News – septembre 2020

01-9-2020 – Thaïlande: Prolongation d’un an du taux de TVA de 7%

Cliquez ici pour en savoir plus

Le Ministère des Finances thaïlandais a publié un communiqué le 25 août 2020 annonçant que le Cabinet a approuvé un décret pour la prolongation du taux réduit de TVA de 7% jusqu’au 30 septembre 2021. Le taux normal de la Thaïlande est de 10 %, mais il a été réduit à 7 % (y compris la taxe locale) dans le cadre de mesures économiques spéciales prises après la crise financière asiatique de 1997. Chaque année, en octobre, le taux doit revenir à 10 %, à moins que le taux réduit ne soit prorogé.-source: Orbitax
01-9-2020 – Costa Rica: Fin du régime fiscal territorial ?

Cliquez ici pour en savoir plus

L’Assemblée Législative du Costa Rica examine le projet de Loi 22166, qui a été présenté le 24 août 2020 et qui prévoit l’introduction d’un système mondial d’impôt sur le revenu destiné à résoudre les problèmes d’évasion fiscale. Le Costa Rica applique actuellement un système territorial selon lequel l’impôt sur les sociétés n’est dû que sur les revenus provenant du Costa Rica. La base d’imposition mondiale s’appliquerait aux revenus des personnes physiques, des sociétés et des autres entités qui sont domiciliées au Costa Rica et qui exercent des activités générant des bénéfices de sources costariciennes et étrangères, y compris les revenus provenant de services rendus, de biens situés ou de capitaux utilisés au Costa Rica ou à l’étranger..-source: Orbitax
01-9-2020 – États-Unis: L’IRS américain publie une note de pratique sur l’exclusion des revenus gagnés à l’étranger pour les particuliers

Cliquez ici pour en savoir plus

L’IRS américain a publié une note de pratique internationale, Foreign Earned Income for Purposes of IRC 911, qui concerne les exclusions du revenu brut pour les citoyens ou résidents des États-Unis vivant à l’étranger. L’aperçu général de l’unité de pratique est le suivant :

Les États-Unis imposent leurs citoyens et les étrangers résidents sur leurs revenus mondiaux, quel que soit leur lieu de résidence ou de travail. Les personnes éligibles peuvent être autorisées à réduire leur revenu imposable aux États-Unis en demandant l’exclusion des revenus gagnés à l’étranger, l’exclusion des logements à l’étranger et/ou la déduction pour logement à l’étranger. Ces avantages s’appliquent aux revenus gagnés pour des services personnels rendus dans un ou plusieurs pays étrangers et sont réclamés sur le Formulaire 2555 de l’IRS. Si le revenu gagné à l’étranger est exclu, un particulier ne peut pas non plus déduire, exclure ou demander un crédit (tel que le crédit pour impôt étranger) ou tout élément pouvant être attribué ou imputé aux montants exclus.

Pour pouvoir demander l’exclusion du revenu gagné à l’étranger, l’exclusion du logement à l’étranger ou la déduction pour logement à l’étranger, le contribuable doit:

  • Avoir un revenu gagné à l’étranger,
  • Avoir un domicile fiscal dans un pays étranger,
  • soit être un résident de bonne foi d’un pays étranger ou être physiquement présent dans un ou plusieurs pays étrangers pendant 330 jours, et
  •  Faire un vote valide.

Cette unité se concentre sur la définition du revenu gagné à l’étranger aux fins de l’article 911 du Code des Revenus Internes (IRC).

Cliquez sur le lien suivant pour accéder à la page des International Practice Units sur le site de l’IRS.-source: Orbitax

01-9-2020 – République tchèque/ Corée du Sud: entrée en vigueur du MLI (BEPS)

Cliquez ici pour en savoir plus

La Convention multilatérale pour la mise en œuvre des mesures liées aux conventions fiscales visant à prévenir l’érosion de la base et le transfert des bénéfices (MLI) est entrée en vigueur pour la République tchèque et la Corée du Sud le 1er septembre 2020. En ce qui concerne les accords couverts (conventions fiscales) entre la République tchèque et la Corée du Sud et les autres pays pour lesquels la MLI est déjà entrée en vigueur, la MLI est généralement en vigueur à partir du 1er janvier 2021 en ce qui concerne les retenues à la source et pour les périodes d’imposition commençant le 1er mars 2021 ou après cette date en ce qui concerne les autres impôts (six mois après l’entrée en vigueur).

Cliquez sur les liens suivants pour obtenir les listes définitives des réserves et notifications soumises au moment du dépôt des instruments de ratification pour la République tchèque et la Corée du Sud.

