Partagez cette page ou cet article !

Libredetat a déjà abordé à plusieurs reprises le thème des « AVOIRS », notamment pour éviter les retenues sur les dividendes et les redevances. Aujourd’hui, nous voulons aller plus en profondeur dans le sujet.

Une société de portefeuille est une entreprise qui détient des participations majoritaires dans d’autres sociétés personnelles et de capitaux. Les holdings purs ne sont engagés que dans la gestion et l’optimisation de ces participations.

Une société holding de gestion d’actifs investit les bénéfices distribués dans l’espoir d’obtenir des rendements.

Enfin, une société holding active prend également en charge le travail au sein de la structure du groupe, qu’elle liquide ensuite avec ses filiales (par exemple, les frais administratifs, etc.).

Un certain nombre de pays, comme la Suisse, les Pays-Bas et bien d’autres, ont un système de holdings. Ce modèle permet un traitement fiscal favorable des bénéfices de participation et s’applique aux sociétés qui exercent exclusivement des activités de holding.

D’autre part, les pays dont les systèmes fiscaux sont influencés par le monde anglo-saxon n’ont pas ces systèmes spéciaux pour les holdings. Dans ces pays, une société peut avoir une activité commerciale et recevoir en même temps des bénéfices sur les actions. En règle générale, différents taux d’imposition s’appliquent selon le type d’avantage obtenu.

Ce qui est essentiel, c’est de comprendre qu’un holding ne peut ou peut difficilement contribuer à réduire les bénéfices d’exploitation d’une filiale.

L’optimisation réalisée par le biais d’une participation se fait après que la filiale ait été imposée par l’impôt sur les sociétés, puisqu’il appartient à la société holding de transférer les bénéfices obtenus par les filiales aux actionnaires sans retenue à la source (dans la mesure du possible).

Exemple d’utilisation d’une exploitation

Prenons l’exemple d’une holding A pure en Suisse qui détient 100% de sa participation dans la filiale B basée en Espagne.

Pendant ce temps, le particulier C réside au Paraguay, exempt d’impôts sur le revenu étranger et sans avoir à se soucier de savoir si ses entreprises ont suffisamment de substrat commercial ou d’où elles sont administrées. Après actualisation des charges d’exploitation, leur société dégage un résultat avant impôt de 100 000 euros.

Dans cet exemple, la filiale est d’abord imposée, comme il est normal, par l’impôt sur les sociétés en Espagne. Dans le cas d’une charge fiscale moyenne de 25%, il resterait encore 75.000 € à l’entreprise, qui pourraient être distribués comme avantage à la société mère suisse A.

Dans l’hypothèse d’une distribution intégrale des bénéfices, les dividendes sont désormais versés à la société holding A. Grâce au système de holding en Suisse, ces bénéfices ne sont pas imposables.

En Espagne, la retenue à la source sur les dividendes est de 19%, mais pas dans ce cas, grâce à la directive européenne sur les sociétés mères et affiliées.

La Suisse, bien que n’étant pas membre de l’UE, participe pleinement à cette directive, avec laquelle les avantages de l’Espagne peuvent être transférés sans retenue à la source.

Supposons que l’exploitation A dispose des 75 000 euros qu’elle veut maintenant verser au partenaire C. Au Paraguay, ces prestations versées seraient exonérées d’impôt.

Mais ce calcul a été effectué sans tenir compte de la Suisse, qui, dans le cas de distributions à des personnes sans convention de double imposition, effectue une retenue à la source d’au moins 35% en impôt anticipé. Ainsi, seuls (75 000 moins 26 250 euros) =48 750 euros arriveraient au Paraguay.

Mécontente de cette situation, la personne C transfère les actions de sa participation à la société D à Chypre (qui lui appartient également).

Selon la convention de double imposition, les avantages de la vente sont imposés au lieu de résidence, en l’occurrence le Paraguay, avec lequel ils seraient exonérés d’impôt.

