PRESSE FISCALE

News fiscales dans le Monde

_______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

 

________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

 

Les dernières News

28 septembre 2022 – Macédoine: Révision massive de la fiscalité en Macédoine du Nord

Cliquez ici pour en savoir plus

La Macédoine du Nord se prépare à de profondes réformes fiscales, avec des règles actualisées sur l’impôt sur les bénéfices, la TVA, l’impôt sur le revenu des personnes physiques et les cotisations sociales, tout en faisant face au ralentissement économique et à la hausse des prix,

Un ralentissement général de l’économie, une augmentation des prix et une grande détresse due à la crise énergétique et à la guerre en Ukraine affectent tous la Macédoine du Nord…

Au cours de l’été, le gouvernement a adopté une stratégie actualisée pour la réforme du système fiscal. Cela modifiera la réglementation fiscale dans un certain nombre de domaines, entraînant une augmentation du fardeau fiscal pour les entreprises et les citoyens. Bien que ces changements à venir n’aient été annoncés que récemment, les médias et certains responsables gouvernementaux ont indiqué qu’ils devraient entrer en vigueur en janvier 2023. 

Selon Lalicic (Vedran Lalicic, partenaire de Lalicic & Bosk), parmi les changements introduits, le plus important est lié à l’impôt sur les bénéfices. « La réglementation existante permettant une exonération fiscale sur les bénéfices réinvestis a été supprimée, ce qui signifie une tendance négative pour les entreprises », note-t-il. « Je voudrais également souligner les conditions supplémentaires qui seront stipulées pour les exonérations fiscales sur les dividendes, tant pour les sociétés nationales qu’étrangères. Tout investissement en actions et les bénéfices qui en découlent seront imposés, conformément à la nouvelle stratégie fiscale. » Pourtant, Lalicic affirme qu' »un signe positif lié à l’impôt sur les bénéfices sera l’introduction progressive d’exonérations fiscales pour une partie des coûts des investissements dans la transition verte et la transformation numérique. Cela peut donner un coup de fouet aux investisseurs et aux entreprises vers des initiatives et des projets environnementaux,

« Il y aura également des changements sur la TVA », a déclaré Lalicic, ajoutant qu' »à ce stade, le gouvernement envisage de réduire la liste des biens et services pour lesquels une TVA préférentielle de 5% est appliquée ». Par exemple, le secteur de l’hébergement pourrait ne plus respecter la règle des 5 % à l’avenir et payer le taux préférentiel de 10 % nouvellement proposé. Nous n’avons pas encore d’informations supplémentaires sur les industries spécifiques. » En outre, il dit que « l’élargissement de la liste des biens et services pour lesquels la TVA ne peut pas être remboursée est prévu. Les industries où l’exonération de TVA ne s’applique pas et seront soumises aux règles normales de TVA. »

Selon Lalicic, un autre changement s’appliquera à l’impôt sur le revenu des personnes physiques et aux cotisations sociales. « Les amendements rendront obligatoire pour les entreprises le paiement des cotisations sociales obligatoires découlant des contrats d’acte », dit-il. « Cela pourrait entraîner une augmentation des coûts pour les entreprises. De plus, la limite légale maximale de paiement des cotisations sociales est supprimée – désormais, elles seront payées sur le montant total des revenus bruts et il n’y aura pas de plafond. »

« Malheureusement, cela affectera le secteur des entreprises de multiples façons », déclare Lalicic. « Le gouvernement est très strict sur les changements annoncés. Jusqu’à présent, seules des réunions provisoires ont été organisées avec les associations professionnelles, et il semble que le gouvernement adoptera les changements malgré l’opinion publique. Compte tenu de ce que traverse le pays, le moment pourrait ne pas être idéal pour mettre en œuvre des réformes aussi vastes », conclut-il.-source: CEE legal matters

20 juin 2022 – Monténégro : Introduction de taux progressifs

Cliquez ici pour en savoir plus

Le 29 décembre 2021, l’Assemblée monténégrine a adopté une série de lois qui font partie du programme Europe Now.

Les modifications ont été publiées au Journal officiel du Monténégro no. 145/2021 et 146/2021 du 31 décembre 2021.

Un aperçu des modifications les plus importantes est présenté ci-dessous.

Le droit du travail

  • Le salaire net minimum passe de 250 à 450 euros.
  • Une nouvelle disposition est introduite prescrivant que l’employeur est tenu d’augmenter le salaire net des employés en cas de suppression ou de diminution de l’impôt sur le revenu des personnes physiques ou des cotisations de sécurité sociale supportées par l’employé.
  • Des modifications s’appliquent aux versements de salaire effectués à compter du 1er janvier 2022.

La loi sur l’impôt sur le revenu des particuliers

  • Une imposition progressive des salaires et des revenus des entrepreneurs est introduite. Un impôt proportionnel de 15% est introduit sur les autres types de revenus.
  • Le salaire est imposé de la manière suivante :
    – Les salaires jusqu’à 700 EUR (brut) sont exonérés d’impôt ;
    – Les salaires allant de 700 EUR à 1 000 EUR inclus (brut) sont soumis à un impôt de 9 % ;
    – Les salaires supérieurs à 1 000 EUR (brut) sont soumis à un impôt de 15 %.