01-9-2020 – Chili/Paraguay: Négociation d’un protocole d’amendement à la convention fiscale entre le Chili et le Paraguay

Cliquez ici pour en savoir plus

Des fonctionnaires du Chili et du Paraguay se sont rencontrés par vidéoconférence le 26 août 2020 pour discuter de diverses questions, notamment la négociation d’un protocole d’amendement à la convention fiscale de 2005 entre les deux pays afin de la rendre conforme aux normes BEPS de l’OCDE. Tout protocole qui en résulterait serait le premier à modifier la convention et doit être finalisé, signé et ratifié avant d’entrer en vigueur.-source: Orbitax
01-9-2020 – Estonie/ Guernesey: Convention fiscale entrée en vigueur

Cliquez ici pour en savoir plus

La convention fiscale entre l’Estonie et Guernesey est entrée en vigueur le 6 août 2020. Cette convention, signée le 18 novembre 2019, est la première de ce type entre les deux juridictions.

Impôts couverts: La convention couvre l’impôt sur le revenu estonien et l’impôt sur le revenu de Guernesey.

Résidence: Si une personne autre qu’une personne physique est considérée comme résidente dans les deux parties contractantes, les autorités compétentes détermineront d’un commun accord la résidence de la société aux fins du traité, compte tenu de son lieu de direction effective, du lieu où elle est constituée ou autrement constituée et de tout autre facteur pertinent.

Si aucun accord n’est conclu, la société ne sera pas considérée comme un résident de l’une ou l’autre partie aux fins de la demande de tout avantage prévu par la convention, à l’exception de ceux prévus par les articles 21 (Méthodes d’élimination de la double imposition), 22 (Non-discrimination) et 23 (Procédure amiable).

Etablissement stable: Le traité prévoit que la prestation de services, y compris les services de conseil ou de gestion, par une entreprise d’une partie contractante dans l’autre partie constitue un établissement stable, mais seulement si les activités de cette nature se poursuivent pour le même projet ou un projet connexe dans cette autre partie pendant une ou plusieurs périodes totalisant plus de 183 jours au cours d’une période de douze mois.

Taux de la retenue à la source:

  • Dividendes – 0% si le bénéficiaire effectif est une société ; sinon, 10%.
  • Intérêts – 0% si le bénéficiaire effectif est une société ou si les intérêts sont payés à l’une des parties contractantes, à la banque centrale de l’une des parties, au titre d’un prêt garanti ou assuré par l’une des parties, ou à un fonds d’investissement, y compris un régime de retraite ; sinon, 10%.
  • Redevances – 5

Gains en capital: Les plus-values suivantes, réalisées par un résident d’une partie contractante, sont imposables par l’autre partie :

  • Les gains provenant de l’aliénation de biens immobiliers situés dans l’autre partie ;
  • Les gains provenant de l’aliénation de biens meubles faisant partie de l’actif d’un établissement stable situé dans l’autre partie ; et
  • Les gains provenant de l’aliénation d’actions ou de participations comparables si, à tout moment au cours des 365 jours précédant l’aliénation, les actions ou les participations comparables ont tiré plus de 50% de leur valeur, directement ou indirectement, de biens immobiliers situés dans l’autre partie.

Les gains provenant de l’aliénation d’autres biens par un résident d’une partie contractante ne peuvent être imposés que par cette partie.

Allègement de la double imposition: Guernesey applique la méthode du crédit pour l’élimination de la double imposition, tandis que l’Estonie applique généralement la méthode de l’exonération. Toutefois, l’Estonie appliquera la méthode du crédit d’impôt pour les revenus couverts par les articles 10 (Dividendes), 11 (Intérêts), 12 (Redevances) et 16 (Artistes et sportifs).

Clause d’arbitrage: L’article 23 (Procédure amiable) prévoit que si des questions relatives à un cas ne peuvent être résolues dans le cadre de la procédure amiable dans un délai de deux ans à compter de la présentation du cas à l’autorité compétente de l’autre partie, la personne qui a présenté le cas peut demander que le cas soit soumis à un arbitrage. Les questions non résolues ne peuvent toutefois pas être soumises à l’arbitrage si une décision sur les questions a déjà été rendue par une cour ou un tribunal administratif de l’une des parties.