Cela laisse à supposer que C ait établi les sociétés après avoir commencé à résider au Paraguay et qu’une taxe de sortie n’ait pas été acquittée. Si l‘impôt de sortie (exit tax) était appliqué ou si elles résidaient dans un pays à fiscalité élevée, la vente de la société holding ne serait pas aussi facile à réaliser.

Étant donné que 100% des actions de la holding B appartiennent désormais à la société D à Chypre, les bénéfices peuvent être transférés en franchise d’impôt à Chypre grâce à la directive européenne sur les sociétés mères et filiales. Ainsi, la société B de Suisse devient une société holding intermédiaire. La société D peut maintenant transférer les avantages exonérés d’impôt à la personne C au Paraguay, puisque Chypre n’a pas de retenues à la source. L’entreprise D bénéficie ainsi d’une exonération fiscale de 75 000 €.

Chypre n’est pas seulement un lieu idéal pour une société holding pure grâce à l’absence de retenues à la source, mais elle peut également illustrer très bien les concepts de société holding de gestion d’actifs ou de holding active, qui sont expliqués plus en détail dans leurs chapitres respectifs.

Cependant, l’essentiel pour la société holding est de reconnaître qu’il existe une substance économique minimale qui ouvre le droit à la convention de double imposition ou à la directive européenne sur les sociétés mères et filiales, même si le pays de résidence ne le prévoit pas nécessairement (par exemple, le Paraguay).

A Chypre, cette exigence est satisfaite par le fait d’avoir au moins un bureau avec un administrateur recruté pour environ 350 € par mois.

Chypre est l’endroit idéal pour un gestionnaire d’actifs holding, tout d’abord parce que dans ce pays, les dividendes et une grande partie des plus-values (à l’exclusion des opérations de change) des sociétés de capitaux chypriotes ne sont pas soumis à l’impôt de 12,5% sur les sociétés.

En même temps, le vaste réseau de conventions de double imposition à Chypre peut être utilisé pour réduire les éventuelles retenues à la source sur les différentes exploitations.

Par exemple, lors de la distribution de dividendes d’une société suisse ou américaine à une société chypriote, seuls 15% des retenues à la source sont appliquées, alors que dans le cas de la Suisse, l’impôt anticipé général (sans accord) est de 35% et aux États-Unis de 30%.

En revanche, les dividendes distribués par une société chypriote y sont totalement exonérés d’impôt.

Dans notre exemple, la personne C du Paraguay devrait gérer ses avoirs par le biais de la détention D, étant donné qu’il est pratiquement impossible d’utiliser des conventions de double imposition au Paraguay.

Enfin, la personne C peut également utiliser l’exploitation D comme exploitation active. Cela n’est pas possible dans la holding suisse B, étant donné que le système de holding ne s’applique que dans le cas des holdings purs.

La société holding chypriote D peut, par exemple, facturer certaines dépenses à la filiale A d’Espagne. Par exemple, vous pourriez émettre une facture pour des tâches administratives afin de réduire les avantages imposables en Espagne de 20 000 €. Cet avantage moindre pour l’entreprise espagnole signifierait un bénéfice plus important pour la société chypriote, mais ne coûterait que l’impôt habituel sur les sociétés de 12,5 %, soit nettement moins que l’impôt de 25 % de l’Espagne.

Bien sûr, lors de la facturation de sa propre entreprise, il y a beaucoup de choses à prendre en compte : les règles des opérations liées doivent être prises en compte et tout doit se faire aux prix du marché.

À quoi une société de portefeuille peut-elle servir de plus ?

Une société holding ne sert pas seulement à percevoir des avantages commerciaux d’une manière fiscalement optimale, mais aussi à éviter l’impôt sur les avantages tirés de la vente de sociétés.

