News – mai 2022

Partagez cette page ou cet article !

 

 

________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

5 mai 2022 – Irlande (cas de Litige Fiscal) : La commission irlandaise d’appel en matière fiscale détermine que l’exonération de prêt ne constitue pas des bénéfices ou des gains d’une transaction

Cliquez ici pour en savoir plus

L’Irish Tax Appeals Commission a publié sa décision 52TACD2022 – Impôt sur les sociétés, concernant le traitement d’un abandon de prêt en tant que bénéfices ou gains imposables pour une société de trésorerie du groupe. Il s’agissait d’un avis de redressement rectificatif à l’impôt sur les sociétés d’un montant de 25 614 160,50 euros, dressé à la charge de la société recourante le 29 novembre 2018 au titre de l’exercice clos le 31 décembre 2013. L’avis de redressement porte à charge l’impôt sur les sociétés au titre de une renonciation à un prêt d’un montant de 264 991 232 USD par une société qui faisait partie du même groupe de sociétés que le recourant. L’évaluation a été établie par les Revenue Commissioners au motif que la somme représentant la renonciation au prêt constituait des bénéfices ou des gains du commerce et était une recette imposable aux fins de l’impôt sur les sociétés. Cela a fait l’objet d’un appel,

Dans sa décision, la Tax Appeals Commission a donné raison à l’appelant. En particulier, il a été constaté que l’annulation permanente de la dette au moyen de la renonciation au prêt avait donné lieu à un avantage en capital durable dans le commerce de trésorerie de l’appelant. La suppression de la dette au moyen de la renonciation au prêt n’a pas converti le passif du prêt en revenu commercial de l’entreprise ni en une somme remplaçant les intérêts. Une fois le prêt renoncé, l’actif net a augmenté, c’est-à-dire le capital. Compte tenu de cela, la Tax Appeals Commission a déterminé que l’équivalent en euros du montant de l’exonération de 264 991,232 USD ne relève pas de l’impôt sur les sociétés et que la somme imposée à l’impôt sur les sociétés doit être réduite du montant équivalent en euros. -source: Orbitax

5 mai 2022 – Pays-Bas (UBOs): Publication du Décret d’application sur l’enregistrement des bénéficiaires effectifs des fiducies 

Cliquez ici pour en savoir plus

Le 2 mai 2022, les Pays-Bas ont publié au Journal officiel le décret du 8 avril 2022, le « Décret d’application relatif à l’enregistrement des bénéficiaires effectifs des trusts et constructions juridiques similaires ». Le décret prévoit des règles spécifiques pour la mise en œuvre des exigences introduites par la loi d’application sur l’enregistrement des bénéficiaires effectifs des fiducies et des constructions juridiques similaires, qui a été publiée au Journal officiel le 16 décembre 2021. La mise en œuvre des exigences d’enregistrement des bénéficiaires effectifs pour trusts et assimilés est requis dans le cadre de la directive anti-blanchiment de l’UE telle que modifiée. Les exigences s’appliquent à toutes les fiducies et constructions juridiques similaires dont les fiduciaires résident ou sont établis aux Pays-Bas ou, s’ils résident ou sont établis en dehors de l’UE, le fiduciaire noue une relation d’affaires aux Pays-Bas ou acquiert un bien immobilier aux Pays-Bas pour le compte du trust. En vertu des exigences, un fiduciaire doit soumettre les informations requises concernant une fiducie et ses bénéficiaires effectifs dans la semaine suivant la naissance de l’obligation de le faire.

Entre autres choses, le décret d’application prévoit des règles sur les différentes catégories de fiducies, les différentes classes d’intérêt économique, les documents pertinents à enregistrer, la durée d’accessibilité des données et des documents via le registre, les autorités compétentes pour le registre et d’autres informations connexes. questions. Le décret entrera en vigueur à une date à déterminer par arrêté royal.-source: Orbitax

5 mai 2022 – Bahamas: bientôt le paiement des impôts au moyen d’actifs numériques

Cliquez ici pour en savoir plus

Le Premier ministre des Bahamas a récemment publié un livre blanc sur l’avenir des actifs numériques aux Bahamas, qui définit une vision et un cadre pour guider la politique des Bahamas en matière d’actifs numériques d’ici 2026. En ce qui concerne les impôts, le document indique que le gouvernement s’efforcera de veiller à ce que les actifs numériques ne soient pas utilisés pour l’évasion fiscale ou les sanctions et cherchera à assurer la conformité avec tous les accords d’échange d’informations fiscales (TIEA) applicables, les lois nationales et les normes convenues de l’OCDE. Il est également prévu qu’au cours de l’année 2022, le gouvernement commencera à permettre l’accès des Bahamiens aux actifs numériques en utilisant le BSD et permettra le paiement des impôts en utilisant les actifs numériques.-source: Orbitax
5 mai 2022 – Singapour: Des calculatrices de base pour l’impôt sur le revenu des sociétés pour l’année d’évaluation 2022

