News – mars 2021

Partagez cette page ou cet article !

News antérieures

 

25 mars 2021 – Europe: Le Conseil européen adopte la directive sur l’échange d’informations sur les revenus générés par les plates-formes numériques (DAC7)

Cliquez ici pour en savoir plus

Le Conseil de l’Union européenne a annoncé l’adoption, le 22 mars, d’une directive du Conseil modifiant la directive 2011/16 / UE relative à la coopération administrative dans le domaine fiscal en ce qui concerne l’échange d’informations sur les revenus générés par les vendeurs via les plateformes numériques (DAC7 ).

Fiscalité: le Conseil adopte de nouvelles règles pour renforcer la coopération administrative et inclure les ventes via les plateformes numériques

Le Conseil a adopté aujourd’hui de nouvelles règles pour améliorer la coopération administrative dans le domaine de la fiscalité et relever les défis posés par l’économie des plateformes numériques.

Un nombre important et croissant de particuliers et d’entreprises utilisent des plateformes numériques pour vendre des biens ou fournir des services. Cependant, les revenus générés par les plates-formes numériques ne sont souvent pas déclarés et les impôts ne sont pas payés, en particulier lorsque les plates-formes numériques opèrent dans plusieurs pays. Cela fait perdre aux États membres des recettes fiscales et donne un avantage injuste aux commerçants sur les plates-formes numériques par rapport aux entreprises traditionnelles.

Les amendements à la directive sur la coopération administrative dans le domaine fiscal visent à résoudre ce problème. Ils créent une obligation pour les opérateurs de plateformes numériques de déclarer les revenus gagnés par les vendeurs sur leurs plateformes et pour les États membres d’échanger automatiquement ces informations.

Les nouvelles règles couvrent les plates-formes numériques situées à la fois à l’intérieur et à l’extérieur de l’UE et s’appliqueront à partir du 1er janvier 2023. Ils permettront aux autorités fiscales nationales de détecter les revenus gagnés via les plates-formes numériques et de déterminer les obligations fiscales pertinentes. La conformité deviendra également plus facile pour les opérateurs de plates-formes numériques, car les rapports n’auront lieu que dans un seul État membre conformément à un cadre européen commun.

« Il s’agit d’une mise à jour importante des règles de l’UE, qui contribuera à garantir que les vendeurs actifs sur les plateformes numériques paient également leur juste part d’impôts. C’est particulièrement bienvenu à un moment où de plus en plus de ventes sont effectuées en ligne et le COVID -19 La pandémie exerce une pression sur les finances publiques. En étendant ses règles d’échange automatique d’informations à l’économie des plateformes numériques, l’UE donne l’exemple au monde.  »

João Leão, ministre portugais des Finances

D’autres amendements à la directive sur la coopération administrative dans le domaine de la fiscalité améliorent l’échange d’informations et la coopération entre les autorités fiscales des États membres. Par exemple, il deviendra plus facile d’obtenir des informations sur des groupes de contribuables. Des améliorations seront également apportées aux règles relatives à la réalisation de contrôles simultanés et à l’autorisation de la présence de fonctionnaires dans un autre État membre lors d’une enquête.

En outre, les nouvelles règles fournissent un cadre permettant aux autorités compétentes de deux ou plusieurs États membres d’effectuer des audits conjoints. Ce cadre sera opérationnel dans tous les États membres à partir de 2024 au plus tard.

Directive du Conseil modifiant la directive 2011/16 / UE relative à la coopération administrative dans le domaine fiscal -source: Orbitax

25 mars 2021 – Allemagne: Le Cabinet Fédéral adopte un projet de loi pour la mise en œuvre des mesures ATAD pour les asymétries hybrides, les CFC et les taxes de sortie

Cliquez ici pour en savoir plus

Le ministère allemand des Finances a annoncé l’adoption d’un projet de loi mettant en œuvre des mesures de mise en œuvre de la directive européenne anti-évasion fiscale (ATAD) par le cabinet fédéral le 24 mars 2020. Cela comprend des mesures concernant les asymétries hybrides, les règles sur les CFC et les taxes de sortie.

Scholz: « Une étape clé vers une plus grande équité fiscale »

Le gouvernement allemand adopte un projet de loi pour lutter contre l’évasion fiscale

Le cabinet fédéral allemand a adopté le 24 mars 2021 le projet de loi d’application de la directive anti-évasion fiscale (Gesetz zur Umsetzung der Anti-Steuervermeidungsrichtlinie). Dans le projet de loi, le gouvernement allemand propose des règles plus strictes pour lutter contre la planification fiscale agressive. Les nouvelles règles visent à lutter efficacement contre les stratégies d’évasion fiscale utilisées par les sociétés multinationales.

Le projet de loi vise à réduire considérablement l’utilisation des instruments de planification par les sociétés multinationales à des fins d’évasion fiscale. En outre, il fait progresser l’harmonisation du droit fiscal des sociétés dans l’UE. La directive anti-évasion fiscale (ATAD) de l’UE contient un ensemble de mesures pour lutter contre l’évasion fiscale. Dans de nombreux domaines, l’Allemagne satisfait déjà à la plupart des normes énoncées dans la directive et prend désormais des mesures pour en faire encore plus.

« Vous ne pouvez avoir une société juste que si vous avez un système fiscal équitable. C’est le principe qui guide la décision du Cabinet d’aujourd’hui sur la mise en œuvre de la directive anti-évasion fiscale. Il s’agit d’une étape majeure vers une plus grande équité fiscale. Nous prenons position contre la planification fiscale agressive et le transfert de bénéfices. Il faut empêcher les grandes entreprises de se soustraire à leurs responsabilités fiscales. Chacun doit payer sa juste part. Le projet de loi que nous avons adopté aujourd’hui montre que nous ne reculerons pas. Nous supprimons les échappatoires fiscales. Et l’Allemagne n’est pas la seule dans cet effort. Nous agissons de concert avec nos partenaires européens.  »

Ministre des finances Olaf Scholz

Le projet de loi contient les dispositions suivantes:

Prévention des incompatibilités hybrides

Les règles visant à éliminer les différences de traitement fiscal liées aux asymétries hybrides empêcheront les entreprises de (a) déduire plusieurs fois les dépenses d’entreprise et (b) de déduire les dépenses d’entreprise dans les cas où le revenu concerné n’est pas assujetti à l’impôt. Ces règles mettent en œuvre les articles 9 et 9b de l’ATAD.

Réforme des règles des sociétés étrangères contrôlées (CFC)

Le projet de loi adapte les règles allemandes sur les CFC. Cela signifie que les efforts de l’Allemagne pour empêcher les sociétés multinationales de transférer leurs bénéfices vers des juridictions à faible taux d’imposition gagneront en sécurité juridique et seront mis à jour. En particulier, les critères de détermination du contrôle seront adaptés. À l’avenir, la détermination du contrôle ne sera plus basée sur le fait qu’une CFC est ou non contrôlée par un contribuable national, mais tiendra plutôt compte de la composition globale des actionnaires. De plus, dans le cas de structures d’entreprise à plusieurs niveaux, les règles CFC ne permettront plus la consolidation des pertes au niveau de l’entité étrangère ultime.

Imposition de sortie

Le projet de loi modifie également les dispositions de l’Allemagne sur l’imposition de sortie afin de les mettre en conformité avec l’article 5 de l’ATAD, qui exige l’imposition des plus-values ​​latentes dans les cas où un contribuable transfère des actifs à l’étranger ou déplace sa résidence fiscale dans un autre pays, et qui également donne aux contribuables la possibilité de payer ces taxes de sortie par versements échelonnés sur une période de cinq ans. Dans le cas des taxes de sortie payables par des personnes physiques conformément à l’article 6 de la loi sur les relations fiscales extérieures (Außensteuergesetz), le projet de loi uniformise les règles de report et prévoit des mesures visant à améliorer les règles relatives au retour des contribuables en Allemagne et à empêcher l’évasion fiscale en rapport avec avec des distributions de bénéfices substantielles.-source: Orbitax

25 mars 2021 – USA: Nouvelles mesures fiscales

Cliquez ici pour en savoir plus

Le président américain Joe Biden cherche à aller de l’avant sur un paquet fiscal qui comprendra des augmentations d’impôts pour les particuliers et les entreprises à revenu élevé. Le paquet serait en cours d’élaboration sur la base des plans fiscaux annoncés lors de la campagne présidentielle en 2020, qui comprenaient:

  • Une augmentation du taux d’imposition des sociétés de 21% à 28%;
  • L’introduction d’un impôt minimum au taux de 15% sur les revenus comptables pour les entreprises dont le revenu net annuel est de 100 millions USD ou plus;
  • Une augmentation du taux d’imposition sur le revenu global immatériel à faible impôt (GILTI) de 10,5% à 21%;
  • Une augmentation du taux marginal d’imposition du revenu des particuliers pour les hauts revenus de 37% à 39,6%
  • L’introduction d’un « doughnut hole » pour la taxe sur les salaires de 12,4% qui finance la sécurité sociale qui prévoirait l’imposition de l’impôt sur le revenu jusqu’à concurrence du plafond actuel de base de cotisation, les revenus supérieurs à 400 000 USD étant également soumis à l’impôt;
  • Une modification de l’imposition des plus-values ​​pour les personnes physiques dont le revenu dépasse 1 million USD, qui comprendrait l’imposition des taux ordinaires d’imposition sur le revenu des personnes physiques sur leurs gains, quelle que soit la durée de détention des actifs
  • L’introduction d’un plafond sur les déductions détaillées pour les particuliers de 28%; et
  • Modifications de la déduction pour revenu d’entreprise admissible (QBI) afin que les déductions pour petites entreprises soient progressivement supprimées pour les revenus supérieurs à 400 000 USD.-source: Orbitax
25 mars 2021 – Italie: Mesures de soutien urgentes pour le COVID-19

Cliquez ici pour en savoir plus

Le 19 mars 2021, le Conseil des ministres italien a publié un communiqué annonçant son approbation d’un décret-loi sur les mesures urgentes visant à soutenir les entreprises, le travail, la santé et les services locaux en relation avec l’urgence COVID-19.