Dans notre exemple, la personne C peut vendre sa société espagnole A en franchise totale d’impôts. Par exemple, la valeur des ventes de 1 million d’euros est transférée en franchise d’impôt à la société suisse B et distribuée par l’intermédiaire de la société D de Chypre en franchise de droits à la personne C au Paraguay.

Dans la pratique, une participation pure peut être utilisée à la fois pour la réduction des retenues à la source dans la distribution des dividendes et pour la perception en franchise d’impôt des plus-values de cession de sociétés.

En outre, les sociétés holding qui gèrent des actifs peuvent optimiser fiscalement leurs participations et leurs titres, réduisant ainsi les bénéfices des filiales.

Cela peut se faire en facturant des frais de gestion pour des tâches administratives, par le biais de prêts de la société holding à la filiale avec le paiement des intérêts correspondants (réduisant ainsi les avantages) ou par la collecte de licences de propriété intellectuelle.

Toutefois, les nouvelles réglementations fiscales, principalement le projet BEPS de l’OCDE, établissent un catalogue clair de règles pour ces pratiques afin d’empêcher l’évasion fiscale agressive.

Ainsi, avec un holding, deux choses sont effectivement évitées :

  1.     Dans son pays de résidence, l’associé ne paie pas directement d’impôt sur le revenu en capital sur la distribution de dividendes.
  2.     En l’absence d’une convention de double imposition avec le pays de résidence, le membre n’est pas assujetti aux retenues à la source sur la distribution des dividendes.

Une société holding est donc une sorte de tampon entre l’individu et la société d’exploitation.

Ce tampon permet souvent d’investir et de conserver l’argent de façon optimale sur le plan financier avant de procéder à la distribution. De plus, les bénéfices accumulés peuvent être réinvestis ou versés à des projets de filiales nouvellement constituées par le biais de distributions ou de prêts.

Souvent, une société holding ne suffit pas à elle seule pour atteindre les objectifs souhaités. C’est à ce moment qu’un holding intermédiaire est créé, qui peut atteindre l’objectif souhaité, par exemple grâce à une meilleure convention de double imposition.

Dans l’exemple précité, la personne C pourrait se passer complètement de la holding intermédiaire B de la Suisse, étant donné que la société holding D de Chypre est déjà en mesure de percevoir les dividendes et les plus-values provenant des ventes, sans payer d’impôt sur les sociétés ni effectuer de retenues.

Dans cet exemple particulier, la vente de la filiale espagnole A à la nouvelle société holding D signifierait toutefois que la plus-value de la vente serait tombée à la société holding B en Suisse. L’avantage serait exonéré d’impôts, mais il ne pourrait être distribué que par l’entreprise avec une retenue à la source élevée de 35 %.

S’il n’existe pas de possibilités raisonnables d’accorder des prêts ou d’acheter des biens immobiliers en Suisse auprès de la société holding suisse, il est conseillé de recourir à la variante présentée ci-dessus de la vente de la société.

Après tout, l’objectif est toujours de réduire les retenues à la source. Ceux-ci devraient être aussi bas que possible dans la société holding finale où ils devraient être récupérés ou au moins calculés par le biais d’une convention de double imposition avec le pays de résidence du particulier.

Si le pays de résidence est un pays soumis à une forte pression fiscale, il est généralement préférable d’opter pour une société holding nationale en raison de sa faible complexité. Dans ce cas, il n’y a pas de retenue à la source sur la distribution de dividendes, mais plutôt des impôts par pays en ce qui concerne les revenus du capital. Dans le cas des distributions de dividendes d’une société anonyme suisse domiciliée en Suisse, elles sont nettement inférieures à l’impôt anticipé de 35% pour les dividendes versés à l’étranger.

En cas de résidence dans un pays où la charge fiscale est élevée, comme la France, l’Allemagne ou l’Espagne, une société holding étrangère n’offre pratiquement aucun avantage, si ce n’est une éventuelle réduction des retenues à la source pour les filiales.

Le réseau des conventions de double imposition dans ces pays est déjà assez bon et il est rarement nécessaire de l’optimiser.

