Partagez cette page ou cet article !

Certains prétendent qu’il est impossible de vivre comme un touriste perpétuel et d’arrêter de payer légalement des impôts, mais si vous connaissez la règle des 183 jours et que vous savez comment vous désinscrire comme résident fiscal, vous aurez déjà découvert que ce n’est pas vrai.

Toutefois, les touristes non-résidents perpétuels sont confrontés à d’autres difficultés.

Dans Libre d’État, nous avons déjà parlé de ce que vous pouvez faire pour vivre comme un touriste ou un voyageur perpétuel, sans résidence officielle.

Dans notre blog, nous nous évertuons, non seulement à vous livrer les diverses options que vous avez pour vivre libre d’impôts et libre tout court, mais surtout, nous vous expliquons comment appliquer chacune des possibilités à cette fin.

Dans l’article d’aujourd’hui, nous vous expliquons comment satisfaire aux exigences légales tout en vivant en touriste perpétuel, notamment en ce qui concerne les factures de services publics, les taxes et la procédure KYC (Know Your Customer, connaître son client), c’est-à-dire les procédures d’identification auprès des institutions financières.

Les personnes qui cessent d’avoir un lieu de résidence fixe se demandent souvent ce qu’elles doivent répondre lorsqu’on leur demande où elles vivent. La question est, quelle adresse devriez-vous donner ?

Si vous n’avez besoin que d’un endroit pour recevoir votre courrier, il y a un large éventail de possibilités et de fournisseurs. Vous pouvez recevoir votre courrier chez un ami ou un membre de votre famille, ou vous pouvez utiliser l’un des nombreux services qui scannent ou transfèrent votre courrier.

Néanmoins, ce n’est pas ce que nous allons voir aujourd’hui. Nous allons nous concentrer davantage sur la conformité juridique et sur la question de savoir comment survivre à la  » due diligence  » (procédures d’identification) des agences de création de sociétés, des banques, des courtiers et des autres fournisseurs de services financiers lorsque nous n’avons pas de résidence permanente.

Pourquoi je ne recommanderais pas la façon (apparemment) la plus simple

L’échange automatique d’informations permet un contrôle toujours plus étroit des fraudeurs fiscaux. Mais c’est quelque chose dont tout le monde finit par souffrir, y compris ceux qui, en toute légalité, n’ont pas à payer d’impôts.

Le statut de Touriste Perpétuel n’est pas acquis officiellement (en fait c’est plutôt l’absence d’autres statuts), mais profite habilement de diverses lois, telles que la loi des 183 jours.

L’effet secondaire de tout cela est qu’il y a certaines procédures qui ne posent pas de problème aux citoyens normaux, mais qui le font pour une personne vivant en nomade (par exemple, l’immatriculation d’une voiture). Qui sait, peut-être que les États utilisent intentionnellement certaines de ces procédures pour rendre les choses plus difficiles pour le voyageur perpétuel.

Je veux parler en particulier de la facture de services publics, avec laquelle vous devez attester votre résidence lorsque vous avez besoin des services de pratiquement n’importe quelle institution financière, même si vous voulez seulement ouvrir un compte bancaire, démarrer une entreprise ou autre chose du genre.

En plus de demander la facture de services publics et le passeport (parfois les reçus de carte de crédit ou les relevés bancaires fonctionnent aussi), les régulateurs parviennent continuellement à trouver de nouveaux obstacles, dont nous parlerons également ici.

Il s’agit, par exemple, des numéros d’identification fiscale, qui sont devenus de plus en plus courants dans le domaine de la vérification.

De plus, certains fournisseurs demandent maintenant une déclaration d’impôt ou une géolocalisation, ce qui signifie l’envoi d’une photo de votre passeport et d’une facture d’électricité de la même adresse que celle à laquelle la photo a été prise (je n’entrerai pas dans les détails car c’est très facile à contourner).

Les procédures KYC des prestataires de services financiers réglementés sont de plus en plus extravagantes. De nos jours, un simple passeport, carte d’identité ou permis de conduire est pratiquement inutile. Et il viendra un moment dans un avenir pas si lointain où même une facture d’électricité ne suffira pas.