La principale mesure fiscale est une subvention non remboursable pour les personnes immatriculées à la TVA exerçant des activités commerciales, artistiques ou professionnelles, ainsi que pour les entités non commerciales et du tiers secteur, sans limitations ou contraintes sectorielles fondées sur des activités économiques. La subvention est limitée aux sujets ayant subi une perte de revenus d’au moins 30% entre 2019 et 2020, avec un plafond de revenus de 10 millions d’euros. La subvention est égale à un pourcentage de la perte de revenus comme suit:

  • 60% pour les sujets dont les revenus / honoraires ne dépassent pas 100 000 EUR;
  • 50% pour les sujets dont les revenus / frais dépassent 100 000 EUR jusqu’à 400 000;
  • 40% pour les sujets dont les revenus / honoraires dépassent 400 000 EUR jusqu’à 1 million;
  • 30% pour les sujets dont les revenus / honoraires dépassent 1 million d’euros jusqu’à 5 millions d’euros; et
  • 20% pour les sujets avec des revenus / honoraires de plus de 5 millions d’euros à 10 millions.

Dans tous les cas, le montant de la subvention ne peut être inférieur à 1 000 EUR pour les particuliers et 2 000 EUR pour les autres matières, et le montant de la subvention ne peut excéder 150 000 EUR. La subvention peut être versée par virement bancaire directement sur le compte courant du bénéficiaire ou sous forme de crédit d’impôt.

Les autres aides aux entreprises comprennent un fonds pour le tourisme d’hiver et une augmentation du fonds pour assurer une exonération des cotisations de sécurité sociale pour les indépendants et les professionnels. En outre, la période de suspension des activités d’agent de recouvrement est prolongée jusqu’au 30 avril 2021.-source: Orbitax

25 mars 2021 – Espagne: Mesures de soutien extraordinaires pour le COVID-19

Cliquez ici pour en savoir plus

L’Espagne a publié le décret-loi 5/2021 , qui a été approuvé par le Conseil des ministres le 12 mars 2021. Le décret-loi contient des mesures extraordinaires pour soutenir la solvabilité des entreprises en réponse à la pandémie COVID-19. L’une des principales mesures fiscales directes du décret-loi comprend des conditions flexibles pour le report des dettes fiscales jusqu’à 6 mois, sans intérêt de retard pour les 4 premiers mois. La mesure s’apparente à un report prévu en 2020 et est disponible pour les dettes fiscales correspondant aux déclarations et à l’autocotisation dues du 1er avril au 30 avril 2021 pour les contribuables dont le chiffre d’affaires n’excède pas 6 010 121,04 EUR en 2020. Les demandes de report doivent être soumis jusqu’au 30 avril.

Outre la mesure de sursis, le décret-loi comprend également des aides directes aux entrepreneurs et professionnels dont le volume annuel des opérations a baissé d’au moins 30% en 2020 par rapport à 2019, ainsi que plusieurs mesures en matière d’insolvabilité, accords de refinancement sanctionnés, accords de règlement et garanties de crédit.-source: Orbitax

25 mars 2021 – Canada: Nouvelles exigences d’inscription à la taxe de vente provinciale à compter du 1er avril 2021 pour les entreprises hors de la Colombie-Britannique, Canada

Cliquez ici pour en savoir plus

Le gouvernement de la Colombie-Britannique (C.-B.), Canada a récemment mis à jour sa page d’information sur la taxe de vente provinciale (TVP) pour inclure un avis de modifications entrant en vigueur le 1er avril 2021, y compris de nouvelles exigences d’enregistrement pour les entreprises situées à l’extérieur de la Colombie-Britannique. Comme résumé dans le Bulletin PST 001 (mis à jour le 18 février 2021) , les nouvelles exigences s’appliquent comme suit:

Entreprises supplémentaires requises pour s’inscrire à compter du 1er avril 2021

Entreprises situées à l’extérieur de la Colombie-Britannique mais au Canada

À compter du 1er avril 2021, vous devez également vous inscrire pour percevoir et verser la TVP si vous êtes situé à l’extérieur de la Colombie-Britannique (voir Emplacement de votre entreprise ci-dessous) mais au Canada et faire tout ce qui suit dans le cours normal de votre entreprise:

  • Vendre des produits taxables à des clients en Colombie-Britannique
  • Accepter les commandes de clients situés en Colombie-Britannique (y compris par téléphone, courrier, courriel ou Internet) pour acheter des marchandises
  • Livrer les marchandises que vous vendez à vos clients de la Colombie-Britannique à des endroits en Colombie-Britannique (cela inclut les marchandises que vous livrez par l’intermédiaire d’un tiers, comme un service de messagerie)
  • Atteindre le seuil de revenu minimum de la Colombie-Britannique:
    • votre revenu brut au cours des 12 mois précédents provenant de toutes les ventes au détail et de tous les contrats de location de biens et de toutes les ventes et prestations de logiciels et de services de télécommunication aux clients de la Colombie-Britannique est supérieur à 10000 $, ou
    • votre revenu brut estimé au cours des 12 prochains mois provenant de toutes les ventes et de la fourniture de logiciels et de services de télécommunication aux clients de la Colombie-Britannique est supérieur à 10000 $

Si vous vendez des produits de vapotage (y compris des pièces et des accessoires) à des clients de la Colombie-Britannique, vous devez vous inscrire pour percevoir et verser la TVP même si vous n’atteignez pas le seuil de revenu minimum de la Colombie-Britannique.

Si vous répondez à ces critères, vous devez être inscrit (à compter du 1er avril 2021) avant de livrer des marchandises en Colombie-Britannique. À compter du 1er avril 2021, vous devez percevoir et verser la TVP sur toutes vos ventes taxables aux clients de la Colombie-Britannique.

Entreprises situées à l’extérieur de la Colombie-Britannique, au Canada ou à l’étranger

À compter du 1er avril 2021, vous devez également vous inscrire pour percevoir et verser la TVP si vous êtes situé à l’extérieur de la Colombie-Britannique et que vous êtes au Canada ou à l’extérieur du Canada (voir Emplacement de votre entreprise ci-dessous) et faites tout ce qui suit dans le cours normal de votre entreprise:

  • Vendre ou fournir un logiciel taxable à utiliser sur ou avec un appareil électronique situé habituellement en Colombie-Britannique ou vendre ou fournir des services de télécommunication taxables à des clients en Colombie-Britannique
  • Accepter les commandes de clients situés en Colombie-Britannique (y compris par téléphone, courrier, courrier électronique ou Internet) pour acheter des logiciels à utiliser sur ou avec un appareil électronique habituellement situé en Colombie-Britannique ou des services de télécommunication
  • Atteindre le seuil de revenu minimum de la Colombie-Britannique:
    • Si vous résidez au Canada:
      • votre revenu brut au cours des 12 mois précédents provenant de toutes les ventes au détail et de tous les contrats de location de biens et de toutes les ventes et prestations de logiciels et de services de télécommunication aux clients de la Colombie-Britannique est supérieur à 10000 $, ou
      • votre revenu brut estimé au cours des 12 prochains mois provenant de toutes les ventes et de la fourniture de logiciels et de services de télécommunication aux clients de la Colombie-Britannique est supérieur à 10000 $
    • Si vous résidez à l’extérieur du Canada:
      • votre revenu brut au cours des 12 mois précédents provenant de toutes les ventes et prestations de logiciels et de services de télécommunication aux clients de la Colombie-Britannique est supérieur à 10000 $, ou
      • vos revenus bruts estimés au cours des 12 prochains mois provenant de toutes les ventes et prestations de logiciels et de services de télécommunication aux clients de la Colombie-Britannique sont de plus de 10 000 $.

Pour plus d’informations sur les logiciels et les services de télécommunication, reportez-vous au Bulletin PST 105 , Logiciel, et au Bulletin PST 107 , Services de télécommunication.

Si vous répondez à ces critères, vous devez être inscrit (à compter du 1er avril 2021) avant de fournir un logiciel à utiliser sur ou avec un appareil électronique habituellement situé en Colombie-Britannique ou de fournir des services de télécommunication. À compter du 1er avril 2021, vous devez percevoir et verser la TVP sur toutes vos ventes taxables aux clients de la Colombie-Britannique.-source: Orbitax

25 mars 2021 – Arabie Saoudite: Lancement de la première zone de cautionnement logistique intégrée et incitations pour les multinationales

Cliquez ici pour en savoir plus

L’Autorité générale de l’aviation civile (GACA) d’Arabie saoudite a annoncé le lancement de la première zone sous douane de logistique intégrée (ILBZ) d’Arabie saoudite à Riyad, y compris des incitations pour les entreprises multinationales qui établissent des opérations dans la zone. Parallèlement à cette annonce, la GACA a également fourni des versions en anglais des règles et réglementations connexes.

Principales réglementations de l’ILBZ, première zone économique spéciale d’Arabie saoudite

GACA a lancé ILBZ – la première zone logistique intégrée d’Arabie saoudite à Riyad – le projet inaugural d’une série de zones logistiques spéciales planifiées soutenant la vision ambitieuse de Son Altesse Royale le prince héritier Mohammed ben Salmane de faire d’elle l’une des 10 plus grandes économies urbaines du monde – et soutenir des efforts plus larges pour faire du Royaume un centre de transport et de logistique compétitif à l’échelle mondiale pour la circulation des biens et des services dans le monde, dans un environnement progressiste et favorable aux entreprises.

Le développement de la zone incitera les entreprises à établir des opérations sur son site adjacent à l’aéroport international de Riyad, notamment:

  • un congé fiscal de 50 ans pour inclure la suspension de la TVA en cas de suspension douanière;
  • l’impôt sur les sociétés, le revenu et la retenue à la source à taux zéro sur certains paiements;
  • Propriété d’entreprise à 100%;
  • Suspension à 100% des restrictions douanières et à l’importation; et
  • aucune restriction sur le rapatriement des capitaux.

ILBZ est la première étape importante vers le développement du secteur de la logistique et des zones économiques spéciales en Arabie saoudite, car il se positionne sur le plan concurrentiel en tant que centre mondial de transport et de logistique.

La zone de 3 millions de mètres carrés est stratégiquement située pour desservir plus de 650 millions de clients en Afrique, en Asie et en Europe, les reliant via l’aéroport international King Khalid ainsi que les marchés nationaux et régionaux via le Saudi Land-Bridge Railway traversant Riyad, et les ports secs entourant l’aéroport international King Khalid.