Les modifications s’appliquent à compter du 1er janvier 2022.

La loi sur les cotisations sociales obligatoires

  • La cotisation à l’assurance maladie à la charge de l’employé et de l’employeur est supprimée (10,8 % au total).
  • Une nouvelle règle est introduite pour l’évaluation et le paiement des cotisations de sécurité sociale. Selon la nouvelle règle, les cotisations de sécurité sociale sont calculées, retenues et payées avant le 15 du mois en cours pour le mois précédent.

Les modifications s’appliquent à compter du 1er janvier 2022.

Plus de détails sur : Site du gouvernement du Monténégro -source: Karanovic & Partners

20 juin 2022 – USA/Canada (cas de Litige Fiscal): Un tribunal canadien confirme que la détermination du service imposable que l’établissement stable peut couvrir différentes années d’imposition en vertu de la convention fiscale américaine

Cliquez ici pour en savoir plus

La Cour canadienne de l’impôt a rendu une décision le 13 juin 2022 concernant l’application des dispositions relatives à l’établissement stable (ES) de services de la convention fiscale de 1980 avec les États-Unis. L’affaire impliquait Triskelion Projects International Inc., une société américaine après une année d’imposition civile qui a fourni des services de conseil au Canada en 2015 et 2016. La société a fourni des services pendant un total de 194 jours en 2015 et 54 jours en 2016. Une cotisation fiscale a été délivré pour les revenus perçus au titre de l’exercice d’imposition 2016 sur la base de l’existence d’un ES de service.

En vertu de la convention fiscale entre le Canada et les États-Unis, un ES peut être réputé constitué si des services sont fournis pendant 183 jours ou plus au cours d’une période de douze mois relativement au même projet ou à un projet connexe. De l’avis de l’administration fiscale, n’importe quelle période de 12 mois peut être utilisée, de sorte que la période de 12 mois commençant en mars 2015 et se terminant en mars 2016 a été utilisée pour déterminer l’existence de l’ES et le revenu imposable. Cela a été contesté par Triskelion, qui a fait valoir que 183 jours avaient déjà été comptés dans l’évaluation de l’impôt pour 2015 et, par conséquent, seuls 15 jours peuvent être reportés pour 2016. Cela donne un total de 69 jours, ce qui n’est pas suffisant pour constituer un PE pour 2016 dans le cadre du traité.

Dans sa décision, la Cour a rejeté l’argument de Triskelion parce qu’aucune preuve n’a été fournie qu’une évaluation pour 2015 a effectivement été faite. En tant que tel, la Cour a rejeté l’appel et confirmé que l’administration fiscale peut déterminer l’existence d’un ES de service imposable sur la base d’une période de 12 mois couvrant différentes années d’imposition.source: Tax Court of Canada

17 juin 2022 – Corée du Sud: Les propositions de politique du gouvernement sud-coréen incluent une réduction du taux d’imposition des sociétés

Cliquez ici pour en savoir plus

Le 16 juin 2022, le gouvernement sud-coréen a annoncé ses nouvelles propositions de politique économique (orientation). L’une des principales propositions est une réduction du taux maximal de l’impôt sur les sociétés de 25 % à 22 %. Une autre proposition importante est une augmentation de la compensation des pertes reportées de 60 % du revenu imposable à 80 % du revenu imposable, annulant la réduction de 80 % à 70 % en 2018 et 60 % en 2019. D’autres propositions incluent une augmentation de la déduction pour investissement pour les investissements dans la production de semi-conducteurs et de diodes électroluminescentes organiques (OLED) entre 8 % et 12 %, ainsi que des changements en matière d’imposition des valeurs mobilières, y compris une réduction du taux d’imposition des transactions sur valeurs mobilières et une augmentation du seuil de les plus-values ​​imposables pour les grands actionnaires d’une valeur d’actions de 1 milliard de KRW dans une seule société à 10 milliards de KRW.-source: Orbitax
17 juin 2022 – France / Luxembourg (cas de Litige Fiscal) : La France fixe le redressement fiscal de McDonalds

Cliquez ici pour en savoir plus

McDonald’s a accepté de payer 1,245 milliard d’euros pour régler un litige fiscal avec l’administration fiscale française, dont 737 millions d’euros d’arriérés d’impôts et 508 millions d’euros d’amendes. L’accord a été confirmé par un tribunal de Paris le 16 juin 2022. Le litige fiscal concernait la perception par McDonald’s de redevances sur le chiffre d’affaires des restaurants en France pour l’utilisation de la marque McDonald’s et des droits de franchise, qui étaient ensuite acheminées via une société holding basée au Luxembourg. sans payer d’impôt. L’arrangement a fait l’objet d’une enquête par les autorités françaises en tant qu’évasion fiscale aggravée à partir de 2015.

Notez que les décisions fiscales anticipatives accordées par le Luxembourg confirmant la non-imposition des redevances ont été examinées par la Commission européenne en tant qu’aides d’État illégales. Cependant, il a finalement été décidé en 2018 que le Luxembourg n’avait pas accordé à McDonald’s un traitement fiscal sélectif qui constituait une aide d’État illégale.-source: Orbitax

________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

News antérieures

 

________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
error: Ce contenu est protégé !