La question est donc : comment gérer dans un monde de plus en plus réglementé si vous êtes un fervent de liberté ?

C’est facile : premièrement, vous devez continuer à lire cet article, et deuxièmement, inscrivez-vous et suivez le blog Libre d’État.

En ce qui concerne la facture d’électricité, l’option la plus simple pour certaines personnes est d’utiliser Photoshop ou d’autres applications de retouche d’images. Mais laissez-moi d’abord vous dire quelque chose :

Falsifier une facture de services publics est une option hautement déconseillée.

Les banques disposent depuis longtemps d’un logiciel capable de reconnaître ces contrefaçons par le nombre de pixels et autres éléments similaires. Parfois, ils appellent même le fournisseur du billet pour vérifier l’information, ce qui permet de déceler même les meilleures contrefaçons.

Mais surtout, falsifier des documents est illégal, et vous seriez poursuivi pour avoir falsifié des documents soumis à des institutions financières, ainsi que probablement pour blanchiment d’argent ou évasion fiscale.

Et si j’inventais un numéro d’identification fiscale r?

Il en va de même pour quiconque pense qu’un numéro d’identification fiscale peut tout simplement être inventé.

Il existe des moyens assez simples pour vérifier si le numéro est valide.

Je ne vous conseille donc pas de prendre la voie de la facilité, d’autant plus qu’il existe d’autres options légales pour certifier votre résidence en tant que voyageur perpétuel, bien qu’il s’agisse parfois d’une ruse.

Je vais vous montrer certains de ces formulaires ci-dessous, mais pas avant d’avoir mentionné en quoi consiste la certification d’une résidence.

Les raisons pour certifier votre résidence

Tout d’abord, il est utile de se rappeler pourquoi tous les fournisseurs de services financiers exigent la vérification de vos données personnelles.

Nous devons garder néanmoins à l’esprit que très peu de fournisseurs veulent vraiment faire cette vérification. Ils obtiendraient sans aucun doute beaucoup plus de clients et économiseraient beaucoup d’argent s’ils n’étaient pas obligés d’appliquer des procédures KYC de plus en plus strictes.

Toutefois, comme ils travaillent dans des secteurs réglementés de l’État, ils doivent vérifier l‘identité de leurs clients.

Très peu de services financiers peuvent encore être utilisés de manière anonyme. Jusqu’à récemment, vous pouviez utiliser anonymement des cartes prépayées avec une limite de 1 000 $ par transaction si vous les rechargez avec Bitcoin, mais ce n’est plus possible.

A présent, vous devez justifier au moins de votre passeport pour obtenir certaines limites.

La version officielle est que le but est de lutter contre le terrorisme et la criminalité.

C’est peut-être vrai dans une certaine mesure (surtout si ce critère est mis en avant lors des élections), mais la réalité est que les terroristes et les criminels trouveront toujours des moyens d’organiser leur trésorerie malgré ces règlements. Tout comme ils ont toujours eu accès aux armes malgré des interdictions strictes dans de nombreux pays.

Comme le disait toujours mon professeur de fiscalité: « Si vous prenez un sens interdit en voiture, vous serez pénalisé. Si vous prenez cette même voie, en marche arrière, vous ne le serez pas « 

En fin de compte, ces types de lois antiterroristes ne sont en réalité qu’un prétexte pour parvenir à une transparence totale de l’individu. Les questions financières font l’objet d’un suivi très attentif, en particulier pour les citoyens des pays où la charge fiscale est élevée.

Il y a plusieurs années, une norme internationale pour l’échange automatique d’informations a été mise en œuvre à cette fin par l’OCDE à la demande du G8 et du G20. Ce dispositif, connu sous le terme de Common Reporting Standard (CRS), ou Norme Commune de Déclaration en français, vise à resserrer encore plus l’étau autour des contribuables nationaux qui détiennent des biens immeubles ou des actifs financiers à l’étranger.