La zone offrira des installations aéronautiques, la manutention du fret, des programmes de formation parrainés par le gouvernement et une technologie avancée de suivi du fret, ainsi qu’un bureau des services gouvernementaux dans l’ILBZ pour servir de guichet unique pour obtenir tous les services gouvernementaux pour les investisseurs.

Règlement sur les sociétés ILBZ _ لائحة الشركات

Règlement sur l’emploi de l’ILBZ_ لائحة العمل

Règlement d’exécution de l’ILBZ_ اللائحة التنفيذية

Règles fiscales ILBZ _اللائحة الضريبية -source: Systematica, Orbitax

25 mars 2021 – Royaume-Uni: UK HMRC publie un document de politique sur les politiques fiscales et les consultations (printemps 2021)

Cliquez ici pour en savoir plus

UK HMRC a publié un document d’orientation sur les politiques fiscales et les consultations au printemps 2021 . Les mesures énoncées dans le document façonneront les prochaines étapes de la mise en œuvre de la stratégie d’administration fiscale du gouvernement, annoncée en juillet 2020. Le document comprend également une série d’annonces politiques et de mises à jour qui appuieront des améliorations plus larges du système fiscal, y compris en ce qui concerne les taux des entreprises. et les taxes environnementales, ainsi que des mesures visant à réduire la non-conformité et à améliorer la simplification.

Parallèlement au document d’orientation, le HMRC a publié les consultations, appels à contributions et autres documents suivants liés aux réformes de l’administration fiscale et à l’élaboration de la politique fiscale.

Moderniser l’administration fiscale

En juillet 2020, le gouvernement a annoncé sa stratégie d’administration fiscale sur 10 ans, par la publication de Bâtir un système d’administration fiscale moderne et fiable . La stratégie définit la manière dont le HMRC s’assurera que l’administration fiscale suit les changements rapides qui se produisent dans la société, l’économie et la technologie pour fournir le système fiscal flexible, résilient et réactif dont le Royaume-Uni aura besoin dans les années à venir. Les documents et mesures suivants appuient la mise en œuvre de cette stratégie.

Appel à contributions: le cadre de l’administration fiscale: soutenir un système fiscal du 21e siècle (Consultation ouverte)

Appel à preuves: paiement en temps opportun (consultation ouverte)

Élever les normes sur le marché du conseil fiscal (consultation ouverte)

Explorer l’inscription volontaire à Making Tax Digital for VAT (Recherche et analyse)

Explorer les coûts et les avantages de Making Tax Digital pour la TVA subis par les petites entreprises (recherche et analyse)

Lutter contre la non-conformité

Le gouvernement s’est engagé à lutter contre la non-conformité délibérée, ainsi qu’à aider les contribuables à obtenir leur impôt correctement du premier coup, afin de s’attaquer à l’écart fiscal. En plus de faire de nouveaux progrès dans la stratégie d’administration fiscale , ces consultations jetteront les bases de futures mesures visant à réduire la non-conformité sous différentes formes.

Maîtriser les promoteurs de l’évasion fiscale (consultation ouverte)

Projet de directives sur la lutte contre les promoteurs de l’évasion fiscale (Orientation)

Appel à contributions: lutter contre l’évasion fiscale déguisée sur les rémunérations (résultat de la consultation)

Document de discussion: aider les contribuables à obtenir une fiscalité offshore correcte (consultation ouverte)

Document de discussion: prévenir et recouvrer la dette fiscale internationale (consultation ouverte)

Conditionnalité de l’économie cachée – Irlande du Nord et Écosse (consultation ouverte)

Effets des réformes du travail non rémunéré sur les agences de placement (recherche et analyse)

Effets de la réforme du travail non rémunéré: rapport sur l’éducation (recherche et analyse)

Autres annonces de politique fiscale

Le système fiscal doit refléter les changements économiques, sociaux et politiques plus larges afin de garantir son efficacité. Ces consultations se concentrent sur les domaines dans lesquels le gouvernement envisage une réforme, définissent les prochaines étapes des travaux en cours et rendent compte des travaux récents qui ont exploré les changements potentiels.

Examen fondamental des taux d’affaires de HM Treasury: appel à preuves (consultation fermée)

Consultation sur la réforme de la taxe aérienne (consultation ouverte)

HM Treasury Review of the Office of Tax Simplification (OTS) (Policy paper)

La fiscalité des fiducies: un bilan (Résultat de la consultation)

Propositions sur le traitement des granulats enlevés lors des travaux de construction (Consultation ouverte)

Taxe sur les émissions de carbone (résultat de la consultation)

Appel à preuves: simplification de l’exemption partielle et du programme de biens d’équipement (résultat de la consultation)

Documentation sur les prix de transfert (consultation ouverte)

Réforme de la fiscalité des sociétés de titrisation (consultation ouverte)

Allégement fiscal pour l’investissement social: appel à preuves (résultat de la consultation)

Notification d’un traitement fiscal incertain par les grandes entreprises – deuxième consultation (consultation ouverte)

Notification d’un traitement fiscal incertain par les grandes entreprises (résultat de la consultation)-source: Orbitax

25 mars 2021 – Hong Kong: Projet de loi 2021 sur les recettes intérieures (amendement) (dispositions diverses)

Cliquez ici pour en savoir plus

Le 24 mars 2021, le projet de loi 2021 sur les recettes intérieures (amendement) (dispositions diverses) a été présenté au Conseil législatif de Hong Kong pour sa première lecture. Le projet de loi comprend des propositions visant à mettre en œuvre quatre domaines d’amendements dans l’ordonnance sur les recettes intérieures (IRO), comme suit:

Traitement fiscal pour la fusion d’entreprises dans le cadre de procédures non judiciaires

En ce qui concerne le traitement fiscal de la fusion d’entreprises dans le cadre des procédures non judiciaires, l’Inland Revenue Department (IRD) évalue les cas de fusion éligibles conformément à une pratique d’évaluation publiée sur le site Internet de l’IRD. Bien que la pratique d’évaluation administrative provisoire ait été mise en œuvre sans heurts depuis sa publication, il est nécessaire d’introduire des modifications législatives pour codifier la pratique dans l’IRO pour plus de clarté et de certitude.

À cette fin, il est proposé que la société issue de la fusion dans le cadre d’une fusion admissible se conforme à toutes les obligations, s’acquitte de toutes les responsabilités et ait droit à tous les droits, pouvoirs et privilèges de chacune des sociétés fusionnantes (chacune une société fusionnante) dans le fusion admissible en vertu de l’IRO. De plus, il est proposé que la société issue de la fusion soit considérée comme ayant cessé ses activités à la date précédant immédiatement la date de la fusion.

Il est également proposé d’accorder un traitement fiscal spécial aux fusions admissibles au moment du choix des contribuables, ce qui serait irrévocable. Les principales caractéristiques du traitement fiscal spécial pour les fusions admissibles comprennent:

Succession d’actions commerciales: si la société issue de la fusion dans le cadre d’une fusion admissible succède à une action commerciale d’un métier ou d’une entreprise exercée par une société issue de la fusion dans le cadre de la fusion admissible, et si la société issue de la fusion continue d’utiliser l’action à négocier comme son stock de négociation dans l’exercice d’une opération ou à Hong Kong à compter de la date de la fusion, les actions de négociation seraient comptabilisées dans le compte financier de la société issue de la fusion à une valeur égale à la valeur comptable des actions de négociation de la société de la fusion immédiatement avant la date de la fusion, au lieu de étant évalué au prix du marché libre à la date de cessation de la société fusionnante aux fins du calcul de ses bénéfices imposables en vertu de l’IRO existant;

Succession d’immobilisations: la société issue de la fusion serait traitée comme s’il s’agissait de la continuation et de la même personne que la société issue de la fusion et serait autorisée à réclamer le solde des déductions et des abattements annuels au titre de certains actifs. De telles déductions et allocations ne peuvent pas être réclamées par la société issue de la fusion dans le cadre de l’IRO existant car elle n’a pas engagé de dépenses en capital pour l’acquisition de ces actifs;

Déductions et indemnités: dans le même ordre d’idées, les déductions ou allocations accordées non seulement à la société issue de la fusion après la fusion, mais également à la société issue de la fusion avant la fusion seraient prises en compte pour déterminer le montant à récupérer ou à permettre lors de la vente ou de la destruction ultérieure des immobilisations pertinentes par la société issue de la fusion ou la cessation des activités de la société issue de la fusion;

Pertes avant la fusion de la société fusionnante: la compensation des pertes inutilisées avant la fusion de la société issue de la fusion avec les bénéfices imposables de la société issue de la fusion serait autorisée sous réserve de certaines restrictions et conditions afin de garantir que la compensation ne vise pas à alléger les pertes du groupe ou à réduire les profits par l’acquisition de pertes via l’achat d’une société déficitaire en tant que société fusionnante. En vertu de l’IRO actuel, toute perte inutilisée de la société issue de la fusion deviendra caduque lors de la fusion et ne pourra pas être reportée à la société issue de la fusion, car il s’agit d’une personne différente;

Pertes avant la fusion de la société issue de la fusion: de même, la compensation des pertes antérieures à la fusion de la société issue de la fusion avec les bénéfices imposables de l’entreprise issue de la fusion serait autorisée sous réserve de restrictions et de conditions; et

Traitement fiscal des autres aspects: le traitement fiscal de divers aspects lors de la fusion tels que le reclassement des actifs, l’effet de l’annulation des actions de la société fusionnante, les revenus ou dépenses post-fusion de la société fusionnante, etc. serait prévu.

Transfert ou succession d’actifs déterminés sans vente

Sauf dans des circonstances limitées, il n’y a actuellement aucune disposition en vertu de l’IRO pour traiter le transfert d’actifs sans vente, comme dans le cas d’une fusion admissible. En l’absence de dispositions spécifiques, les dépenses en capital qui ont fait l’objet de déductions ou d’allocations ne peuvent pas être récupérées.