Cliquez ici pour en savoir plus

  L’Inland Revenue Authority de Singapour a mis à jour sa page Web consacrée aux calculateurs en publiant les calculateurs de base de l’impôt sur le revenu des sociétés (Basic Corporate Income Tax Calculators, BTC) destinés aux contribuables qui remplissent les déclarations d’impôt sur le revenu des sociétés au moyen des formulaires C-S et C pour l’année d’imposition 2022. La BTC est conçue pour les sociétés commerciales et comprend des tableaux couramment utilisés, tels que le tableau des déductions pour amortissement. Le BTC peut être utilisé pour préparer le calcul de l’impôt d’une société et déterminer l’impôt à payer. En cas de dépôt du formulaire C-S, le calcul de l’impôt de la société et les annexes justificatives ne doivent pas être soumis avec le formulaire C-S, mais doivent être conservés et soumis à la demande de l’IRAS. Si vous déposez le formulaire C, le calcul de l’impôt et les annexes justificatives sont soumis avec le formulaire C.

Outre les nouvelles calculatrices pour l’impôt sur les sociétés, des calculatrices sont également fournies pour l’impôt sur le revenu des personnes physiques, l’impôt à la source, l’impôt foncier, etc. -source: Orbitax

5 mai 2022 – Oman: Publication d’un guide du contribuable TVA sur le secteur des services financiers

Cliquez ici pour en savoir plus

  L’administration fiscale d’Oman (OTA) a publié un guide du contribuable TVA sur le secteur des services financiers .

1. Introduction

1.1. De quoi parle ce guide ?

Ce guide a été publié par le TA (Tax Authority) afin de fournir une interprétation et des orientations supplémentaires pour l’application de la loi sur la TVA et de ses règlements d’application correspondants au secteur des services financiers. Il a été rédigé avec la contribution des secteurs de la banque, de l’assurance et des produits financiers islamiques par les régulateurs, les organismes du secteur et d’autres. Le Guide sera mis à jour de temps à autre. Ce guide explique l’interprétation par le TA des principales dispositions de la loi relatives aux services financiers et décrit comment les politiques administratives du TA se rapportent aux transactions effectuées par les institutions financières ou toute entreprise qui fournit des services financiers dans le cadre de ses activités. Plus précisément, « Pratiques administratives » sont mis en évidence en italique le cas échéant – Les pratiques administratives sont des approches administratives acceptées par le TA après consultation avec l’industrie, pour faciliter le respect des obligations en matière de TVA par les contribuables. La pratique administrative peut dans certains cas différer de l’application stricte du texte du règlement exécutif, mais le TA acceptera ces approches si elles sont adoptées par les contribuables conformément au texte et aux conditions.

1.2. Qui devrait utiliser ce guide ?

Vous devez lire ce guide si vous fournissez des services financiers (y compris des services bancaires, de change et autres services réglementés, des services d’assurance et des services financiers islamiques) à des clients situés à l’intérieur et à l’extérieur du Sultanat d’Oman. -source: Orbitax

5 mai 2022 – Ghana: Exigences de dépôt électronique à compter d’avril 2022

Cliquez ici pour en savoir plus

  L’Autorité fiscale du Ghana a récemment publié un avis du Commissaire général sur l’obligation de déclarer les impôts par voie électronique à compter du 1er avril 2022.

Tous les grands contribuables seront tenus de déclarer leurs impôts par voie électronique à compter du 1er avril 2022. Certaines entreprises de taille moyenne et tous les particuliers fortunés seront tenus de déclarer leurs impôts par voie électronique à compter du 1er juin 2022. Demandes de certificats de décharge fiscale (TCC) seront automatisés et facilement accessibles. Vous aurez besoin d’un TCC pour accéder aux services gouvernementaux.-source: Orbitax

 

5 mai 2022 – Guyane: Modifications fiscales introduites dans le cadre du budget 2022

Cliquez ici pour en savoir plus

  La Guyana Revenue Authority (GRA) a publié une série de communiqués annonçant des changements fiscaux introduits dans le cadre du budget 2022. Les changements sont résumés comme suit :