Cela qui signifie que les administrations fiscales locales des 99 pays participants, dont déjà tous les pays de l’Union Européenne (UE), auront connaissance systématique des avoirs financiers détenus à l’étranger par leurs résidents fiscaux : c-à-d de chacun d’entre nous.

L’échange d’information concerne tous types de revenus (dividendes, intérêts, plus-value) générés par des comptes bancaires, tant chez les personnes physiques que morales.

Bien que la quasi-totalité des places financières les plus attractives au monde aient adhéré à cette initiative, elle présente plus de trous que le fromage suisse.

Parmi les nombreuses lacunes, ressort en particulier le fait que l’échange se fasse avec le pays à partir duquel l’adresse a été vérifiée. D’autres facteurs tels que la nationalité, le certificat d’enregistrement et autres ne sont actuellement pas pris en compte.

Ainsi, si vous avez une facture de services publics pour une propriété à l’étranger, vous pouvez facilement vous inscrire auprès d’autant de fournisseurs de services financiers que vous le souhaitez. L’information sera donc échangée, mais pas nécessairement avec le pays dans lequel vous êtes résident fiscal.

Vous pouvez éviter tout échange d’informations si le bien se trouve dans un pays qui ne participe pas au CRS. Bien qu’il n’y ait presque pas une seule juridiction attrayante qui n’ait pas signé l’accord, il y a encore de nombreux pays en dehors de la CRS où il vaut la peine d’acheter une propriété par le biais de l’investissement.

Par exemple, la plupart des pays en développement ne font pas d’échange d’informations parce qu’un tel système serait trop lourd et trop coûteux pour leur infrastructure bancaire. En outre, ces pays présentent un faible risque d’évasion fiscale.

Le fait qu’un pays ne participe pas à l’échange signifie non seulement qu’il ne partage pas l’information, mais aussi qu’il ne la reçoit pas. En ce sens, les factures de services publics de pays aussi attrayants que la Thaïlande, le Pérou, le Paraguay, l’Ukraine ou la République dominicaine sont intéressantes, car elles n’appliquent pas cette traçabilité.

Pas d’impôt à payer malgré l’échange d’information

Même si, dans un avenir pas si lointain, presque tous les pays feront partie du CRS et que votre propriété se trouve dans un de ces pays, ce ne sera pas nécessairement un problème.

Après tout, bien qu’il existe un risque que les informations reçues soient transmises à un autre pays, cela est très peu probable, car il n’y a aucune raison de le faire non plus. En particulier en dehors des conglomérats comme l’Union européenne, les informations financières reçues ne seront vraisemblablement pas envoyées et comparées à celles d’autres pays pour vérifier leur véracité.

Bien entendu, nous devons nous demander comment les pays dans lesquels vous n’êtes pas résident fiscal évalueront les informations reçues. Si votre lieu de résidence dans l’un des pays mentionnés ci-dessus (Thaïlande, etc.) est vérifié, mais que vous n’y viviez que peu ou jamais, il est probable que rien ne se passe dans la plupart des cas.

Cette éventualité est tout à fait possible parce que le pays applique un régime fiscal qui exonère les revenus étrangers; il n’aurait donc aucune raison d’intervenir. Même s’il s’agit d’un pays dans lequel vous devriez payer des impôts, ils considéreront que la propriété est simplement utilisée comme maison de vacances ou qu’elle est louée et achetée comme un investissement.

Tant que vous respectez vos obligations fiscales locales concernant la propriété et son éventuelle location, vous ne devriez avoir aucun problème.

Très exceptionnellement, ce type de situation pourrait inciter l’état dans lequel vous possédez la propriété à enquêter de plus près sur l’affaire, ou même de vous ficher sur la résidence fiscale.

Ce cas de figure est très peu probable et il ne pourrait se produire que si l’information reçue par le biais du CRS rendait le cas très intéressant. Pour l’éviter, vous devrez connaître les conditions qui pourraient faire de vous un résident fiscal ou choisir un pays dans lequel vous n’auriez de toute façon pas à payer d’impôt.