Celui qui envisage de s’expatrier ne gagnera pas grand-chose en créant une société holding à l’étranger s’il garde son adresse. En effet, l’exit tax s’applique également aux sociétés étrangères.

Dans tous les cas, pour éviter l’impôt de sortie, les participations doivent être détenues par une entité qui vous appartient, telle qu’une fiducie (trust) ou une association.

Pour mieux comprendre cela, voyons un autre exemple.

La personne C veut développer une nouvelle entreprise et, dans trois ans, s’expatrier d’Espagne. La SL opérationnelle doit se poursuivre en Espagne après l’émigration. Après trois ans, la valeur estimée de la SL est de 1 million d’euros.

Cinq scénarios possibles :

  1. La personne C garde les actions complètement privées et s’expatrie vers un pays n’appartenant pas à l’Union européenne, comme le Paraguay. Lors de l’expatriation, l’impôt de sortie est appliqué sur la valeur de l’entreprise. La personne C paie environ 230 000 € d’impôts. Une fois au Paraguay, C doit payer les retenues à la source au taux de 19 % sur les dividendes perçus de la SL espagnole, car il n’existe pas de conventions de double imposition.
  2. La personne C garde les actions complètement privées et s’expatrie vers un pays n’appartenant pas à l’Union européenne, comme le Paraguay. Le montant de la taxe de sortie est calculé, mais le paiement est exonéré. Grâce à une fusion au sein de l’UE, la société anonyme peut être fusionnée, par exemple, avec une société anonyme chypriote d’une manière fiscalement neutre. Après cela, elle peut envisager de s’expatrier dans un pays hors UE et changer son adresse sans avoir à se soucier de la taxe. Dans le cas de la distribution de dividendes de la SL espagnole, la personne doit payer des impôts à la source. Mais étant un non-dom de Chypre, les dividendes ne sont pas imposés.
  3. La personne C conserve les participations auprès d’une société holding espagnole et émigre dans un pays hors de l’UE, comme le Paraguay. L’impôt de sortie est prélevé sur la valeur de la société holding. Si la filiale est vendue à une société holding fiscalement optimisée, l’avantage reste dans la société holding.
  4. La personne C conserve les participations auprès d’une société holding espagnole et émigre dans un pays hors de l’UE, tel que Chypre. Le montant de la taxe de sortie est calculé, mais le paiement est exonéré. La filiale peut être vendue à une nouvelle société holding à Chypre pratiquement exempte d’impôts. Grâce à la directive européenne sur les sociétés mères et leurs filiales, Chypre peut bénéficier d’avantages quasi exonérés d’impôts.
  5. La personne C représente une association ou un trust qui détient les actions de la filiale en exploitation. Étant donné qu’ils s’appartiennent à eux-mêmes, et non à C, en cas d’espatriation, aucune taxe n’est appliquée pour un changement d’adresse, que la personne déménage à l’intérieur ou à l’extérieur de l’UE. Les associations et les trusts sont généralement traités comme des sociétés de capitaux résidentes en ce qui concerne leur imposition. Si la filiale est transférée à une société holding fiscalement optimisée, la plus-value éventuelle générée par la vente sera imposée au minimum. Bien sûr, ce que l’on ne peut pas faire avec cette association ou ce trust, c’est distribuer des dividendes puisque ces structures n’ont pas de partenaires ; souvenez-vous qu’elles s’appartiennent à elles-mêmes. Quoi qu’il en soit, une fois à l’étranger, C peut percevoir son argent libre d’impôt à titre de bénéficiaire du trust.

Les partenariats permettent même aux petites entreprises d’accéder à des structures très puissantes mais peu coûteuses. Si l’on maintient sa résidence dans son pays d’origine, un trust sans but lucratif ou un trust familial peut aussi être pratique, mais il exige plus de richesse et de revenus en raison du besoin de capitaux pour sa création et des dépenses de fonctionnement.