À cet égard, il est proposé de modifier l’IRO pour prévoir le traitement fiscal dans les cas où un contribuable succède à des actifs déterminés. Un tel traitement fiscal s’appliquerait à une fusion admissible par laquelle la société issue de la fusion ne choisit pas le traitement fiscal spécial susmentionné, ou lorsque des actifs déterminés sont transférés, autrement que par voie de fusion ou de succession admissible au décès de la personne, à une autre personne sans vendre. Plus précisément, il est proposé de considérer le transfert des actifs spécifiés sans vente dans les circonstances mentionnées ci-dessus comme une vente. Aux fins du calcul des bénéfices imposables, le cédant sera réputé avoir reçu le produit de la vente de l’actif spécifié au plus faible de la valeur marchande ouverte de l’actif et des dépenses en capital engagées par la personne,

Affiner le cadre légal de la remise des déclarations fiscales

Actuellement, la plupart des déclarations de revenus ne sont pas soumises par voie électronique, car l’infrastructure informatique existante de l’IRD ne peut pas prendre en charge le traitement électronique de données comptables et financières volumineuses étant donné sa capacité de téléchargement de données très limitée. À cet égard, il est proposé de modifier l’IRO afin d’améliorer le cadre statutaire pour le dépôt des déclarations de revenus par voie électronique. Les modifications proposées apporteront un soutien législatif au plan de l’IRD visant à permettre à davantage d’entreprises de déposer volontairement des déclarations de revenus électroniques, y compris des états financiers, en 2023, dans le but ultime de mettre en œuvre le dépôt électronique des déclarations de revenus via le nouveau portail de la fiscalité des entreprises. Les modifications proposées habiliteront également le commissaire à l’administration fiscale à appliquer le mécanisme de production amélioré à d’autres déclarations de revenus à l’avenir.

De plus, il est proposé de fournir un cadre permettant aux contribuables de nommer des fournisseurs de services pour fournir des déclarations de revenus pour ou en leur nom. Le fournisseur de services doit, avant de fournir une déclaration de revenus, obtenir une confirmation écrite du contribuable attestant que les informations contenues dans la déclaration sont correctes et complètes au meilleur de sa connaissance et de ses convictions, et conserver la confirmation écrite pendant une période sans moins de sept ans. L’engagement d’un prestataire de services pour fournir une déclaration de revenus ne libère pas le contribuable de l’obligation de fournir la déclaration de revenus. Des sanctions seraient également prévues contre les prestataires de services pour:

  • Défaut de fournir une déclaration de revenus sans excuse raisonnable;
  • Le défaut d’obtenir ou de conserver, sans excuse raisonnable, une confirmation écrite du contribuable indiquant que les renseignements contenus dans la déclaration sont corrects et complets au meilleur de sa connaissance; et
  • Fournir, non conformément aux informations fournies ou aux instructions données par le contribuable, une déclaration incorrecte sur un point matériel sans excuse raisonnable.

Améliorer le régime de déduction pour impôt étranger

Des changements sont proposés en ce qui concerne le régime de réduction de l’impôt étranger afin de répondre aux préoccupations des parties prenantes concernant les changements introduits par l’ordonnance de 2018 sur les recettes intérieures (amendement) (n ° 6) qui pourraient affecter négativement les succursales de Hong Kong de sociétés étrangères (qui sont considérées en tant que personnes non résidentes de Hong Kong à des fins fiscales), en particulier les plus de 150 banques étrangères opérant à Hong Kong par le biais de succursales, lorsqu’ils traitent avec les territoires DTA. Plus précisément, étant donné qu’aucun allégement fiscal ne leur est accordé à Hong Kong, leurs revenus seraient assujettis à l’impôt à la fois à Hong Kong et dans les territoires de la DTA si un allégement ne leur était pas non plus disponible dans leur juridiction de résidence.

En outre, les parties prenantes ont exprimé des inquiétudes quant au fait que la portée actuelle de la déduction pour l’impôt étranger payé au titre d’intérêts, de gains et de bénéfices déterminés est trop étroite et ont proposé une portée élargie pour couvrir l’impôt étranger payé à l’égard d’autres revenus tels que les redevances. . Cela favoriserait la promotion de Hong Kong en tant que pôle de R&D car les contribuables concernés pourraient bénéficier du régime fiscal lors du développement et de l’exploitation de la propriété intellectuelle qu’ils créent à Hong Kong.

Compte tenu des préoccupations des parties prenantes, les modifications proposées au régime de déduction pour impôt étranger comprennent ce qui suit:

  • La déduction existante disponible pour l’impôt étranger payé au titre des intérêts, gains et bénéfices spécifiés par les résidents de Hong Kong et les personnes non résidentes de Hong Kong dans les territoires non-DTA sera étendue aux personnes non résidentes de Hong Kong qui ont payé cet impôt en Territoires DTA;
  • Une nouvelle restriction sera incorporée de telle sorte que la déduction de l’impôt étranger payé par une personne non résidente de Hong Kong (sur le territoire DTA ou hors DTA) ne sera accordée que dans la mesure de la partie de l’impôt étranger payé pour laquelle la personne n’auraient pas le droit d’utiliser pour réclamer une réparation (que ce soit par déduction ou autrement) dans leur juridiction de résidence; et
  • La déduction existante disponible pour l’impôt étranger payé au titre des intérêts, gains et bénéfices déterminés sera étendue pour couvrir l’impôt étranger payé au titre de certains revenus si l’impôt est prélevé sur le revenu brut (comme la retenue à la source sur les redevances), sous réserve de les limitations et restrictions ci-dessus.

Les modifications apportées au régime de déduction pour impôt étranger s’appliqueraient aux années de cotisation commençant à compter du 1er avril 2021, tandis que les autres modifications proposées s’appliqueraient généralement à compter de la date de l’ordonnance d’entrée en vigueur de la loi.-source: Orbitax

25 mars 2021 – Chypre: Le service fiscal chypriote confirme la prolongation de la date limite de déclaration de revenus pour les entreprises et les travailleurs indépendants

Cliquez ici pour en savoir plus

Le 22 mars 2021, le Département chypriote des impôts a publié un avis confirmant la prolongation du délai de soumission des déclarations fiscales par les entreprises et les travailleurs indépendants. Un décret avait été publié le 12 mars qui a prolongé le délai de dépôt de la déclaration d’impôt sur les sociétés (formulaire TD4) pour l’année d’imposition 2019 est prolongé du 31 mars 2021 jusqu’au 30 septembre 2021, avec la même prolongation prévue pour les indépendants dont le revenu dépasse 70 000 EUR qui sont nécessaires pour préparer des comptes vérifiés (formulaire TD1 indépendants).-source: Deloitte, Orbitax
25 mars 2021 – Singapour:  Mise à jour des directives sur les dons et les déductions fiscales

Cliquez ici pour en savoir plus

L’Inland Revenue Authority de Singapour a mis à jour ses directives sur les dons et les déductions fiscales le 19 mars 2021. Cela comprend un avis indiquant que la déduction fiscale de 250% pour les dons éligibles sera prolongée de deux ans jusqu’au 31 décembre 2023.

En outre, de nouveaux guides e-Tax ont été publiés concernant le traitement fiscal des dons avec avantages, notamment un guide révisé pour les dons effectués avant le 19 mars 2021 et un nouveau guide pour les dons effectués à partir du 19 mars 2021 . Ce dernier guide comprend une mise à jour sur le traitement fiscal de faveur qui permet aux dons avec avantages d’être traités comme des dons purs, permettant une déduction complète et une exonération de la TPS. En général, pour bénéficier du traitement fiscal préférentiel, les dons avec avantages accordés en retour seront considérés comme des dons purs si les avantages sont considérés comme n’ayant aucune valeur commerciale, avec d’autres conditions et types d’avantages éligibles spécifiques fournis dans les guides.-source: Deloitte, Orbitax

25 mars 2021 – Slovénie: Prolongation des délais pour les rapports annuels et les déclarations fiscales

Cliquez ici pour en savoir plus

Le ministère slovène des Finances a annoncé le 17 mars 2021 que le gouvernement avait accepté de prolonger d’un mois les délais de soumission des rapports annuels et des déclarations fiscales pour les entités privées. Il est également prévu que les demandes de modification du paiement anticipé de l’impôt sur le revenu des personnes physiques et du paiement anticipé de l’impôt sur les sociétés ne doivent pas être accompagnées d’une déclaration fiscale pour la période fiscale en cours, mais uniquement d’une estimation de l’assiette fiscale pour le année actuelle..-source: Deloitte, Orbitax
25 mars 2021 – Turquie: Projet d’orientation pour les règles de limitation de la déduction des intérêts de 10%

Cliquez ici pour en savoir plus

L’administration fiscale turque a annoncé la publication d’un projet de communiqué pour consultation qui fournit des orientations et plusieurs exemples pour l’application des règles de limitation de la déduction des intérêts récemment mises en œuvre par le décret présidentiel n ° 3490 du 3 février 2021. Les règles de limitation, qui sont en vigueur à compter du Janvier 2021, prévoient essentiellement que lorsque la dette d’un contribuable excède les fonds propres, 10% des frais de financement ne sont pas admis comme dépenses déductibles, avec certaines exclusions pour les établissements de crédit, les institutions financières, etc. La consultation sur le projet de communiqué court jusqu’au 12 avril 2021 , après quoi il sera finalisé et publié officiellement.-source: Orbitax
24 mars 2021 – Allemagne: Projet de loi autorisant l’imposition des partenariats en tant que sociétés et d’autres mesures

Cliquez ici pour en savoir plus

Le ministère allemand des Finances a annoncé un projet de loi, la «loi sur la modernisation de la loi relative à l’impôt sur les sociétés», qui comprend des mesures pour l’introduction d’une nouvelle option permettant d’imposer les partenariats commerciaux et les partenariats professionnels en tant que société. L’option permet aux partenariats (sociétés optantes) de bénéficier du même régime fiscal que les sociétés, les associés étant traités comme des actionnaires à responsabilité limitée, ce qui élimine les différences d’imposition qui peuvent entraîner des différences considérables en matière de charges fiscales et de formalités administratives. Dans le même temps, une fiscalité transparente resterait une option, avec des avantages significatifs pour les petites et moyennes entreprises.

