Il s’agit d’un des nombreux scandales financiers qui ont éclaboussé les plus hautes fonctions de ce monde: chefs d’États, dirigeants, politiciens, milliardaires …

Le 3 octobre 2021, le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ), qui regroupe plus de 600 journalistes, a publié les Pandora Papers , un exposé complet sur le secret financier. Les Papers représentaient une mine de 11,9 millions de documents divulgués qui ont révélé des comptes fictifs de plus de 100 dirigeants mondiaux, milliardaires et célébrités.  Plus de 300 hommes politiques de 90 pays ont été cités.

Tous les scandales financiers mis au grand jour ont été successivement nommés les Offshore Leaks, les Paradise Papers, les Panama Papers, les Pandora Papers, et récemment les Dubaï Papers.

Au Chili par exemple, le président Sebastián Piñera a été destitué en raison de ses liens avec une société écran qui a profité d’une décision gouvernementale. Quel homme/femme à statut privilégié en France ne le fait pas ???  Suite à sa mort accidentelle en février cette année (2024), le 7ème Tribunal de Garantie de Santiago a déclaré le 9 mai 2024 que l’accord concernant Piñera ne « constituait pas un délit ». Affaire close.

Pour les personnes impliquées dans les Pandora Papers, (et autres), derrière chaque client se trouve un prestataire de services financiers qui gère les formalités administratives, tient à jour les registres de l’entreprise et, dans certains cas, exécute des transferts d’actions et d’autres transactions au nom de leurs clients sans trop poser de questions.  PwC, ainsi que d’autres grands cabinets comptables, ont joué un rôle central en aidant les milliardaires à garder leurs avoirs à l’abri du fisc.

Les secrets financiers de ces milliardaires, criminels en col blanc, ont largement contribué au renforcement des lois et réglementations européennes (mais pas que) relatives à la collecte et à l’examen des informations sur les bénéficiaires effectifs (la propriété effective pour la conformité AML/KYC), sur la transparence des flux financiers, sur la déclaration de propriété à l’étranger, …

Ce qui me gêne, c’est l’acharnement à ne mentionner dans la presse que les noms d’oligarques russes, de politiciens sud-américains, de rois du pétroles arabes, …, pourtant des Dominique Strauss-Kahn; des Tony Blair et épouse Chery Blair, Elton John, Julio Iglesias sont bien là ! Au fil du temps, on a épinglé Donald Trump, qui n’a jamais déclaré ses avoirs, Joe Biden family (notamment son fils), La liste des secrets financiers des cols blancs reste très longue.

La question à un million maintenant : comment ont été véritablement sanctionné tous ces milliardaires / chefs d’État / politiciens / personnalités, qui n’ont de toute évidence pas eu le même traitement fiscal que le contribuable lambda ??? On connaît la réponse.

error: Ce contenu est protégé !