Ainsi donc, si vous utilisez ou avez utilisé une adresse en France, Belgique, Canada, … (ou tout autre pays où le fardeau fiscal est élevé) et que vous engagez le processus d’identification bancaire avec votre ancienne adresse là-bas, ou que vous utilisez votre ancien numéro d’identification fiscale, cela pourrait mener à une enquête dans cette affaire.

La vérification pourrait être considérée comme une indication que votre résidence habituelle existe toujours dans votre pays d’origine et pourrait amener un inspecteur des impôts ou un détective privé à surveiller la propriété pour voir si vous y vivez toujours.

En général, votre situation réelle est déterminante pour décider de votre résidence fiscale, cela ne comprend pas votre adresse postale, vos comptes bancaires, vos cartes de crédit ou tout contrôle de votre adresse avant votre départ.

En d’autres termes, si vous avez un compte bancaire dans votre pays d’origine, vous pouvez généralement utiliser des relevés bancaires indiquant que vous y vivez toujours dans le processus KYC tant que le fournisseur les accepte.

Cependant, cette approche comporte des risques, surtout si vous continuez à passer des périodes relativement longues dans votre pays d’origine (même si vous restez moins de 183 jours).

C’est la raison pour laquelle il n’est recommandé qu’à ceux qui, après la radiation de leur résidence habituelle, ne vont pas vraiment passer beaucoup de temps dans leur pays d’origine et peuvent prouver de manière plausible qu’ils ont été hors du pays (à l’étranger).

Mais les problèmes ne s’arrêtent pas là.

De plus en plus de banques et de prestataires de services financiers exigent des factures de services publics après l’ouverture du compte bancaire, une fois par an ou, dans des cas extrêmes, même trimestriellement. Et si vous ne voulez pas mettre votre compte en danger, vous devez satisfaire à cette exigence.

Malheureusement, les factures de services publics expirent et ont donc une limite de temps. En général, une facture d’électricité peut être soumise jusqu’à 3 mois.

Dans la section suivante, nous allons parler un peu plus de ces documents. Qu’est-ce qu’une facture de services publics ? Existe-t-il d’autres moyens de l’obtenir légalement ?

La facture d’électricité pour le touriste perpétuel (sans résidence habituelle)

En général, les factures de services publics consistent en une facture mensuelle pour la consommation du mois précédent. Ils sont généralement émis pour les frais d’électricité, de gaz ou d’eau. Les factures de téléphone fixe, de télévision par câble ou d’Internet à tarif fixe sont généralement considérées comme des factures de services publics.

Pour éviter les abus, les factures de téléphone portable ne sont généralement pas acceptées. En effet, on considère qu’avec un forfait pour Internet ou la télévision par câble, vous avez besoin d’une résidence dans laquelle installer la connexion correspondante, alors qu’avec un téléphone portable, ce n’est pas nécessaire.

Selon le pays de réglementation et les critères du fournisseur, les relevés bancaires, les factures de cartes de crédit, les références bancaires, les certificats d’assurance ou autres documents similaires peuvent également être valides, à condition que l’adresse de résidence soit visible.

Les documents créés ou générés en ligne ne sont généralement pas acceptés. Il doit toujours s’agir d’une version papier originale, bien que dans la plupart des pays, très peu de fournisseurs envoient encore leurs factures sur papier. Cependant, l’impression et la numérisation de la facture de services publics ou du document qui vous est demandé peuvent résoudre le problème.

Les autorités de réglementation ont classé certains pays dans la catégorie des  » pays à risque élevé  » en matière de blanchiment d’argent. Il y a aussi les paradis fiscaux, comme le Panama. Bien que dans ce cas, vous puissiez généralement ouvrir un compte bancaire, vous vous trouverez soumis à certaines conditions supplémentaires. La plupart du temps, vous devrez certifier votre passeport et votre facture de services publics.

Pour la certification, vous devrez présenter le document original, bien que dans la plupart des cas, il soit presque impossible de différencier le document original de la facture d’électricité d’une copie créée à partir du fichier numérique imprimé.

Pour une simple certification, on peut faire appel à des avocats, des comptables, des banques, des notaires et certains organismes publics.  Dans certains cas, l’authentification notariale est obligatoire.