Des associations autrichiennes ou suisses peuvent être fondées avec seulement deux membres et sans avoir besoin de fournir du capital d’amorçage. Les associations suisses n’étant pas enregistrées, il est difficile de présenter les documents nécessaires à la création d’une filiale. C’est pourquoi il est préférable d’opter pour l’association autrichienne, pour laquelle il est possible de s’inscrire en ligne.

Il est conseillé d’utiliser une association en tant que société holding, surtout lorsque l’on veut simplement détenir des actions, par exemple pour éviter l’impôt de sortie ou pour éviter des problèmes lors de procédures d’insolvabilité.

Dans ce cas, les associations ne recevraient pas de dividendes, elles conserveraient simplement les actions pour les vendre à la personne physique dès que possible (lorsqu’elles auront déménagé dans le pays de leur choix).

Les avantages qui restent dans l’association peuvent être versés aux administrateurs de l’association à titre de salaire ou être investis dans l’objectif de l’association, ce qui peut bien sûr coïncider avec les intérêts des administrateurs.

Cela ne nécessite aucun type de bureaucratie pour l’association jusqu’au moment de la vente (qui peut souvent être traitée pour une valeur symbolique, puisque le bénéfice de la vente n’est pas imposé).

Une fiducie (un trust)  est beaucoup plus compliquée en comparaison et nécessite presque toujours l’apport d’un capital initial élevé. Un trust a plus de valeur en tant que solution à long terme dans les pays soumis à une forte pression fiscale pour parvenir à une gestion d’actifs fiscalement avantageuse et pour transmettre les participations d’entreprises aux générations suivantes.

Le trust perçoit les bénéfices des holdings intermédiaires ou directement auprès des filiales affiliées, augmentant ainsi ses propres actifs. Les distributions peuvent être faites aux bénéficiaires désignés de la fiducie.

Dans les pays où la pression fiscale est forte, il faut être très attentif à la gestion des trusts familiaux. En premier lieu, un contrôle substantiel doit être exercé afin d’obtenir des avantages en matière de fiscalité et de protection du patrimoine.

Après cela, il n’est pas si facile de vendre des actions d’entreprise pour votre propre compte ou de dissoudre la fiducie pour avoir un accès direct à l’entreprise.

Ceux qui vivent en Allemagne, en Autriche ou en Suisse doivent en règle générale s’en remettre aux trusts locaux de chaque pays.

Quiconque vit à l’étranger mais a l’intention de retourner dans ces pays peut penser à établir un trust familial au Liechtenstein. S’ils sont correctement constitués et structurés, ils sont reconnus et peuvent offrir d’énormes avantages fiscaux, comme le fait d’être soumis à seulement 1% de l’impôt sur le capital.

Avec une résidence dans le bon pays étranger, les actifs peuvent être transférés en franchise d’impôt à la fiducie, qui y sera alors irrévocablement déposée.

Le contrôle est ainsi transféré en grande partie – en général à un conseil d’administration composé de membres de la famille, de bons amis et d’un fiduciaire expérimenté – mais en retour, nous obtenons d’importants avantages fiscaux.

Libredetat est heureux de vous aider dans l’établissement par l’intermédiaire de partenaires avec une vaste expérience.

La directive sur la société mère et les filiales

Nous avons déjà mentionné à plusieurs reprises la directive européenne sur les sociétés mères et filiales. Elle prévoit qu’une filiale de l’UE peut distribuer des dividendes à sa société mère dans l’UE sans retenue à la source.

Dans ce cas, il n’est pas nécessaire de prendre en compte les éventuelles conventions en matière de double imposition. Depuis leur entrée en vigueur en 1990, elles ont été modifiées à plusieurs reprises et étendues à tous les nouveaux États membres de l’UE plus la Suisse.

Après la dernière modification de 2009, les frais de participation minimaux pour l’application de cette directive ne s’élèvent qu’à 10%.