Outre l’option des partenariats, le projet de loi comprend également des mesures visant à:

  • Étendre les dispositions relatives aux restructurations neutres sur le plan fiscal pour appliquer les restructurations impliquant des entreprises de pays tiers (non membres de l’UE / EEE);
  • Introduire de nouvelles règles pour le traitement de certains éléments comptables au sein d’un groupe fiscalement consolidé qui existent en raison de différences fiscales comptables; et
  • Éliminer les déséquilibres dans le traitement fiscal des gains et pertes de change sur les prêts d’actionnaires en supprimant la provision actuelle qui consiste en une déduction pour pertes de change liées aux prêts accordés à des parties liées.

Sous réserve d’approbation, les dispositions du projet de loi s’appliqueront généralement à partir du 1er janvier 2022.-source: Orbitax

24 mars 2021 – Chypre: Lignes directrices sur le registre de la propriété effective

Cliquez ici pour en savoir plus

Le registraire chypriote des entreprises a publié un guide en anglais pour la solution provisoire du registre des propriétaires véritables . Le guide fournit des informations visant à aider les utilisateurs à déposer les informations pertinentes sur les bénéficiaires effectifs dans la solution de système provisoire qui a été développée pour faciliter la collecte de données pour le registre des bénéficiaires effectifs. La solution finale sera mise en œuvre après la conclusion de la solution provisoire et la collecte de toutes les informations sur les bénéficiaires effectifs. Le guide comprend un aperçu du cadre juridique du registre, du registre et des informations à déposer, du moment du dépôt et des sanctions (non applicable à la période intermédiaire de 6 mois), ainsi qu’un guide étape par étape sur en utilisant le système et plusieurs études de cas.

La collecte d’informations a commencé le 16 mars 2021, les entités existantes étant autorisées à 6 mois à compter de cette date pour soumettre leurs informations sur les bénéficiaires effectifs. En cas de changement, les informations doivent être mises à jour dans les 14 jours. Pour les nouvelles entités enregistrées après le 16 mars 2021, leurs informations sur les bénéficiaires effectifs doivent être soumises dans les 30 jours suivant l’enregistrement. En outre, pendant la période du 1er au 31 décembre de chaque année civile, les entités sont tenues de confirmer leurs bénéficiaires effectifs. Cette exigence doit être satisfaite à l’aide de la solution système finale en cours de développement pour la mise en œuvre après la solution système provisoire.

Cliquez sur le lien suivant pour accéder à la page Web des services de dépôt électronique , qui comprend les informations relatives à l’enregistrement des bénéficiaires effectifs.-source: Orbitax

24 mars 2021 – Égypte:  Les factures papier pour la déduction ou le remboursement de la TVA ne seront plus acceptées à partir de janvier 2022 

Cliquez ici pour en savoir plus

L’administration fiscale égyptienne a annoncé qu’à compter du 1er janvier 2022, les factures papier ne seront plus acceptées pour la déduction ou le remboursement de la TVA. À partir de cette date, seules les factures émises par voie électronique (factures électroniques) seront acceptées, à l’exception des factures émises par les entreprises avant qu’elles ne soient obligées d’émettre des factures électroniques dans le cadre du nouveau système de facturation électronique égyptien et des factures émises par des entreprises que l’administration fiscale a dispensé de la facturation électronique.

Le système de facturation électronique de l’Égypte est mis en œuvre par étapes, la première phase étant lancée en novembre 2020 pour 134 grands contribuables et la deuxième phase lancée le 15 février 2021 pour 347 grands contribuables. La troisième phase doit être lancée le 15 mai 2021 pour tous les contribuables enregistrés comme grands contribuables (environ 2300), avec une quatrième phase qui sera lancée le 1er juillet 2021 qui élargira plus largement les exigences de facturation électronique. En ce qui concerne la quatrième phase, le gouvernement aurait décidé que le système de facturation électronique serait obligatoire pour toutes les entreprises traitant avec les ministères, les autorités économiques, les entreprises du secteur public, le secteur public des entreprises et tous les bureaux et intérêts de l’État.

Dans le cadre du système de facturation électronique égyptien, un modèle de dédouanement a été adopté, obligeant les entreprises à envoyer d’abord leurs factures électroniques à l’administration fiscale pour leur validation et, une fois validées, elles peuvent ensuite être livrées aux destinataires. Les factures électroniques doivent également être signées électroniquement pour assurer la sécurité des informations échangées.-source: Orbitax

24 mars 2021 – Italie: Circulaire clarifiant l’application de la taxe sur les services numériques

Cliquez ici pour en savoir plus

L’Agence italienne du revenu a publié la circulaire n ° 3 du 23 mars 2021 , qui fournit des orientations détaillées sur l’application de la nouvelle taxe sur les services numériques (DST) du pays. Cela comprend des indications sur le champ d’application de la DST, les seuils de revenus et de vente applicables, les services spécifiques couverts et les exclusions, le lien avec l’Italie (localisation des utilisateurs), le montant imposable, la comptabilité, etc., avec des exemples expliquant chaque problème.

La circulaire fournit également des conseils sur la déclaration annuelle (déclaration) et le paiement de la DST, y compris la note de la modification des délais annoncée plus tôt en mars. Cela comprend que le paiement de la DST et les déclarations sont désormais dus au plus tard le 16 mai et le 30 juin de l’année suivante, respectivement, au lieu de la date limite antérieure du 16 février et du 31 mars. Il est également confirmé que les délais de paiement et de déclaration pour la première année sont le 16 mai 2021 et le 30 juin 2021, au lieu des prorogations précédentes au 16 mars 2021 et au 30 avril 2021. Le changement a été prévu dans le cadre du décret-loi n °. 41 du 22 mars 2021 , qui comprend également les mesures de soutien urgentes précédemment signalées pour le COVID-19 approuvées par le Conseil des ministres le 19 mars 2021.

Enfin, la circulaire fournit des orientations sur les questions de convention fiscale et de déductibilité fiscale. En ce qui concerne les conventions fiscales, il est prévu que la DST est un impôt indirect sur les paiements bruts et non un impôt sur le revenu. En tant que tel, la DST n’entre pas dans le champ d’application des conventions fiscales italiennes. En ce qui concerne la déductibilité, il est prévu que la DST peut être déduite du revenu des assujettis aux fins de l’IRES (impôt sur les sociétés) et du PARI (impôt régional).-source: Orbitax

24 mars 2021 – Russie: Taux d’intérêt directeur augmenté à 4,5%; Impact sur les règles de la dette contrôlée et les pénalités d’intérêts

Cliquez ici pour en savoir plus

La Banque centrale russe a annoncé sa décision d’augmenter le taux directeur de 4,25% à 4,50%. L’augmentation est effective à partir du 19 mars 2021.

À des fins fiscales, le taux directeur est important par rapport aux taux refuge pour les produits d’intérêts et les dépenses sur la dette contrôlée. Pour les prêts libellés en roubles, les taux de la sphère de sécurité vont de 75% à 125% du taux directeur. Pour les prêts libellés dans d’autres devises, la fourchette de taux de la sphère de sécurité est basée sur l’EURIBOR, le SHIBOR ou le LIBOR, selon la devise.

Le taux directeur impacte également les pénalités d’intérêts, qui sont ajustées en même temps que le taux directeur ajusté. Pour les sociétés contribuables, la pénalité d’intérêts est égale à 1/300 du taux directeur par jour de retard lorsque le retard n’excède pas 30 jours calendaires. Lorsque le retard dépasse 30 jours, la pénalité d’intérêts est égale à 1/150 du taux directeur à compter du 31e jour de retard.-source: Orbitax

22 mars 2021 – USA: Google va commencer à retenir les revenus YouTube générés par les téléspectateurs américains

Cliquez ici pour en savoir plus

Google a récemment publié des directives sur les exigences fiscales américaines pour les revenus YouTube, notamment sur le fait que Google pourrait commencer à retenir les impôts américains sur les revenus générés par les téléspectateurs aux États-Unis à partir de juin 2021.

Exigences fiscales américaines pour les revenus YouTube

Google peut commencer à retenir les impôts américains sur les revenus que vous générez auprès des spectateurs aux États-Unis dès juin 2021. Veuillez envoyer vos informations fiscales américaines dans AdSense dès que possible. Si vos informations fiscales ne sont pas fournies avant le 31 mai 2021, Google peut être amené à déduire jusqu’à 24% de vos revenus totaux dans le monde. Si vous êtes un créateur aux États-Unis, vous avez peut-être déjà soumis vos informations fiscales. Vérifiez vos informations fiscales dans votre compte AdSense pour en être sûr.

Google est tenu de collecter des informations fiscales auprès des créateurs du Programme Partenaire YouTube (YPP). Si des déductions fiscales s’appliquent, Google retiendra les impôts sur les revenus YouTube des spectateurs aux États-Unis sur les vues d’annonces, YouTube Premium, Super Chat, Super Stickers et les adhésions à la chaîne.

Pourquoi Google retient les taxes américaines

Google a la responsabilité, en vertu du chapitre 3 de l’Internal Revenue Code des États-Unis, de collecter des informations fiscales, de retenir des impôts et de signaler à l’Internal Revenue Service (l’administration fiscale américaine, également connue sous le nom d’IRS) lorsqu’un créateur YPP sur YouTube perçoit des redevances provenant de téléspectateurs aux États-Unis Si vous avez des revenus de téléspectateurs aux États-Unis, Google peut commencer à déduire les impôts (appelés retenues à la source) dès juin 2021.

Soumettre des informations fiscales à Google

Tous les créateurs monétiseurs sur YouTube, quelle que soit leur localisation dans le monde, sont tenus de fournir des informations fiscales. Veuillez soumettre vos informations fiscales dès que possible. Si vos informations fiscales ne sont pas fournies avant le 31 mai 2021, Google peut être amené à déduire jusqu’à 24% de vos revenus totaux dans le monde.

Où les exigences fiscales américaines s’appliquent

Chaque créateur YPP, quel que soit son emplacement dans le monde, est tenu de fournir des informations fiscales américaines à Google. En vertu de la législation fiscale américaine, Google est tenu de déduire les taxes de vos revenus YouTube provenant des téléspectateurs américains, le cas échéant. Les exigences en matière de retenue à la source peuvent différer selon votre pays de résidence, selon que vous êtes éligible pour bénéficier des avantages de la convention fiscale et selon que vous vous identifiez en tant que particulier ou entreprise.