Ce certificat doit comprendre les éléments suivants :

  • Cachet ou adresse commerciale et numéro de téléphone
  • Numéro d’enregistrement / numéro d’employé (le cas échéant)
  • Nom
  • Signature
  • Date de certification

Vous pourriez vous demandez maintenant : avec ou sans certification, comment un touriste perpétuel sans résidence fixe peut-il accéder à une facture d’électricité sans la falsifier ?

Bien que la location ou la possession d’une propriété soit la meilleure option à long terme (voir ci-dessous), il existe une autre alternative si vous avez peu de ressources et que vous ne voulez pas être lié à un endroit précis.

Il est possible d’établir et de payer une facture de services publics même si vous n’habitez pas dans le pays correspondant.

Presque tout le monde connaît quelqu’un dans un autre pays vers qui se tourner. Le touriste perpétuel peut, par exemple, simplement payer la facture Internet d’un ami ou d’une connaissance et demander à être nommé. De plus, et en échange du paiement mensuel, vous pouvez demander à votre ami de faire suivre tout colis ou lettre qu’il reçoit (votre premier PIN et votre carte de crédit vous y seront certainement envoyés).

Si le destinataire de la facture ne peut pas être changé facilement, vous pouvez mettre en place un service supplémentaire, peut-être une deuxième ligne téléphonique ou quelque chose du genre.

Il y a sans aucun doute beaucoup d’options pour le voyageur ingénieux et perpétuel. Souvent, il n’est même pas nécessaire qu’il s’agisse d’un bon ami ; il suffit parfois de demander au propriétaire de l’hôtel ou de la maison d’hôtes dans le pays où vous vous trouvez.

Quelqu’un qui a une âme d’entrepreneur pourrait se demander pourquoi quelqu’un n’a pas déjà fait de ce créneau son business? Peut-être même, pourquoi pas Libre d’État lui-même ?

Le problème réside dans le risque élevé associé à cette activité, par rapport à un rendement relativement faible. En fin de compte, ces factures de services publics ne sont pas seulement populaires auprès des touristes perpétuels sans résidence. Il y a aussi toutes sortes de criminels qui aimeraient profiter d’un tel service.

Et si vous ne connaissez pas la personne qui vous demande la facture de services publics et que cette personne ne peut pas vous donner des renseignements pour vérifier son identité et son adresse (si elle le pouvait, elle ne vous demanderait pas d’aide pour votre facture de consommation), vous pourriez avoir des ennuis.

Si cette facture est utilisée pour commettre un crime, vous pourriez très rapidement vous retrouver en prison pour complicité de terrorisme, blanchiment d’argent, fraude fiscale, etc.

Pour cette raison, je vous conseille d’utiliser l’astuce d’obtenir une facture d’électricité uniquement à des fins légales.

Comme vous pouvez le constater, il existe nombre de moyens créatifs pour obtenir une facture de services publics et d’éviter d’avoir à louer ou à acheter un appartement. Le coût des services pour lesquels vous recevez une facture de services publics se situe généralement entre 50 et 100 euros, et cela reste moins cher que de payer un loyer.

Ceci dit, il y a d’autres raisons pour lesquelles vous pourriez préférer louer ou acheter une propriété.

Numéro d’identification fiscale et déclaration d’impôt – la meilleure option à long terme pour le voyageur perpétuel

De nos jours, même les fonctionnaires et les bureaucrates les moins alertes ont compris qu’il est possible d’obtenir une facture de services publics sans avoir une résidence réelle. Par conséquent, les institutions financières exigent de plus en plus (à la demande des organismes de réglementation) la preuve que vous résidez dans le pays indiqué.

L’une des nouveautés est que le numéro d’identification fiscale fait l’objet d’une attention particulière.

Il existe plusieurs possibilités pour obtenir un numéro d’identification fiscale dans le pays correspondant.

En plus d’en inventer un (ce que vous ne devriez faire en aucun cas), vous avez deux autres options : Obtenir un permis de résidence permanente ou générer des obligations fiscales.