La filiale qui distribue les avantages doit être une société de capitaux soumise à une obligation fiscale illimitée. Le propriétaire étranger des participations (société mère) doit également présenter cette forme juridique, avoir sa résidence dans un pays de l’UE et y être soumis à un impôt sur les sociétés comparable (aucun montant minimum).

La part minimale doit s’élever à 10 %. Il faut aussi que la part soit directe, y compris les participations détenues par l’intermédiaire d’un établissement à l’étranger.

L’action doit être conservée pendant douze mois sans interruption avant que la distribution de dividendes sans retenue ne puisse avoir lieu. Dans le cas contraire, les montants inférieurs de la convention de double imposition s’appliqueront.

La société mère doit présenter la demande d‘exonération fiscale à la source. Dans tous les cas, il faut tenir compte du fait que lorsque l’exemption est résolue ultérieurement, le montant payé est remboursé. Le pouvoir de décision et de contrôle est entre les mains de l’Office Fédéral des Finances en tant que créancier des remboursements, qui contrôle la société mère, le débiteur des remboursements.

Nous n’entrerons pas dans les détails techniques ici. Il ne faudrait prêter attention aux règles sur le Treaty-Shopping que si le droit de participation minimum de 10 % est respecté avec une période de détention d’un an.

Treaty-Shopping signifie qu’une participation intermédiaire n’est créée que pour profiter des conventions en matière de double imposition ou de la directive sur les sociétés mères et filiales. Ainsi, les sociétés fictives ne suffisent pas à tirer profit de cette directive. Comme dans les conventions de double imposition, il doit y avoir un véritable établissement et un fiduciaire président sur place.

Le meilleur emplacement pour les sociétés holding

Quiconque veut créer une société de portefeuille doit d’abord expliquer clairement pourquoi il le veut. En fonction de cela, il y a différents endroits plus ou moins pratiques.

Pour choisir la juridiction de la société holding, les aspects suivants doivent être pris en compte :

Un bon emplacement de holding se distingue par les caractéristiques suivantes :

  • De nombreuses conventions de double imposition, bonnes, ou du moins pratiques.
  • Membre de l’UE afin de profiter de la directive sur les sociétés mères et filiales.
  • Part de participation minimale aussi faible que possible.
  • Des périodes d’occupation aussi courtes que possible.
  • Des revenus typiques d’une société holding non imposés ou imposés faiblement.
  • Pas de retenue à la source sur le paiement des dividendes.
  • Non soumis à une quelconque réglementation sur les sociétés étrangères contrôlées (règles CFC ou SEC)

Dans le cas d’une société holding définitive, la question des retenues à la source est particulièrement importante si les associés vivent dans des pays à faible fiscalité. D’autre part, cela n’est pas aussi important dans une société holding intermédiaire grâce aux conventions de double imposition existantes et à la directive sur les sociétés mères et filiales.

Les pays qui n’ont pas de retenue à la source au sein de l’UE sont Chypre, Malte, l’Estonie, l’Angleterre et, avec des restrictions, l’Irlande.

Tous les autres pays de l’UE pourraient être intéressants en tant que holdings intermédiaires. L’essentiel est qu’ils aient une convention de double imposition avantageuse.

Dans le cas des entreprises de pays non membres de l’UE, il est intéressant de jeter un coup d’œil aux Émirats Arabes Unis, à Singapour et à l’Île Maurice.

Chypre : Chypre reste la meilleure recommandation pour une société holding, car elle combine l’exonération des retenues à la source et la liberté fiscale en matière de plus-value et de dividendes. De ce fait, il est également idéal pour la gestion d’actifs. Les autres prestations sont imposées à un taux inférieur à 12,5 % ou, jusqu’à l’expiration de l’IP-Box en 2021, à 2,5 % seulement, à condition qu’elles soient liées à la propriété intellectuelle. Chypre a conclu de très bonnes conventions de double imposition et dispose d’une réglementation claire sur le substrat commercial. Les exigences sont d’avoir un établissement stable et un manager embauché avec un salaire minimum de 350 €.