  • Créateurs en dehors des États-Unis: si vous soumettez des informations fiscales aux États-Unis, les taux de retenue se situent entre 0 et 30% sur les revenus que vous générez auprès des spectateurs résidant aux États-Unis et dépendent de la question de savoir si votre pays a conclu une convention fiscale avec les États-Unis.
  • Créateurs américains: Google ne retiendra pas les impôts sur les revenus si vous avez fourni des informations fiscales valides. La plupart des créateurs américains ont déjà soumis leurs informations fiscales américaines.

Important: si aucune information fiscale aux États-Unis n’est fournie, Google peut être amené à retenir en utilisant le taux d’imposition maximal. Votre taux d’imposition dépendra de votre type de compte AdSense et de votre pays:

  • Type de compte professionnel: le taux de retenue par défaut sera de 30% des revenus américains si le bénéficiaire est en dehors des États-Unis. Les entreprises aux États-Unis seront soumises à une retenue de 24% sur les revenus totaux dans le monde.
  • Type de compte individuel: la retenue de sauvegarde s’appliquera et 24% des revenus totaux dans le monde seront retenus.

Ces taux de retenue seront ajustés lors du prochain cycle de paiement, une fois que des informations fiscales américaines valides seront fournies dans AdSense. Vous pouvez suivre ces instructions pour déterminer le type de compte de votre compte AdSense.-source: Orbitax

17 mars 2021 – Belgique: Le don d’actions nominatives – plus rien n’est comme avant

Cliquez ici pour en savoir plus

Les alternatives à la donation d’actions nominatives par acte notarié font actuellement l’objet d’une grande attention. Depuis le 15 décembre 2020, les actes notariés passés à l’étranger et ayant pour objet une donation de biens mobiliers par un résident fiscal belge sont en effet obligatoirement enregistrables en Belgique. Par conséquent, de telles donations seront en principe toujours soumises aux droits de donation belges.

Cette importante nouveauté en fait réfléchir plus d’un. L’acte notarié et donc l’enregistrement en Belgique, sont-ils bien nécessaires pour effectuer une donation d’actions, ou y-a-t-il d’autres moyens de procéder ? En droit belge, un acte de donation doit être passé devant un notaire. Une donation consentie par acte sous seing privé est nulle et non avenue. Cette nullité est même absolue du vivant du donateur, de sorte que toute personne intéressée peut l’invoquer. Après le décès du donateur, la nullité devient relative. Elle ne peut alors plus qu’être invoquée par les héritiers.

La nullité n’est toutefois pas automatique. Il faut que quelqu’un réussisse à l’invoquer. Autrement dit, une donation ne répondant pas à l’exigence d’un acte notarié est maintenue jusqu’à ce qu’elle soit déclarée nulle et non avenue.

Ceci n’est pas sans importance, d’autant plus qu’il ressort d’un arrêt récent de la Cour d’appel de Gand1 que l’administration fiscale flamande (« Vlabel ») a tenté de faire invalider une donation sous seing privé afin de pouvoir considérer les biens donnés comme faisant encore partie de la succession du donateur et de pouvoir les imposer en droits de succession. La Cour n’a pas suivi l’administration fiscale, se basant pour ce faire sur la théorie de la nullité relative. Selon celle-ci, le droit d’invoquer la nullité n’appartient qu’à la personne dans l’intérêt de laquelle la règle de droit violée a été conçue. En outre, Vlabel est allé à l’encontre de la position traditionnellement adoptée par l’Administration fiscale fédérale, selon laquelle cette dernière n’est pas un juge habilité à se prononcer sur la validité des actes et des conventions, de sorte qu’en principe, un acte de donation non valable peut être soumis aux droits de donation.

Alors, où en sommes-nous maintenant ?

Il ne fait pas de doute que l’importance des régimes de faveur régionaux pour les donations notariées d’actions de sociétés familiales va augmenter. La donation d’actions de sociétés familiales bénéficie d’une exonération de droits de donations quand l’acte de donation doit être enregistré dans la Région flamande ou celle de Bruxelles-Capitale. Les donations enregistrées en Région wallonne profitent d’un taux réduit de 0%. Que se passe-t-il cependant en ce qui concerne les sociétés qui ne tombent pas sous le champ d’application de ces régimes de faveur, étant donné étant les conditions d’application strictes de ces derniers ? Pour ces sociétés, les formes alternatives de donation, n’étant pas soumises à l’obligation d’enregistrement, restent importantes.

Les actions nominatives peuvent-elles être données indirectement, sans acte notarié, par une inscription au registre des actionnaires ? Un arrêt récent de la Cour d’appel d’Anvers2 semble indiquer que oui. La cour a décidé que l’inscription d’un transfert d’actions dans ce registre peut, en soi, constituer une donation indirecte juridiquement valable, et a même affirmé qu’une donation d’actions peut être consentie valablement par simple consentement (solo consensu) entre donateur et donataire. Un précédent important en ces temps de glissements de terrain dans notre droit civil ancestral ?

Cependant, en se basant sur le nouveau Code des Sociétés et des Associations (« CSA »), l’on pourrait faire valoir qu’une inscription au registre des actionnaires ne peut pas entraîner une donation valable d’actions nominatives, puisqu’une inscription au registre en tant que telle n’a en principe pas d’effet translatif de propriété. Bien que l’arrêt susmentionné date d’avant l’entrée en vigueur du nouveau CSA et qu’il doit être lu avec la prudence nécessaire, il fournit néanmoins des arguments à ceux qui souhaiteraient résister dans une certaine mesure à l’enregistrement obligatoire des actes de donations.

Ne serait-il pas intéressant de réexaminer la piste de la dématérialisation d’actions nominatives et de leur donation indirecte par virement d’un compte-titres à un autre, pratique bancaire courante ? Ou encore, les techniques émanant du droit des sociétés, telles que l’émission inégale d’actions, pourraient-elles convenir à un père-actionnaire souhaitant faire une donation à ses enfants-actionnaires ? Ceci pourrait également constituer un don indirect juridiquement valable.

Il conviendra toutefois de toujours vérifier si le souhait souvent exprimé par le donateur de conserver le contrôle et les revenus des actions données peut être garanti par ces techniques alternatives. Par ailleurs, est-il possible de planifier sur plusieurs générations par de donations dites résiduaires (fideïcommis de residuo) ? Une donation avec réserve d’usufruit ne va pas de soi non plus. Dans quel document les parties à la donation confirmeront-elles la charge convenue de payer une rente et l’interdiction d’apport des biens donnés à une communauté matrimoniale ?

L’acte de donation notarié reste un bon instrument pour déterminer les conditions et les modalités souhaitées. En outre, une donation résiduaire ou fideïcommis de residuo ne peut être incluse que dans un acte notarié que parce qu’il s’agit là d’une donation directe du donateur au donateur appelé. Cette sécurité juridique vaut peut-être le paiement de droits de donations3, et ce tant sur la donation principale que sur les biens subsistants au décès du premier donataire.

Un certain nombre d’alternatives à la donation d’actions nominatives font surface et leur faisabilité juridique mérite un examen attentif. L’introduction de l’enregistrement obligatoire de donations notariées (mobilières) étrangères nous donne l’occasion de passer à la loupe certaines techniques de donation moins connues et d’examiner attentivement si la stipulation des conditions et modalités souhaitées peut être réalisée de manière juridiquement valable. Dans le cas contraire, l’acte de donation notarié continuera de s’avérer un bon support pour les donations sur mesure.-source: Tiberghien

17 mars 2021 – France: Nouvelles mesures fiscales pour les entreprises touchées par le COVID-19

Cliquez ici pour en savoir plus

La France a mis en place de nouvelles mesures fiscales pour les entreprises impactées par le COVID-19, y compris des conditions avantageuses facultatives pour le calcul des acomptes provisionnels de l’impôt sur les sociétés et des remboursements anticipés de crédits d’impôt remboursables. En ce qui concerne les acomptes provisionnels d’impôt sur les sociétés, il prévoyait que le premier acompte trimestriel d’impôt pouvait être ajusté à 25% de l’impôt sur les sociétés estimé pour l’exercice clos le 31 décembre 2020, avec une marge d’erreur admise de 10%. Ensuite, pour le deuxième paiement trimestriel, le paiement doit être calculé de telle sorte que les premier et deuxième paiements combinés soient égaux à au moins 50% de la taxe due pour l’exercice clos le 31 décembre 2020. Comme pour certaines autres mesures introduites pour COVID -19, les grandes entreprises de plus de 5000 salariés ou 1,5 milliard d’euros de chiffre d’affaires sont soumises à des conditions supplémentaires pour bénéficier des modalités de versement,

En plus des conditions de versement avantageuses, les entreprises bénéficient également de remboursements accélérés de crédits d’impôt, notamment que les entreprises bénéficiant d’un ou plusieurs crédits d’impôt remboursables en 2021 peuvent demander un remboursement avant de produire leur déclaration de revenus. Cela s’applique à tous les crédits remboursables en 2021, y compris le crédit d’impôt pour le propriétaire et le crédit d’impôt pour la rénovation énergétique pour les PME.-source: Ministère Finances français

17 mars 2021 – France: Guide sur le traitement fiscal des distributions de dividendes, des groupes fiscaux et d’autres questions à la suite du Brexit

Cliquez ici pour en savoir plus

Le 11 mars 2021, l’administration fiscale française a publié un document d’orientation (BOI-INT-DG-15-20) concernant le retrait du Royaume-Uni de l’UE, y compris des orientations relatives aux dispositions transitoires pour le traitement fiscal des distributions de dividendes, groupes et autres questions. Les dispositions transitoires sont résumées comme suit:

  • Distributions de dividendes du Royaume-Uni

Disposition transitoire – Pour les distributions de dividendes versées à une société du groupe français par une société britannique avec un exercice en cours au 31 décembre 2020, la distribution sera éligible à l’exonération de participation bénéficiaire de 99% comme si la société britannique était une société de l’UE, à condition que les conditions standard sont remplies et que le dividende est distribué au cours de cet exercice, y compris dans les cas où la société française ne fait pas partie d’un groupe fiscal mais pourrait constituer un groupe si ses filiales dans l’UE étaient établies en France.

  • Distributions de dividendes au Royaume-Uni

Disposition transitoire – L’exonération nationale de retenue à la source pour les sociétés mères UE / EEE s’applique aux distributions versées par une filiale française au profit de sa société mère britannique au cours de l’exercice commençant avant le 31 décembre 2020, sous réserve du respect des conditions d’exonération.

