investissement étrangers. Lorsqu’un fonds d’investissement étranger vend la participation qu’il détient dans une société française, les plus-values sont imposables, à condition que la participation en question ait excédé 25 % de la société à tout moment au cours des cinq dernières années. Toutefois, les plus-values réalisées par des fonds d’investissement français similaires sont exonérées du paiement d’un tel impôt. Une telle pratique est discriminatoire et contraire au droit de l’Union (article 49 du TFUE sur la liberté d’établissement et article 63 du TFUE sur la libre circulation des capitaux), dès lors qu’elle dissuade les fonds d’investissement étrangers d’investir dans des sociétés françaises. La France doit apporter une réponse satisfaisante à la lettre de mise en demeure dans un délai de deux mois. À défaut, la Commission pourrait lui adresser un avis motivé.

Avis motivé

Fiscalité: la Commission demande instamment à l’ESPAGNE de transposer la directive sur les pratiques de lutte contre l’évasion fiscale concernant les dispositifs hybrides

La Commission a décidé aujourd’hui d’adresser un avis motivé à l’Espagne pour lui rappeler qu’elle aurait dû transposer la directive sur la lutte contre l’évasion fiscale concernant les dispositifs hybrides dans son droit national au plus tard le 31 décembre 2019 [directive (UE) 2017/952 du Conseil modifiant la directive (UE) 2016/1164, dite «ATAD 2»]. L’objectif de cette directive est de veiller à ce que les multinationales ne puissent pas réduire artificiellement leur obligation d’acquitter l’impôt sur les sociétés en exploitant les différences entre les systèmes fiscaux des États membres et ceux des pays tiers (ce que l’on appelle les «dispositifs hybrides»). Si l’Espagne n’agit pas dans les deux prochains mois, la Commission pourrait saisir la Cour de justice de l’Union européenne et lui demander d’infliger des sanctions pour défaut de transposition de la directive en droit espagnol dans les délais impartis.

Saisines de la Cour de justice de l’Union européenne

Saisines de la Cour de justice de l’Union européenne

Fiscalité: la Commission européenne décide de saisir la Cour de justice de l’UE d’un recours contre la GRÈCE en ce qui concerne les règles en matière d’impôt sur le revenu qu’elle applique aux entreprises disposant de filiales étrangères

La Commission a décidé aujourd’hui de saisir la Cour de justice de l’Union européenne d’un recours contre la Grèce en ce qui concerne ses règles en matière d’impôt sur le revenu, qui prévoient un traitement fiscal différent, d’une part, pour les pertes encourues par les entreprises sur leur marché national et, d’autre part, pour les pertes encourues dans un autre État de l’UE/EEE. Parallèlement, les deux catégories de bénéfices des entreprises sont imposables en Grèce. Cette différence de traitement fiscal va à l’encontre de l’article 49, paragraphe1, du TFUE (en liaison avec son article 54) et de l’article 31, paragraphe 1, de l’accord EEE (en liaison avec son article 34) et constitue à une restriction au droit d’établissement. Le communiqué de presse est disponible en ligne.https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/ALL/?uri=CELEX%3A21994A0103%2801%29

Le communiqué de presse est accessible ici. -source: Commission européenne

03-11-2020 – Aruba: Deuxième plan budgétaire d’urgence COVID-19

Cliquez ici pour en savoir plus

 L’autorité fiscale d’Aruba a annoncé un deuxième plan fiscal d’urgence en réponse à l’épidémie de COVID-19. Ces mesures sont les suivantes :