Malte : Compte tenu des complications de son système de remboursement d’impôt, Malte n’est plus recommandée pour les entreprises actives. Cependant, sans retenue à la source, le pays reste attractif en tant que site de détention pur. Tous les bénéfices sont imposés à 35 %, dont 30 % sont toutefois remboursés. Néanmoins, ceux-ci sont transférés à un particulier ou à une participation supplémentaire, ce qui peut avoir des conséquences fiscales désagréables. De plus, le remboursement prend plusieurs mois. La réglementation sur le substrat commercial est similaire à celle de Chypre.

Royaume-Uni : En raison de l’imminence du Brexit, il est peut-être préférable d’attendre. L’Angleterre ne retient pas les retenues à la source, mais avec l’éventuelle sortie de l’UE, elle perdrait un avantage important en annulant la directive des sociétés mères et filiales. L’impôt sur les sociétés est relativement élevé (18%) si la société holding doit être utilisée activement. Elle dispose d’un réseau très attractif de conventions de double imposition, notamment avec ses anciennes colonies.

Irlande : L‘Irlande est un site de holding classique pour de nombreuses grandes entreprises. Toutefois, l’exonération de la retenue à la source ne s’applique que si le membre se trouve dans un pays membre de l’UE. Ainsi, la participation irlandaise n’est recommandée qu’en tant que société holding finale. Mais, avec ses nombreuses conventions de double imposition et son impôt sur les sociétés de 12,5%, l’Irlande obtient de bons résultats.

Estonie : L’idée que l’Estonie n’a pas de retenue à la source est souvent mal comprise. L’Estonie dispose d’un impôt différé sur les sociétés avec un impôt de 20% sur la distribution des dividendes. Cela concerne tous les bénéfices d’exploitation de l’entreprise, y compris la gestion d’actifs. Mais si la société estonienne reçoit des dividendes d’une filiale, il n’y aurait pas de bénéfices d’exploitation. Ces ristournes peuvent être perçues en franchise d’impôt et transférées aux membres sans retenue d’impôt. Celui qui veut seulement réinvestir peut le faire en franchise d’impôt au sein de l’entreprise estonienne. Grâce à la gestion simple en tant que e-resident puisqu’il n’y a pas d’exigence en matière de substance, ce pays est une véritable recommandation.  Cependant, il faut tenir compte du fait que les règles anti Treaty-shopping et les règles similaires sont déjà très exigeantes pour ceux qui souhaitent avoir un bureau dans le pays.

Émirats Arabes Unis : Les entreprises de la zone franche ont la possibilité de bénéficier d’un réseau de conventions de double imposition très bien négociées par les EAU, ce qui implique généralement une retenue à la source de 5% seulement avec la plupart des pays du monde. Les bénéfices de la société holding sont également totalement exonérés d’impôts. De même, le fait d’avoir un partenariat permet aux membres d’avoir un visa de résidence. En dehors d’un établissement physique standard, il n’est pas nécessaire d’avoir beaucoup plus de substrat commercial.

Singapour : Les sociétés de Singapour sont tenues d’avoir un administrateur présent avec résidence à Singapour. Bien qu’il s’agisse d’une variante plutôt premium, Singapour se distingue par ses nombreuses bonnes conventions de double imposition, son absence de retenues à la source et son impôt sur les sociétés réduit de 12,5%.

‘île Maurice : L’île Maurice figure sur cette liste, surtout à cause d’un pays : Inde. L’île Maurice a de loin la meilleure convention de double imposition avec l’Inde, ce qui en fait un véhicule d’investissement très populaire dans le sous-continent. Mais les autres conventions de double imposition et le faible taux d’imposition des sociétés de 15% (avec des réductions possibles pour les revenus provenant de l’étranger) peuvent également être intéressants.