Droit aux prestations: L’article 26 (Droit aux prestations) comprend la disposition selon laquelle un avantage en vertu du traité n’est pas accordé à l’égard d’un élément de revenu s’il est raisonnable de conclure, compte tenu de tous les faits et circonstances pertinents, que l’obtention de cet avantage était l’un des principaux objectifs de tout arrangement ou de toute transaction ayant abouti directement ou indirectement à cet avantage, à moins qu’il ne soit établi que l’octroi de cet avantage dans ces circonstances serait conforme à l’objet et au but des dispositions pertinentes du traité.

Date d’entrée en vigueur: Le traité s’applique à partir du 1er janvier 2021.-source: Orbitax

01-9-2020 – Argentine: Régularisation fiscale étendue à tous les contribuables

Cliquez ici pour en savoir plus

L’Argentine a publié la Loi n° 27562 au Journal officiel le 26 août 2020, qui modifie le régime de régularisation fiscale introduit pour les PME par la Loi 27541, y compris une extension du régime dans son ensemble pour atténuer les effets de la pandémie COVID-19. Voici quelques-uns des principaux points/changements:

  • La disponibilité du régime est étendue pour couvrir généralement tous les types de contribuables (pas seulement les PME), y compris les coopératives, les entités à but non lucratif et les particuliers, ainsi que les sociétés faisant l’objet d’une procédure de faillite, à condition qu’il y ait un espoir de continuation de l’activité, tandis que les contribuables condamnés pour fraude fiscale sont spécifiquement exclus ;
  • Précédemment disponible pour les impôts fédéraux, les cotisations de sécurité sociale et les droits de douane dus jusqu’au 30 novembre 2019, le régime est étendu pour couvrir les impôts dus jusqu’au 31 juillet 2020 ; Il est prévu que lorsque des personnes morales et physiques détiennent des actifs financiers offshore, elles doivent rapatrier un montant en espèces équivalent à au moins 30 % de la valeur des actifs dans les 60 jours suivant la présentation d’une demande de participation au régime ;
  • La date limite d’application du régime est prolongée jusqu’au 31 octobre 2020, le premier versement étant dû pour le 16 novembre 2020 ;
  • Les paiements peuvent être effectués en 60, 96 ou 120 mensualités au maximum, selon le type d’impôt et le type de contribuable ;
  • Un taux d’intérêt mensuel fixe de 2 % est prévu pour les six premiers versements, après quoi un taux variable BADLAR s’applique ; et
  • Outre les PME, les entités à but non lucratif, les particuliers et certains autres, les contribuables souhaitant bénéficier du régime sont soumis à certaines restrictions pendant une période de 24 mois à compter de l’entrée en vigueur de la loi (26 août 2020), notamment:
    • ils ne peuvent pas distribuer de dividendes ou de bénéfices aux actionnaires ;
    • ils ne peuvent pas effectuer certains paiements à des parties liées, y compris les paiements pour l’assistance technique, l’ingénierie ou les services de conseil, les paiements de redevances ou d’intérêts ; et
    • ils ne peuvent pas transférer des actifs financiers à l’étranger ni acquérir des actifs financiers étrangers

Suite aux modifications du régime de régularisation, la loi suspend également la prescription pendant un an pour tous les impôts perçus par les autorités fiscales. -source: blogdelcontador

01-9-2020 – Curaçao: Publication d’un Décret Ministériel sur les Régimes d’Impôts sur les Bénéfices Etrangers considérés comme comparables à l’Impôt sur les Bénéfices de Curaçao

Cliquez ici pour en savoir plus

Curaçao a publié le Décret Ministériel P.B. 2020 n° 88 sur les régimes d’imposition des bénéfices étrangers considérés comme comparables à l’impôt sur les bénéfices de Curaçao. Ceci est important par rapport au critère de l’assujettissement à l’impôt pour l’exonération de la participation de Curaçao pour les dividendes reçus, qui prévoit généralement qu’une filiale doit être soumise à un impôt nominal sur les bénéfices à un taux d’au moins 10% ou doit être établie dans une juridiction ayant un régime fiscal comparable à celui de Curaçao.

Le décret ministériel prévoit que les États membres de l’UE et les membres de l’OCDE sont considérés comme ayant un régime d’imposition des bénéfices comparable. En outre, il prévoit qu’un régime d’imposition des bénéfices étrangers avec un taux d’imposition nominal inférieur à 10 % ne sera considéré comme comparable à celui de Curaçao que si la société qui verse les dividendes est établie dans une juridiction avec laquelle Curaçao a conclu une convention fiscale entrée en vigueur et qui n’exclut pas le régime fiscal applicable.

Le décret ministériel remplace le précédent décret sur les régimes fiscaux étrangers comparables et est en vigueur à partir du 1er septembre 2020.-source: Orbitax