  • Impôt sur le revenu des particuliers :
    • le seuil de revenu mensuel imposable (abattement) pour les particuliers est relevé de 780 000 GYD à 900 000 GYD par an;
    • une déduction pour les primes d’assurance vie et médicale payées par les particuliers est introduite jusqu’à concurrence de 10% du revenu imposable ou de 360 ​​000 GYD par an ; et
    • le seuil du revenu individuel imposable soumis au taux inférieur de 28 % et au taux supérieur de 40 % est relevé de GYD 1 560 000 à GYD 1 800 000 ;
  • Retenue à la source des entrepreneurs résidents :
    • la retenue à la source de 2 % sur les entrepreneurs résidents est abrogée ;
    • tout impôt déjà retenu et versé à la GRA en janvier et février 2022 sera considéré comme un paiement d’impôt anticipé ; et
    • toute taxe déjà retenue et non encore versée doit être remboursée à l’entrepreneur ; et
  • Une exonération de la retenue à la source est prévue sur les revenus d’intérêts annuels jusqu’à 10 000 GYD gagnés par des particuliers sur des comptes d’épargne détenus dans des banques commerciales et d’autres institutions financières.

Les modifications fiscales ci-dessus ont été introduites conformément à la loi de 2022 sur les textes fiscaux (modification) (loi n° 5 de 2022) et entrent en vigueur rétroactivement au 1er janvier 2022. -source: Orbitax

5 mai 2022 – Malaisie: Directives actualisées sur l’exonération des droits de timbre pour le transfert d’actifs entre sociétés associées

Cliquez ici pour en savoir plus

  L’Inland Revenue Board de Malaisie (IRBM) a publié des directives actualisées sur l’exonération du droit de timbre pour le transfert d’actifs entre sociétés associées éligibles, y compris les conditions de l’exonération et la procédure de demande. Certaines des principales conditions pour le soulagement comprennent:

  • Le cédant et la société cessionnaire sont associés pour l’application de l’abattement, c’est-à-dire :
    • le cédant ou le cessionnaire détient au moins 90 % du capital social émis de l’autre société ; ou alors
    • le capital social émis du cédant et du cessionnaire est détenu à au moins 90 % par une société holding ou intermédiaire (non considérée comme associée si détenue par la même personne privée) ;
  • Le cessionnaire doit être constitué en société en Malaisie ;
  • Le transfert vise à améliorer l’efficacité opérationnelle du cédant et du cessionnaire ; et
  • Les actifs sont transférés directement du cédant au cessionnaire et le paiement du transfert est réglé.

En ce qui concerne les demandes d’exonération des droits de timbre, il est prévu que les demandes doivent être soumises à tout bureau du directeur d’État de l’IRBM par le biais du système d’évaluation et de paiement des droits de timbre (STAMPS), suivi de la soumission physique des pièces justificatives. Les pièces justificatives comprennent une lettre de candidature, une déclaration solennelle attestée par un avocat et un avocat (modèle en anglais ci-joint), l’instrument de transfert ou l’accord de transfert, une preuve d’actionnariat, une preuve de paiement, etc.

Lorsque l’exonération du droit de timbre a été approuvée, elle peut également être révoquée dans un certain nombre de cas, notamment lorsque les documents soumis s’avèrent faux, que les actifs transférés ne sont pas la propriété effective du cédant, que le cédant et le cessionnaire cessent d’être associés dans les 3 ans, ou les actifs sont cédés dans les 3 ans. En cas de révocation, le droit de timbre sera facturé avec un intérêt de 6% par an à compter de la date de l’instrument de transfert. -source: Orbitax

5 mai 2022 – Nouvelle-Zélande: Projet de déclaration d’interprétation sur la réclamation de l’amortissement des bâtiments

Cliquez ici pour en savoir plus

  Le fisc néo-zélandais a publié un projet de déclaration d’interprétation sur la réclamation de l’amortissement des bâtiments. Une fois finalisé, cela remplacera l’ énoncé d’interprétation (IS) 10/02 sur la signification de « bâtiment » dans les dispositions d’amortissement. Un résumé du projet de déclaration est fourni comme suit :

Résumé

1. Le présent énoncé d’interprétation fournit des indications aux propriétaires d’immeubles sur le moment où ils peuvent réclamer l’amortissement des immeubles. Jusqu’en 2011, les propriétaires d’immeubles pouvaient réclamer l’amortissement des immeubles qu’ils utilisaient ou disposaient pour en tirer un revenu ou pour exploiter une entreprise à cette fin. Cela a changé par rapport à l’exercice 2011/2012 lorsque le taux d’amortissement des bâtiments à longue durée de vie a été ramené à 0 %. En 2020, le taux d’amortissement des bâtiments non résidentiels de longue durée a été augmenté. Le taux pour les immeubles résidentiels est demeuré à 0 %. Pour cette raison, il est important de comprendre la différence entre un bâtiment résidentiel et un bâtiment non résidentiel. Bien que « bâtiment résidentiel » et « bâtiment non résidentiel » soient des termes définis, la Loi ne contient aucune définition de « bâtiment ».