  • Groupes fiscaux incluant les entreprises hors de France

Disposition transitoire – Il est considéré que les conditions d’inclusion d’une société britannique dans un groupe fiscal « horizontal » continuent d’être remplies jusqu’à la fin de l’exercice de la société commençant avant le 31 décembre 2020, avec la disposition supplémentaire selon laquelle la société mère résidente est autorisée à être remplacée, à la fin de son exercice, par une société étrangère qu’elle détient directement ou indirectement, à condition que les conditions de groupe requises soient remplies, ce qui n’entraînera pas la dissolution du groupe horizontal;

  • Transferts de siège social ou d’établissement

Disposition transitoire – Lorsqu’un siège social ou un établissement a été transféré de la France au Royaume-Uni au plus tard le 31 décembre 2020 et que l’option de payer la taxe de sortie par versements échelonnés sur cinq ans a été prise (c’est-à-dire l’option de transfert vers l’UE / EEE) , les acomptes provisionnels peuvent se poursuivre, sauf si un autre événement déclenche un paiement immédiat en vertu des règles d’exit tax (option de versement non disponible pour les virements après le 31 décembre 2020).

  • Revenus de parts ou d’actions d’organismes de placement collectif en valeurs mobilières (OPCVM) investis en actions de sociétés européennes

Disposition transitoire – L’exonération de l’impôt de fin d’année pour les OPC dont au moins 90% de leur actif est constitué d’actions ou de titres comparables émis par des sociétés ayant leur siège social dans l’UE continuera de s’appliquer aux OPC britanniques et aux participations dans des OPC britanniques pour les exercices ouverts avant le 31 décembre 2020.source: BOFIP

17 mars 2021 – Canada: Baisses fiscales

Cliquez ici pour en savoir plus

Le ministre des Finances de l’Île-du-Prince-Édouard, Canada, a prononcé le discours sur le budget 2021 . Les mesures fiscales du budget comprennent les suivantes:

  • Une augmentation de l’exonération de base de l’impôt sur le revenu des particuliers de 10 500 CAD à 11 250 CAD;
  • Une augmentation du seuil de réduction de l’impôt pour les personnes à faible revenu de 19 000 CAD à 20 000 CAD; et
  • Une réduction du taux d’imposition des petites entreprises de 2% à 1%.

Veuillez noter que le taux d’imposition des petites entreprises s’applique sur la première tranche de 500 000 CAD de revenu d’entreprise active des entreprises admissibles et s’ajoute au taux fédéral des petites entreprises de 9% (c.-à-d. que le taux combiné sera de 10%).

Les mesures budgétaires s’appliqueront à partir du 1er janvier 2022.-source: Orbitax

17 mars 2021 – Bahreïn: Introduction des exigences de déclaration CbC

Cliquez ici pour en savoir plus

Le ministère de l’Industrie, du Commerce et du Tourisme de Bahreïn a publié la Résolution n ° 28 du 3 février 2021 , qui prévoit l’introduction d’exigences de déclaration pays par pays (pays par pays), qui sont entrées en vigueur le 5 février 2021. La résolution est relativement bref et comprend les points clés suivants:

  • Les exigences s’appliquent pour la déclaration des exercices ouverts à compter du 1er janvier 2021 pour le groupe d’entreprises multinationales ayant atteint un seuil de chiffre d’affaires consolidé de 342 millions de BHD au cours de l’année précédente;
  • L’obligation de soumettre un rapport pays par pays s’applique aux entités mères ultimes à Bahreïn, les rapports étant dus dans les 12 mois suivant la fin de l’exercice comptable;
  • Les entités constitutives du groupe résidant à Bahreïn sont tenues de soumettre une notification pays par pays avant le dernier jour de l’exercice comptable, y compris des informations indiquant si l’entité est la société mère ultime du groupe et, dans le cas contraire, des informations sur la résidence fiscale et l’identité du Entité comptable;
  • Le contenu requis du rapport pays par pays est conforme aux lignes directrices de l’OCDE et doit être soumis de la manière spécifiée par le ministère; et
  • Le non-respect des exigences de déclaration pays par pays entraînera des sanctions telles que définies à l’article 20 du décret législatif n ° (27) de 2015 concernant le registre du commerce, qui comprend:
    • suspension de l’enregistrement commercial jusqu’à six mois
    • amendes administratives quotidiennes de 1 000 BHD jusqu’à un maximum de 50 000 BHD, augmentées à 2 000 BHD par jour si une deuxième infraction est commise dans les trois ans; et
    • une amende administrative pouvant aller jusqu’à 100 000 BHD.

La publication de la résolution fait suite à l’approbation par Bahreïn de l’Accord multilatéral des autorités compétentes sur l’échange de rapports pays par pays (MCAA CbC) en janvier 2021. Des détails supplémentaires sur les nouvelles exigences de déclaration pays par pays seront publiés une fois disponibles.-source: Orbitax

17 mars 2021 – Oman: Mise à jour – Plan de relance économique, y compris les incitations fiscales et autres mesures de soutien

Cliquez ici pour en savoir plus

Le Sultan d’Oman a donné son approbation finale à un plan de relance économique dans le cadre de «Oman Vision 2040», qui comprend plusieurs incitations fiscales. Outre les incitations signalées, le plan comprend également plusieurs autres mesures de soutien, notamment:

  • Les pertes subies au cours de l’année d’imposition 2020 peuvent être reportées indéfiniment (normalement sous réserve d’une limite de 5 ans);
  • Une déduction égale à 1% de l’impôt dû pour 2021, sous réserve d’un plafond de 10 000 OMR, est prévue pour les contribuables qui remplissent leurs obligations fiscales dans les délais prescrits;
  • La suspension de l’application de la retenue à la source sur les intérêts et dividendes de source omanaise versés à des non-résidents est prolongée jusqu’à l’année d’imposition 2024 (précédemment suspendue pendant trois ans jusqu’au 5 mai 2022); et
  • La facilité de paiement échelonné de la taxe introduite en 2020 est prolongée en 2021, permettant aux contribuables de conclure des accords de paiement avec l’administration fiscale sans taxe supplémentaire.

En plus de ce qui précède, il a été précisé que l’administration fiscale d’Oman publiera de plus amples détails sur l’exonération fiscale de cinq ans pour les nouvelles entreprises qui opèrent dans des secteurs de diversification économique, ces secteurs devant inclure la fabrication, l’agriculture, la pêche et l’exploitation minière. , le tourisme, la logistique et les secteurs des services.-source: Orbitax

4 mars 2021 – Royaume-Uni: Plusieurs mesures fiscales pour les prochains cycles budgétaires

Cliquez ici pour en savoir plus

Le 3 mars 2021, le chancelier britannique de l’Échiquier Rishi Sunak a remis le budget 2021 au parlement. Certaines des principales mesures fiscales du budget sont les suivantes:

  • Pour 2021/22, l’allocation personnelle est portée à 12 570 GBP, le plafond du taux de base est porté à 37 700 GBP et le seuil de taux plus élevé est porté à 50270 GBP (allocation personnelle plus plafond du taux de base), qui sera maintenu à partir de 2022 / 23 à 2025/26;
  • Le taux standard de l’impôt sur les sociétés sera maintenu à 19% pour l’exercice débutant le 1er avril 2022 et sera porté à 25% à partir de l’exercice débutant le 1er avril 2023, le taux de 19% étant maintenu pour les entreprises dont les bénéfices atteignent 50000 GBP et un taux dégressif au moyen d’un allégement marginal prévu pour les bénéfices supérieurs à 50 000 GBP jusqu’à 250 000 GBP;
  • L’impôt sur les bénéfices détournés passera de 25% à 31% à partir de l’exercice débutant le 1er avril 2023 afin de maintenir l’augmentation de 6% par rapport au taux normal de l’impôt sur les sociétés;
  • La période pendant laquelle les entreprises peuvent reporter en arrière les pertes de négociation sera temporairement prolongée d’un an à trois ans, sous réserve d’un maximum de 2 millions de GBP qui s’applique séparément aux pertes de négociation inutilisées subies par les entreprises, après report sur l’année précédente, en les périodes comptables pertinentes se terminant entre le 1er avril 2020 et le 31 mars 2021 et un maximum distinct de 2 millions de GBP pour les périodes se terminant entre le 1er avril 2021 et le 31 mars 2022, qui seront également soumis à une limite au niveau du groupe;
  • Pour les périodes comptables ouvertes à compter du 1er avril 2021, le montant du crédit d’impôt pour la R&D à payer aux PME qu’une entreprise peut recevoir au cours d’une année sera plafonné à 20000 GBP plus trois fois le montant total des cotisations au PAYE et à l’assurance nationale de l’entreprise;
  • Des modifications seront apportées à la législation contenant les règles relatives aux hybrides et autres inadéquations afin de garantir que la législation fonctionne de manière proportionnée et comme prévu;
  • Des modifications techniques seront apportées à la restriction relative à l’intérêt social:
    • le premier amendement clarifie la manière dont des dispositions spéciales s’appliquent aux fiducies de placement immobilier, qui s’appliqueront rétroactivement à partir du 21 juillet 2020; et
    • le deuxième amendement garantit qu’aucune pénalité ne sera imposée pour le dépôt tardif d’une déclaration de restriction d’intérêts lorsqu’il existe une «excuse raisonnable», qui s’appliquera rétroactivement à compter du 1er avril 2017;
  • Des modifications techniques seront apportées aux règles de compensation des pertes afin de garantir que la législation fonctionne comme prévu et de réduire les charges administratives pour les entreprises;
  • La législation nationale qui donne effet à la directive de l’UE sur les intérêts et les redevances sera abrogée, ce qui signifie qu’à partir du 1er juin 2021, les retenues à la source s’appliqueront aux paiements annuels d’intérêts et de redevances versés aux entreprises de l’UE, sous réserve des termes d’une convention fiscale applicable;
  • Une super déduction sera introduite pour les entreprises qui investissent dans de nouvelles installations et machines éligibles entre le 1er avril 2021 et le 31 mars 2023, les investissements dans les actifs au taux principal étant allégés par une super-déduction de 130%, tandis que les investissements dans les actifs éligibles à un allégement spécial seront bénéficier d’une allocation de première année de 50%;
  • La limite temporaire de 1 million de livres sterling pour l’indemnité annuelle d’investissement (AIA) sera prolongée d’un an avec effet du 1er janvier 2021 au 31 décembre 2021;
  • Des allocations améliorées seront introduites pour les sites fiscaux désignés dans 8 Freeports anglais, notamment:
    • un taux majoré d’allocation pour structures et constructions (SBA) de 10%, à condition que la structure ou le bâtiment du site fiscal désigné soit mis en service au plus tard le 30 septembre 2026;
    • une déduction de capital majorée de 100% pour les entreprises qui investissent dans des installations et des machines dans les sites fiscaux désignés jusqu’au 30 septembre 2026;
  • Le taux réduit temporaire de TVA de 5% pour l’hospitalité, les hébergements de vacances et les attractions sera prolongé jusqu’au 30 septembre 2021, qui sera suivi par l’introduction d’un nouveau taux réduit de 12,5% à partir du 1er octobre 2021 qui sera en vigueur jusqu’au Le 31 mars 2022, date à laquelle il reviendra au taux normal;
  • La nouvelle taxe sur les emballages en plastique sera introduite à partir du 1er avril 2022, qui sera prélevée à un taux de 200 GBP par tonne d’emballages en plastique contenant moins de 30% de plastique recyclé;
  • Les dispositions de la législation relative à la taxe sur les émissions de carbone, qui n’ont pas été introduites, seront abrogées selon l’annonce du gouvernement selon laquelle le système d’échange de droits d’émission plutôt que la taxe sur les émissions de carbone serait la politique de tarification du carbone du Royaume-Uni à compter du 1er janvier 2021;
  • Des mesures pour le nouveau régime de paiement différé de la TVA seront légiférées, y compris pour le paiement échelonné et pour les pénalités en cas de non-paiement de la TVA différée ou en l’absence d’accord de paiement;
  • Des dispositions seront introduites pour permettre l’extension du champ d’application de Making Tax Digital for VAT à toutes les entreprises immatriculées à la TVA avec effet au 1er avril 2022;
  • Le gouvernement introduira un nouveau pouvoir qui permettra de réglementer l’application des règles de l’OCDE qui obligeront les plateformes numériques à envoyer des informations sur les revenus de leurs vendeurs à la fois au HMRC et au vendeur lui-même; et
  • Un nouveau régime de pénalité pour soumission tardive pour la TVA sera introduit pour les périodes commençant après le 1er avril 2022 et pour l’auto-évaluation de l’impôt sur le revenu (ITSA) à partir du 6 avril 2023 ou du 6 avril 2024 (s’applique à partir de 2023 si le revenu d’entreprise ou de propriété du contribuable dépasse 10000 GBP) , qui comprend:
    • un nouveau régime de soumission tardive qui sera basé sur des points, avec une pénalité financière de 200 GBP pour chaque soumission manquée à partir du moment où le seuil de points pertinent est atteint; et
    • un nouveau régime de retard de paiement proportionnel au montant de la taxe due et au retard de paiement, sans pénalité sur la taxe payée jusqu’à 15 jours après la date d’échéance, une pénalité de 2% sur la taxe payée entre 16 et 30 jours après le date d’échéance, une pénalité de 4% sur l’impôt impayé après 30 jours, et un taux de pénalité annualisé supplémentaire de 4% applicable sur la taxe impayée due après 30 jours.

Les mesures ci-dessus seront prévues dans le cadre du projet de loi de finances 2021. Les autres mesures annoncées dans le cadre du budget qui ne figurent pas dans le projet de loi de finances 2021 comprennent:

  • Les seuils d’immatriculation et de désenregistrement à la TVA seront maintenus pour une nouvelle période de deux ans à compter du 1er avril 2022 comme suit:
    • le seuil de chiffre d’affaires imposable qui détermine si une personne doit être immatriculée à la TVA restera à 85 000 GBP; et
    • le seuil de chiffre d’affaires imposable qui détermine si une personne peut demander la radiation restera à 83 000 GBP;
  • Le gouvernement se consultera plus tard en 2021 sur les projets de réglementation visant à mettre en œuvre les règles de divulgation obligatoires de l’OCDE, qui facilitent l’échange mondial d’informations sur certains arrangements fiscaux transfrontaliers, afin de lutter contre l’évasion fiscale offshore;
  • Le programme de maintien de l’emploi contre le coronavirus sera prolongé jusqu’en septembre 2021 et le programme de soutien du revenu du travail indépendant (SEISS) se poursuivra avec une quatrième et une cinquième subvention; et
  • Les vacances aux tarifs professionnels seront prolongées de trois mois supplémentaires, ce qui signifie que les établissements de vente au détail, d’hôtellerie et de loisirs au Royaume-Uni ne paieront aucun tarif professionnel pendant trois mois à compter du 1er avril lorsqu’ils seront combinés à l’allégement des tarifs pour les petites entreprises, avec un allégement supplémentaire disponible pour le reste de l’année.

Pour plus d’informations, cliquez sur les liens suivants pour accéder à la page Web du budget 2021 et aux documents liés à la fiscalité du budget 2021. -source: Orbitax

4 mars 2021 – France: Orientations sur le traitement fiscal des dépenses professionnelles liées au télétravail

Cliquez ici pour en savoir plus

Le ministère français de l’Économie et des Finances a publié des orientations sur le traitement fiscal des dépenses professionnelles engagées en 2020 dans le cadre du télétravail. Cela comprend que les allocations versées par les employeurs pour couvrir les coûts du télétravail à domicile sont généralement exonérées d’impôt sur le revenu, y compris les remboursements forfaitaires et le remboursement des coûts réels. Les employeurs sont responsables d’identifier ces indemnités dans les informations envoyées aux autorités fiscales. Le montant du revenu imposable pré-rempli dans la déclaration de revenus ne devrait pas, en principe, inclure ces abattements. Les salariés peuvent s’en assurer lors de la déclaration de leurs revenus 2020, en comparant les montants pré-remplis à leurs fiches de paie et à l’attestation fiscale annuelle délivrée par leur employeur.

Les orientations fournissent également des limites spécifiques pour les allocations forfaitaires, y compris une exonération jusqu’à une limite de 2,5 EUR par jour de télétravail à domicile ou de 50 EUR par mois en supposant 20 jours de télétravail. Une indemnité forfaitaire spéciale est présumée exonérée jusqu’à un plafond annuel de 550 EUR. Toutefois, pour les salariés ayant opté pour la déduction des frais professionnels pour leur montant réel et justifié, les frais réels de télétravail peuvent être déduits s’ils sont plus favorables que les limites susmentionnées.-source: Orbitax

4 mars 2021 – Allemagne:  Déduction complète pour l’acquisition de matériel informatique et de logiciels

Cliquez ici pour en savoir plus

Le ministère allemand des Finances a publié une lettre datée du 26 février 2021 qui établit la position du ministère sur la dépréciation du matériel informatique et des logiciels. La lettre confirme la position à la suite de l’accord conclu en janvier 2021 pour permettre une déduction complète de l’année en cours pour les dépenses engagées pour l’acquisition de matériel informatique et de logiciels, y compris les ordinateurs portables, imprimantes, scanners, moniteurs, etc. La durée d’utilité normale du matériel informatique et des logiciels est d’un an, ce qui s’applique dans la détermination des bénéfices pour les exercices ouverts après le 31 décembre 2020 (à partir du 1er janvier 2021). Les principes de la lettre peuvent également s’appliquer aux matériels ou logiciels acquis les années précédentes pour lesquels une durée d’utilité autre qu’un an a été utilisée.-source: Orbitax
4 mars 2021 – Italie: Déclaration annuelle de TVA en anglais pour l’année fiscale 2020

Cliquez ici pour en savoir plus

L’Agence italienne du revenu a publié la version en langue anglaise du formulaire de TVA 2021 (Modello IVA 2021) , qui est utilisé pour la déclaration annuelle (déclaration) pour l’année fiscale 2020. Des instructions en anglais ont également été publiées, notamment que la déclaration pour l’année fiscale 2020 doit être soumise exclusivement par voie électronique dans la période comprise entre le 1er février et le 30 avril 2021. -source: Orbitax
4 mars 2021 – Malte / Arabie Saoudite: Texte de synthèse de la convention fiscale avec l’Arabie saoudite comme impacté par le BEPS MLI

Cliquez ici pour en savoir plus

Le commissaire maltais chargé du revenu a publié le texte de synthèse de la convention fiscale de 2012 avec l’Arabie saoudite, telle qu’elle est impactée par la Convention multilatérale pour la mise en œuvre de mesures liées aux conventions fiscales pour prévenir l’érosion de la base d’imposition et le transfert de bénéfices (MLI). Le texte de synthèse a été établi sur la base des réserves et notifications soumises au dépositaire par les pays respectifs. Les textes juridiques authentiques des traités et du MLI prévalent et restent les textes juridiques applicables.

Le MLI s’applique à la Convention fiscale Malte-Arabie saoudite de 2012 comme suit:

  • À Malte:
    • pour les impôts retenus à la source sur les montants payés ou crédités à des non-résidents, lorsque l’événement donnant lieu à ces impôts survient à compter du 1er janvier 2021; et
    • pour tous les autres impôts perçus au titre des périodes imposables ouvertes à compter du 1er janvier 2021;
  • En Arabie Saoudite:
    • pour les impôts retenus à la source sur les montants payés ou crédités à des non-résidents, lorsque l’événement donnant lieu à ces impôts survient à compter du 1er janvier 2021; et
    • pour toutes les autres taxes perçues au titre des périodes imposables ouvertes à compter du 1er novembre 2020.

Nonobstant ce qui précède, l’article 16 de la MLI (procédure amiable) a effet pour un cas présenté à l’autorité compétente d’un État contractant à compter du 1er mai 2020, à l’exception des cas qui n’étaient pas éligibles à être présentés à cette date en vertu la convention avant sa modification par le MLI, sans égard à la période d’imposition à laquelle l’affaire se rapporte.

Les textes synthétisés par MLI des conventions fiscales de Malte sont disponibles sur la page Web des traités du Commissaire aux recettes. -source: Orbitax

 

News antérieures

 

error: Ce contenu est protégé !