  • En tant qu’incitation fiscale supplémentaire pour l’acquisition d’actifs commerciaux, la déduction pour investissement pour les exercices financiers 2020, 2021 et 2022 passe de 6 % à 10 %, et le champ d’application des investissements éligibles est étendu à tous les investissements dans des actifs commerciaux en 2020, 2021 et 2022, que ces actifs commerciaux soient achetés auprès d’un fournisseur national ou étranger avec ou sans établissement permanent à Aruba ;
  • Le seuil de chiffre d’affaires maximum du régime des petites entreprises (KOR) pour les personnes physiques est porté de 12 000 AWG à 84 000 AWG à partir de l’exercice 2021 (le régime prévoit une exonération des impôts indirects – BBO, BAVP et BAZV) ;
  • Les jeunes pousses admissibles dans les « secteurs prometteurs » bénéficient d’une déduction égale à 50 % des prêts contractés en 2020, 2021 et 2022, jusqu’à un maximum de 30 000 AWG par an, ce qui inclut les jeunes pousses enregistrées établies à partir du 1er janvier 2017 dans des secteurs spécifiques, tels que le tourisme, l’économie de la connaissance, la logistique, l’agriculture, l’économie circulaire et les industries créatives ;
  • Afin de stimuler la formation des employés, les coûts de formation et de (re)formation continue des employés sont éligibles à une déduction supplémentaire de 200 % (c’est-à-dire une déduction totale de 300 %) pour 2020, 2021 et 2022, à l’exception des frais de voyage et d’hébergement vers et depuis les centres de formation étrangers et des frais de nourriture et de boissons ;
  • Les frais de marketing et de promotion sont éligibles à une déduction supplémentaire de 100 % (soit une déduction totale de 200 %) pour 2020, 2021 et 2022, dans la limite d’un coût annuel maximum de 30 000 AWG (tout montant supérieur à 30 000 AWG est déductible à 100 %) ;
  • La période de compensation des pertes est prolongée de 2 ans, couvrant un total de 7 ans pour les pertes en 2020, 2021, et 2022 ;
  • La taxe spéciale sur les voitures et les motos de location (BBVAM) est supprimée à partir du quatrième trimestre 2020 (une déclaration nulle doit encore être déposée pour le quatrième trimestre) ; De nouveaux régimes de paiement flexibles sont prévus pour les contribuables en 2020 et 2021, y compris pour les sociétés qui peuvent opter pour un paiement de l’impôt en 3, 6 ou 12 mois avec un montant de remboursement minimum de 500 AWG ; et
  • Un rabais pour le paiement forfaitaire des dettes fiscales en cours est prévu. Il est égal à un rabais de 30 % sur les paiements jusqu’au 30 juin 2021, qui s’applique aux impôts sur les personnes et les entreprises établis jusqu’au 31 décembre 2019, avec certaines exceptions.

Cliquez sur le lien suivant pour plus d’informations sur le deuxième plan fiscal d’urgence.-source: Orbitax

03-11-2020 – Royaume-Uni: Publication des directives sur la comptabilisation de la TVA sur les biens circulant entre la Grande-Bretagne et l’Irlande du Nord à partir du 1er janvier 2021

Cliquez ici pour en savoir plus

Le HMRC britannique a publié un document d’orientation sur la comptabilisation de la TVA sur les biens circulant entre la Grande-Bretagne et l’Irlande du Nord à partir du 1er janvier 2021.

Comptabilisation de la TVA sur les biens circulant entre la Grande-Bretagne et l’Irlande du Nord à partir du 1er janvier 2021

Ces directives vous indiquent quand vous pouvez ou devez déclarer la TVA sur votre déclaration de revenus si vous êtes une entreprise immatriculée à la TVA au Royaume-Uni.

Détails

Le protocole sur l’Irlande du Nord signifie que l’Irlande du Nord maintient l’alignement sur certaines procédures administratives dans le cadre des règles de TVA de l’UE pour les biens, y compris les biens circulant à destination, en provenance et à l’intérieur de l’Irlande du Nord. Toutefois, l’Irlande du Nord fait et continuera de faire partie du système de TVA du Royaume-Uni, et les règles continueront d’être largement alignées.

L’Irlande du Nord restera alignée avec le reste du Royaume-Uni pour les processus de TVA liés aux transactions de services. Le HMRC continuera à être responsable de l’exploitation et de la perception des recettes en Irlande du Nord.-source: Orbitax

News antérieures