2. Le commissaire a publié une déclaration en 2010, IS 10/02 « Signification de « bâtiment » dans les dispositions d’amortissement ». Cela a conclu que le sens à donner à un « bâtiment » était son sens ordinaire ou conventionnel. Ce sens ordinaire se distingue d’un sens « plus large » qui inclurait toutes les structures construites. Il est également différent d’un sens « plus étroit » qui exclurait les articles qui fournissent un cadre spécialisé ou une fonction spécialisée ou qui ont été intégrés à l’usine. Le commissaire considère que ce sens ordinaire demeure le sens approprié à donner au mot « bâtiment » aux fins de l’amortissement.

3. Dans l’affaire Mercury, la Haute Cour a approuvé la « définition pratique du bâtiment » du Commissaire, mais a reconnu qu’il pourrait y avoir de « rares cas » où un bâtiment devrait être traité comme autre chose qu’un bâtiment aux fins d’amortissement. De tels cas seront rares car les définitions d' »installation » et d' »aménagement commercial » excluent les éléments qui sont des éléments structuraux d’un bâtiment.

4. Un bâtiment non résidentiel est défini de manière à exclure un bâtiment résidentiel. Un bâtiment résidentiel est basé sur le concept d’une habitation. Cependant, cela inclut également les opérations à plus petite échelle où un bâtiment peut fournir un logement de courte durée, si le bâtiment avec d’autres bâtiments sur le même terrain, a moins de 4 unités pour un logement séparé. En revanche, les bâtiments qui fournissent des logements à une échelle commerciale, tels que les hôtels et les motels, relèvent de la définition d’un bâtiment non résidentiel. Par conséquent, un « bâtiment non résidentiel » englobera les bâtiments commerciaux et industriels et certains bâtiments pouvant fournir des logements résidentiels à l’échelle commerciale.

5. Cette déclaration indique comment demander l’amortissement et l’impact des modifications législatives qui sont entrées en vigueur à partir de l’exercice 2011/2012. -source: Orbitax

5 mai 2022 – Arménie: Bientôt augmentation du taux de l’impôt sur le revenu des particuliers sur les revenus d’intérêts des prêts accordés à ses propres entreprises

Cliquez ici pour en savoir plus

Le Comité arménien des recettes publiques a proposé de porter à 21 % le taux de l’impôt sur le revenu des personnes physiques sur les revenus d’intérêts tirés par des particuliers de prêts accordés à des entreprises indépendantes. L’augmentation du taux vise à dissuader les particuliers de s’engager dans des régimes fiscaux impliquant l’utilisation de prêts pour réduire le revenu imposable de la société, qui est soumis à un taux d’impôt sur les sociétés de 18 %, tout en profitant du taux actuel d’impôt sur le revenu des particuliers de 10 % sur revenus d’intérêts d’un prêt.-source: Orbitax
5 mai 2022 – Pays-Bas: Projet de loi soumis à la Chambre ou aux représentants pour mettre en œuvre la directive sur l’échange d’informations sur les revenus générés par les plateformes numériques (DAC7)

Cliquez ici pour en savoir plus

  Un projet de loia été soumis à la Chambre ou aux représentants néerlandais (chambre basse ou parlement) le 23 mars 2022 pour la mise en œuvre de la directive (UE) 2021/514 du Conseil, qui a été adoptée le 22 mars 2021 pour la modification de la directive 2011/16/UE sur les coopération dans le domaine fiscal en matière d’échange d’informations sur les revenus générés par les vendeurs via les plateformes numériques (DAC7). Le DAC7 est destiné à résoudre certains problèmes résultant de l’utilisation des plateformes numériques, notamment le fait que les revenus générés par le biais des plateformes numériques ne sont souvent pas déclarés et que l’impôt n’est pas payé, en particulier lorsque les plateformes numériques opèrent dans plusieurs pays. Pour aider à résoudre ce problème, Le DAC7 crée une obligation pour les opérateurs de plateformes numériques de déclarer les revenus perçus par les vendeurs sur leurs plateformes et pour les États membres de l’UE d’échanger automatiquement ces informations. Les nouvelles règles couvrent les plateformes numériques situées à la fois à l’intérieur et à l’extérieur de l’UE et s’appliqueront à partir du 1er janvier 2023.-source: Orbitax
________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

News antérieures

 

________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
error: Ce contenu est protégé !