La meilleure option à long terme serait de combiner les deux options, car il est probable qu’à un moment donné, ils vous demanderont une pièce d’identité nationale ou une copie de votre permis de séjour.

Le fait d’avoir un permis de séjour ne signifie pas toujours que vous avez automatiquement un numéro d’identification fiscale.

Il existe de nombreux pays avec des systèmes d’imposition territoriale dans lesquels il n’est pas si facile d’obtenir un numéro d’identification fiscale, du moins pas si vous ne travaillez pas dans le pays ou si vous n’y payez pas d’impôt sous aucune forme.

Vous devez donc vous renseigner au préalable pour savoir si le pays dans lequel vous souhaitez demander un permis de séjour permanent vous attribue un numéro d’identification fiscale.

Par exemple, bien que sur papier, le Paraguay offre généralement plus facilement la résidence, l’obtention d’un numéro d’identification fiscale n’est pas sans difficultés lorsque vous n’avez rien sur lequel payer un impôt.

Toutefois, avec le permis de résidence au Panama, vous obtenez un numéro d’identification fiscale avec la carte d’identité nationale (sujette à une troisième visite dans le pays), mais vous n’êtes tenu de présenter une déclaration de revenus que si vous passez 183 jours ou plus de l’année au Panama.

La résidence permanente n’entraîne pas toujours une obligation fiscale, mais dans la plupart des cas, elle est suffisante tant que vous évitez d’avoir une résidence habituelle dans un autre pays.

Par contre, le fait d’avoir un numéro d’identification fiscale ne signifie pas nécessairement que vous avez produit une déclaration de revenus.

De plus en plus de banques demandent une déclaration d’impôts lors de l’ouverture d’un compte bancaire au début, puis chaque année, même lorsque la loi ne vous y oblige pas dans votre pays de résidence.

Les banques et les États sont non seulement intéressés à savoir si vous avez payé vos impôts, mais aussi à savoir quels revenus vous avez générés.

La déclaration fiscale ne peut généralement pas être falsifiée car elle peut être vérifiée.  Il donne également une image exacte du revenu et de la situation financière de la personne qui le produit.

Connaître votre patrimoine et vos revenus permet à l’État de savoir s’il vaut la peine de travailler sur les moyens de vous construire une résidence fiscale dans le pays.

Bien que la combinaison d’une résidence permanente avec un numéro d’identification fiscale et une facture de services publics par l’intermédiaire de tiers soit une solution viable pour le moment, ce n’est pas le nec plus ultra.

A long terme, l’entrepreneur ou l’investisseur qui n’a pas de résidence fixe devrait choisir d’acquérir un bien immobilier, en raison des avantages qu’ils apportent.

Pourquoi une propriété étrangère est le meilleur moyen de répondre aux exigences formelles.

Acheter une propriété à l’étranger n’est pas une chose à faire à la légère.  Les migrants sont souvent amenés à payer des prix beaucoup trop élevés ou à acheter des biens sur lesquels d’autres exercent des droits.

De plus, il ne faut pas sous-estimer les coûts d’administration et d’entretien qui en découlent, surtout si vous n’êtes pas sur les lieux.

Malgré cela, une propriété étrangère est le meilleur moyen pour un touriste perpétuel de se conformer à long terme à toutes les réglementations actuelles et futures. Cela peut s’envisager sans nécessairement encourir un coût ou même faire de l’argent.

Il n’est pas nécessaire de viser un chalet coûteux situé dans un endroit privilégié. Même un petit appartement d’une chambre à coucher dans un immeuble préfabriqué à la périphérie d’une ville peut faire l’affaire.

Pourquoi acquérir une propriété ?

Eh bien, avec votre propre propriété, vous aurez généralement toutes les factures d’électricité et d’eau dont vous avez besoin. Si, pour une raison quelconque, ces frais sont au nom d’un tiers, vous pouvez prendre à votre nom au moins une partie du bien : facture d’Internet, de télévision ou de téléphone.

De plus, un tel bien peut aussi remplir d’autres fonctions. Il peut être utilisé pour l’entreposage, pour recevoir du courrier ou comme maison de remplacement en cas d’urgence. Vous pouvez aussi le louer et en obtenir quelque argent.

Louer votre appartement à l’étranger n’est pas seulement intéressant en raison de l’argent que vous pouvez gagner. La location génère un avantage local qui, dans tous les pays du monde, est soumis à l’impôt sur le revenu national.

Bien que de nombreux propriétaires (illégalement) ne déclarent pas leurs revenus locatifs et que certains pays ne les imposent pas, les revenus locatifs seront en principe toujours imposés dans le pays où se trouve le bien, même en tant que non-résident.

La location d’un appartement nous permet donc de disposer d’un numéro d’identification fiscale, ce qui implique dans ce cas de devoir aussi payer des impôts.

L’avantage : Il s’agit uniquement de produire une déclaration de revenus à titre de non-résident. En d’autres termes, la totalité de vos revenus n’apparaît pas au niveau universel, mais seulement ceux que vous avez générés dans ce pays. Vous évitez ainsi que l’état dans lequel vous possédez le bien ne tombe dans la tentation de faire de vous un résident fiscal.

Comme nous l’avons déjà dit, ce n’est pas forcément un appartement cher, dans de nombreux pays en développement, il existe des options intéressantes pour 10.000 ou 20.000 euros. En règle générale, il ne vous faudra pas longtemps pour récupérer votre investissement et vous bénéficierez d’une source supplémentaire de revenu passif. Cependant, vous devrez faire un effort pour trouver un pays approprié et trouver une personne de confiance pour s’occuper de la gestion de votre propriété.

L’investissement immobilier à l’étranger est un sujet à part entière, c’est pourquoi nous en parlerons plus en détail dans un futur article.

Tenez bien à l’œil que cette démarche n’est pas seulement intéressante du point de vue de l’investissement ou parce que vous aimeriez avoir une résidence secondaire. Généralement, cet investissement vous offre une conformité légale et une sécurité totale avec les procédures KYC, car vous pouvez l’utiliser pour générer une facture de services publics, un numéro d’identification fiscale et même éventuellement une déclaration d’impôt.

Si un jour vous deviez également vous faire résider dans le pays, avoir une propriété d’une certaine valeur peut être un prérequis pour l’obtention de votre permis de séjour.

Avec tout ceci, les voyageurs perpétuels qui ne veulent être attachés à aucun pays savent maintenant à quels critères règlementaires faire face pour créer des sociétés et ouvrir des comptes bancaires.

Et quelles exigences supplémentaires les États pourraient-ils inventer ?  Je suppose que ce n’est qu’une question de temps avant que l’échange automatique d’informations ne soit également lié à la nationalité. Mais dans ce cas, il y a aussi des solutions.

C’est finalement la plus grande crainte des politiciens et des bureaucrates du monde entier. Le voyageur perpétuel, un individu mobile qui traverse les frontières à sa guise dès que les choses tournent mal et les États augmentent alors la pression sur leurs citoyens. C’est la raison pour laquelle ils déploient des moyens concertés pour limiter la liberté de mouvement de l’individu (au moins s’il s’agit d’un individu avec de l’argent).

Si les gouvernements ne nous nous permettent pas de prospérer (avec une entreprise), d’engendrer de l’argent et d’épargner celui-ci (dans un compte) et le multiplier (bourse), il ne nous reste pas beaucoup d’options pour tenter de vivre loin de ces contraintes. Ce n’est de toute évidence pas de cette manière que les gouvernements rigides, qui imposent des charges fiscale élevées, parviendront à maintenir les personnes qui veulent plus de liberté dans leur vie.

Tant d’exigences formelles et de procédures d’identification ne sont clairement pas uniquement pour arrêter les criminels et les terroristes.

J’espère que mon article vous a donné quelques idées sur la façon de surmonter tous ces obstacles que les États nous imposent par l’intermédiaire des banques et autres institutions financières.

Si tout cela vous intéresse, vous pouvez vous joindre à notre voyage qui veut sortir du tunnel, en vous abonnant à Libre d’État.

error: Ce contenu est protégé !